du 28/02/2020
n°199
Spécial Adaptation et ODD 13
FOCUS
S'adapter pour (sur)vivre par Sarah Schönfeld

De nombreux territoires, milieux, organisations professionnelles, populations, se retrouvent aujourd'hui face à des situations climatiques extrêmement compliquées, qui accentuent leurs vulnérabilités et les fragilisent, parfois de façon dramatique. Réduire nos émissions est une partie essentielle, mais qu'une partie seulement, de la réponse à apporter face aux changements climatiques. Car même si nous réduisions drastiquement - voire stopper net, soyons utopiques ! - nos émissions de gaz à effet de serre, le climat continuerait à se réchauffer pendant plusieurs dizaines d'années sous la force de l'inertie.

On comprend immédiatement le sens du titre choisi pour notre nouvelle publication relative à l'adaptation : « S'adapter aux changements climatiques : propositions pour une transformation accélérée de nos territoires et nos organisations ». Jusqu'à la dernière minute, nous avons hésité à utiliser le terme « urgente » au lieu d'« accélérée », mais le titre du colloque « S'adapter pour (sur)vivre » au cours duquel nous publions cette note de positions et de recommandations, nous semblait déjà suffisamment porteur de la notion d'urgence.

Car nous n'avons plus le temps d'attendre. Il serait terriblement irresponsable de ne pas nous réorganiser tout de suite et à toutes les échelles. Certains de vivre - et de façon toujours plus ardue - les dérèglements climatiques, ne vaut-il mieux pas éviter de les subir et faire en sorte qu'ils nous impactent le moins possible ?

Se réorganiser : imaginer de nouveaux modes de vie, de travail, de déplacement, de production, de consommation, d'aménagement du territoire, ... Il s'agit quelque part aussi de faire le deuil de la façon dont nous nous organisions avant que le climat ne change, du monde tel que nous le connaissions. Réfléchir hors des cadres, sortir du « connu » pour imaginer des solutions locales et tâtonner, expérimenter car nous n'aurons pas la solution miracle immédiatement pour tous. Le droit à l'expérimentation est à l'adaptation précieux et nécessaire.

Alors comment déployer massivement les mesures d'adaptation ? En France, une norme a été publiée par l'AFNOR en 2019 portant sur l'adaptation aux changements climatiques, afin de donner un cadre aux organisations pour mettre en oeuvre leurs actions d'adaptation. Le sujet est également repris au sein de l'Union européenne : la nouvelle Commission publiera l'actualisation de la stratégie européenne sur l'adaptation courant 2020. Enfin, des projets de grande envergure sont financés par l'UE, tel que le projet LIFE ARTISAN, axé sur les solutions d'adaptation fondées sur la nature, auquel le Comité 21 participera aux côtés de 27 autres bénéficiaires.

Les 30 dernières années sont le constat de l'échec des politiques incitatives pour réduire de façon généralisée les émissions de gaz à effet de serre. Force est de constater que le volontarisme n'atteint pas le niveau des enjeux auxquels nous sommes confrontés. Comme le souligne Anton Brender dans son dernier ouvrage « Capitalisme et progrès social », notre système n'intègrera la donnée climat que sous la contrainte réglementaire, au même titre, ni plus ni moins, qu'il a intégré le progrès social par cette même contrainte réglementaire (par exemple l'interdiction du travail des enfants qui est passée par la loi). Le Comité 21 plaide donc en faveur d'une grande loi cadre sur l'adaptation, mesure déjà avancée par le rapport des sénateurs Dantec & Roux, et se tient prêt pour y contribuer. La Ministre Elisabeth Borne, présente lors de notre colloque le 26 février dernier, semble favorable à cela, mais il convient d'attendre que la Commission européenne finisse le travail d'actualisation de la stratégie européenne, dans le cadre du Green New Deal, pour savoir si la loi française doit être une simple transcription du règlement européen et si elle doit aller plus loin.

Le succès du colloque du 26 février, avec plus de 300 participants, a marqué la fin de la première phase du programme d'accompagnement de nos membres axée sur des sujets transversaux de l'adaptation (définitions, freins et leviers, indicateurs, ...) et ouvre aujourd'hui la seconde phase du programme, axée sur des sujets opérationnels de mise en oeuvre avec des ateliers sectoriels (bâtiments, transports, eau, santé, ...) en s'inspirant de retours d'expériences et de bonnes pratiques, issus de collectivités et d'entreprises. Comme le montre ce numéro d'Infos 21, des solutions locales commencent à voir le jour, encore timidement, développées par les organisations et les territoires.

Nous espérerons qu'à la lecture des autres recommandations portées dans la note et à la lumière des projets partagés ici par les adhérents du Comité 21, vous aurez, vous aussi, envie d'ouvrir le chapitre de l'adaptation pour votre organisation.

Sarah Schönfeld, directrice de l'établissement national du Comité 21
schonfeld@comite21.org

Actualités des adhérents
 
EcoAct : quelles perspectives pour les villes en matière de stratégie climat ? 

A l'occasion des élections de 2020, EcoAct propose 10 engagements clés qui feront la différence pour une action climatique ambitieuse et une meilleure qualité de vie dans les villes. Les engagements sont détaillés dans un manifeste, illustré avec des retours d'expérience. Ces engagements ont été identifiés sur la base de l'expertise d'EcoAct auprès des villes et territoires, d'une hiérarchisation des principaux postes émetteurs de GES, et d'une revue des meilleures pratiques en matière de stratégie climat en France et en Europe. En savoir plus. Guillaume Bonnentien - guillaume.bonnentien@eco-act.com

Eqosphere : l’économie circulaire prend place dans les plus grands rassemblements internationaux pour la planète !

Après avoir mis en lumière le rôle de l'économie circulaire dans les stratégies d'adaptation aux changements climatiques lors de la COP 25 avec le Comité 21 et Climate Chance, Eqosphere, entreprise pionnière de programmes opérationnels de réduction du gaspillage et des déchets pour les acteurs professionnels, sera présent à de nouveaux rendez-vous de partage d'expertises. Lors du salon Produrable Paris les 28 et 29 avril 2020, Eqosphere illustrera les démarches « RSE déchets » de grandes organisations sportives prestigieuses puis animera une conférence sur « La sobriété, préalable à l'économie circulaire ». L'entreprise sociale, qui développe une politique partenariale innovante, continue sur sa lancée au plus grand rendez-vous international des protecteurs et promoteurs de l'environnement : le Congrès Mondial de la Nature à Marseille en juin 2020. En plus d'être acteur de l'éco-responsabilisation de l'événement et de la gestion de ses déchets, Eqosphere contribuera à l'événement en construisant une conférence de haut niveau sur « l'écoresponsabilité insulaire et ultramarine. Déchets, climat et biodiversité : des enjeux connectés ». En savoir plus. Julien Mauduit - julien.mauduit@eqosphere.com

EDF a développé un service climat

Conscient de l'impact de ses activités sur le changement climatique, EDF a choisi dès la publication du 1er rapport du GIEC en 1990 de développer une équipe interne spécialisée dans les enjeux climatiques. C'est pourquoi l'entreprise dispose aujourd'hui d'une quinzaine de chercheurs permanents travaillant sur l'estimation des conséquences du changement climatique sur le parc de production d'énergie existant et à venir (nucléaire, hydraulique, éolien, solaire, etc.), sur l'évolution de la quantité d'énergie qui sera produite à partir d'énergies renouvelables et sur l'évolution de la demande en énergie. Le service climatique d'EDF Recherche & Développement joue le rôle de passerelle entre la science climatique, sans cesse en évolution, et les métiers du groupe EDF, permettant ainsi une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ainsi que des plans d'adaptation concernant les différents métiers des données climatiques. En savoir plus. Remi Bussac - remi.bussac@edf.fr

Suez agit pour le Capital Naturel

Promouvoir des initiatives innovantes contribuant à la transition écologique et solidaire des territoires, telle est l'ambition de SUEZ en France. A travers son nouveau programme « Agir pour le Capital Naturel », l'entreprise a lancé le 17 février un concours de solutions nouvelles, en lien avec les activités de gestion de l'eau et de recyclage et valorisation des déchets, autour du thème « Biodiversité et Solutions fondées sur la nature ». Les projets devront répondre aux enjeux de préservation de la biodiversité, de restauration des services écosystémiques ou encore s'appuyer sur des solutions fondées sur la nature. Les projets pourront être déposés dans deux catégories : innovation technique et digital ou innovation sociétale. Le jury remettra des prix pour chaque catégorie et décernera également un « prix coup de coeur ». Tous les projets seront étudiés par le comité d'évaluateurs du programme, composé d'experts pluridisciplinaires du groupe SUEZ. Le jury est quant à lui composé de parties-prenantes externes, représentants institutionnels, associatifs et scientifiques, et représentants du groupe SUEZ. Clôture de l'appel à projet : 29 mars 2020. En savoir plus. Caroline Orjebin-Yousfaoui - caroline.orjebin@suez.com

Veolia propose d’intégrer les scénarios énergie-climat dans les stratégies des entreprises

Quinze entreprises françaises, dont Veolia,  ont contribué à l'étude Afep - Shift Project concernant l'utilisation de scénarios énergie-climat dans la stratégie des entreprises. Aujourd'hui, les investisseurs interrogent les entreprises sur leur alignement avec les objectifs de l'accord de Paris. Les enjeux énergie-climat nécessitent la mise en oeuvre de méthodes rationnelles et objectives pour penser différents futurs possibles. Ces scénarios créeront la confiance nécessaire pour imaginer et financer aujourd'hui les solutions de demain. Cette étude a été rendue publique le 19 novembre à Bruxelles lors de la conférence « Climate and energy scenario analysis : shedding light on the “black box ». Veolia y est intervenu pour démontrer que l'usage par les entreprises de scénarios énergie-climat renforce la résilience de leurs business models et de leur chaîne de valeur. Elle y a également présenté les engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES) du Groupe. L'entreprise offre déjà une large gamme de solutions d'adaptation ou grâce à l'économie circulaire qui transforme des déchets en ressources. Veolia s'engage dans la transition bas carbone, avec des objectifs sur la substitution de la production de chaleur à base de charbon par des énergies moins émettrices, le captage et la valorisation du biogaz issu du stockage des déchets, ainsi que l'achat d'électricité moins carbonée. En savoir plus. Alice Peyrard - alice.peyrard@veolia.com

La Région Normandie lance son GIEC pour le climat

Comment traduire les prévisions du GIEC international au niveau territorial ? En 2019, la Région Normandie a déjà mobilisé 28 millions d'euros - dont 8,6 millions de Fonds européens - pour accroître de manière significative la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, favoriser la performance énergétique des bâtiments, encourager le développement de l'économie circulaire, contribuer à la préservation de la biodiversité et du patrimoine naturel ou encore garantir la qualité des eaux des milieux aquatiques. Aujourd'hui, elle a décidé de mobiliser son groupe d'experts et de scientifiques normands pour faire état des impacts du changement climatique, rendre les données mesurées et projections à l'horizon 2050-2100 et ainsi inspirer les révisions des politiques régionales. Le groupe est constitué des 3 universités normandes. Stéphane Costa, Professeur de Géographie à l'Université de Caen-Normandie, Président du Conseil Scientifique de la stratégie nationale de gestion du trait de côte, et Benoît Laignel, Professeur en Géosciences et Environnement à l'Université de Rouen - Normandie et membre-expert de l'IPCC/GIEC, ont accepté de co-présider ensemble ce « GIEC normand ». Les thèmes retenus pour les premiers travaux sont : changements climatiques et aléas météorologiques, qualité de l'air, de l'eau, biodiversité marine et terrestre, sols ; agronomie, agriculture, pêche et conchyliculture ; territoires urbains, périurbains, ruraux, mobilité, aménagement ; systèmes côtiers, risques naturels et écosystèmes ; santé. Les premiers résultats intermédiaires devraient être rendus en juin 2020. En savoir plus. Nadine Tournaille - nadine.tournaille@normandie.fr

Le département de la Nièvre prépare sa stratégie d’adaptation au changement climatique

Le département de la Nièvre a initié la réalisation de sa stratégie d'adaptation. Si le Conseil départemental s'est engagé depuis longtemps dans l'atténuation au changement climatique, notamment en oeuvrant dans l'isolation de son patrimoine bâti et dans le parc privé, un nouveau pas est franchi visant à préparer les territoires et la population aux conséquences prévisibles de ce changement. Aussi, le 28 novembre dernier, le Département a organisé un séminaire d'une journée sur sa future stratégie d'adaptation, à Magny-Cours. A la suite d'un travail d'analyse préalable mené par le CEREMA sur la vulnérabilité du territoire dans l'ensemble de ses composantes, le séminaire a réuni 80 personnes : élus, techniciens et citoyens engagés sur cette question. Ils ont pu au cours de trois séances de groupes de travail réfléchir sur la hiérarchisation des impacts du changement climatique dans la Nièvre, la spatialisation de ces impacts au niveau du département, puis à l'évaluation des capacités d'adaptation du territoire. Ce séminaire doit participer in fine à la conception d'une stratégie reposant sur trois volets : l'adaptation des modes de fonctionnement internes, l'adaptation des politiques publiques et l'accompagnement des territoires infra-départementaux dans leurs politiques d'adaptation. En savoir plus. Geoffrey Darmencier - geoffrey.darmencier@nievre.fr

Marseille : de la territorialisation des ODD… au besoin d’une transition juridique globale pour la résilience climatique

Le Conseil municipal de Marseille a approuvé le 27 janvier 2020 l'ensemble des 17 ODD afin de s'en inspirer pour construire une grille de lecture et d'évaluation de son action, et y faire adhérer ses services et ses partenaires. Marseille affirme ainsi sa volonté d'aborder globalement les questions d'atténuation et d'adaptation aux changements climatiques, dans une approche systémique qui invite à privilégier les changements de comportements, de modes de vie et de modèles économiques plutôt que le recours massif aux technologies. Cette vision, qui met en avant l'humain et les spécificités territoriales, en s'appuyant sur le numérique, correspond bien à la vision de la ville méditerranéenne résiliente dont Marseille se réclame, et qu'elle porte, depuis une vingtaine d'années, dans les évènements internationaux sur le climat et le développement durable, auxquels elle participe activement, souvent aux côtés du Comité 21. Cette approche rejoint directement les valeurs inscrites dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Humanité, également approuvée par cette délibération. Pour étayer cette vision transformatrice et la défendre auprès des Etats en termes politiques et juridiques, la ville de Marseille a engagé, avec le Barreau de Marseille, une démarche innovante, officiellement adoptée par la même délibération, qui porte le nom de « Transition Juridique » en faveur de la résilience climatique des territoires (cf. « Premières propositions aux Etats » en PJ). Voir le document. Jean-Charles Lardic - jclardic@marseille.fr

L’Adphile agit pour le climat

Il est des fois où de grands messages peuvent être diffusés sur un timbre-poste... Préserver la biodiversité, agir pour le climat et mettre en oeuvre les objectifs de développement durable : tels sont les messages promus par l'Adphile. Cette association de philatélie financée par la Poste a lancé en 2019 auprès de 2000 classes des écoles élémentaires et collèges des kits clés-en-main pour préserver la biodiversité. En 2020, Adphile propose aux élèves d'envoyer leurs plaidoyers qu'elle s'engage à publier sur son site et à présenter sous forme d'un livre blanc au Congrès mondial de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) en juin prochain à Marseille. D'autres kits-ateliers seront proposés dès juin 2020 sur les trois thèmes « ODD », « biodiversité » et « action pour le climat », afin de sensibiliser les plus jeunes aux conséquences de nos modes de vie sur les écosystèmes et entrevoir des solutions... En savoir plus. Florence Fraboulet - directeur.adphile@laposte.net

Décider Ensemble : des rencontres nationales de la participation climatique et démocratique

Dans un contexte de lutte contre le changement climatique, à quoi sert la participation ? Comment impliquer les citoyens pour réussir une transition écologique et solidaire ? Au niveau national, la Convention citoyenne pour le climat offre un point de réflexion pour la mise en oeuvre d'initiatives locales. L'adaptation aux changements climatiques nécessite une appropriation, par toutes et tous, de cette cause et de ses enjeux. La 4e édition des Rencontres nationales de la participation, organisée par le think tank de la décision partagée Décider Ensemble, se déroulera les 22, 23 et 24 juin 2020, à Mulhouse. Pendant ces trois jours, décideurs, experts, militants, praticiens et citoyens exploreront la culture de la participation et les effets des dispositifs participatifs sur le monde d'aujourd'hui et de demain. En savoir plus. Clara Caubet - c.caubet@deciderensemble.com

Adaptation : le Geres anime la commission Climat et Développement de Coordination Sud

Au sein du collectif Coordination SUD, 24 ONG de solidarité internationale ont constitué une commission Climat et Développement (CCD) dont le chef de file est le Geres. Depuis 2012, ces ONG se concertent et conduisent un plaidoyer pour une meilleure intégration du climat dans leurs actions, avec le soutien de l'Agence Française de Développement (AFD). En 2019, la CCD s'est engagée dans un nouveau triennal qui inclut le renforcement des compétences climat-développement des équipes techniques des ONG au Nord et au Sud et de leurs partenaires. Parmi les thèmes traités, celui de l'adaptation aux changements climatiques et aux vulnérabilités vise notamment à coordonner des analyses participatives des vulnérabilités et à guider le développement de plans locaux d'actions. Plusieurs parcours de formation sont proposés : des formations techniques et formations de formateurs au Nord ; un parcours Sud à destination des équipes et des partenaires terrain des ONG, et cinq webinaires ouverts à tous. L'occasion pour le Geres de partager ses expériences de terrain avec les autres ONG mobilisées. Le budget triennal est supporté à 60% par l'AFD, le Geres est à la recherche du solde, soit environ 200 000 €. En savoir plus. Marie-Noelle Reboulet - mn.reboulet@geres.eu

En métamorphose propose un plan adaptation côte méditerranéenne Occitanie

Les politiques publiques d'adaptation ont pour objectifs d'anticiper les impacts à attendre du changement climatique, de limiter leurs dégâts éventuels en intervenant sur les facteurs qui contrôlent leur ampleur (par exemple, l'urbanisation des zones à risques) et de profiter des opportunités potentielles. C'est pourquoi En métamorphose (branche territoire France de l'association métamorphose Outremers) démarre son action « plan adaptation Occitanie littoral méditerranéen ». En effet, la Région Occitanie est particulièrement impactée par le réchauffement : aggravation des inondations, sécheresse répétée et augmentation des feux de forêt, conséquences sur le développement touristique. La première étape de ce projet se déroulera du 1er mars au 30 juillet 2020, et devrait conduire d'ici trois ou cinq ans à un plan adaptation inspiré des travaux menés en nouvelle Aquitaine (plan ACCLIMATERRA de Hervé le Treut, climatologue français spécialiste de la simulation numérique du climat). Les échanges avec le Comité 21 au cours des différents ateliers du programme « Adaptation aux changements climatiques » vont conduire les travaux d'En métamorphose. En savoir plus. Dominique Martin Ferrari - dmf@gaia-network.com

PFE publie un ensemble de réalisations pour faire face au dérèglement climatique

Le secteur de l'eau est notamment au centre de celles exprimées aujourd'hui dans les Contributions Déterminées au niveau National. Pour des questions de cohérence, les projets « eau » devront privilégier à la fois l'atténuation et l'adaptation : programmes d'économie d'eau et de lutte contre les catastrophes naturelles, technologies économes ou productrices d'énergie, programmes concourant à mieux stocker le carbone (gestion forêts, cultures et sols) ou de protection contre les atteintes à notre biodiversité... Aussi, le Partenariat Français pour l'Eau a publié, dans le cadre de la COP25, un livret présentant un ensemble de réalisations pour faire face au dérèglement climatique. Ce document contient 22 réalisations d'acteurs variés : établissements publics, collectivités, entreprises, associations, instituts de recherche, etc. En savoir plus. Jennifer Fernando - jennifer.fernando@partenariat-francais-eau.fr

L’IEA de Paris met en place une Chaire « Résilience et Innovation Territoriale »

L'IEA de Paris (Institut d'études avancées) travaille, avec la ville de Paris et l'Ecole des ingénieurs de la ville de Paris, à la mise en place d'une Chaire «Résilience et Innovation Territoriale ». Elle aura pour objectif la capitalisation des connaissances et la formalisation et l'analyse des processus de pilotage et l'évaluation des politiques de résilience, entendue comme la capacité des territoires et de tous leurs acteurs à maintenir un état satisfaisant de fonctionnement, par l'adaptation et la préparation aux chocs majeurs et stress chroniques présents et à venir (catastrophes climatiques, événements météorologiques inattendus...). À partir de l'étude de cas concrets d'innovation territoriale, en collaboration avec les meilleurs chercheurs au niveau mondial, la chaire proposera une plateforme innovante de partage et de réflexion à destination de tous types d'acteurs afin de devenir un laboratoire d'idées et de construire une communauté de savoirs et de pratiques. Les 2 et 3 juillet 2020, une conférence internationale sur le thème de l'évaluation de la résilience donnera de la visibilité à ce projet, dans une perspective à la fois académique et opérationnelle. Des partenaires privés et publics sont recherchés pour cofinancer la Chaire RIT et participer à sa gouvernance. En savoir plus. Margaux Dumonteil - margaux.dumonteil@paris-iea.fr

RéUniFEDD : éduquer avec le projet FECODD

Dans le cadre de son projet FECODD (Formation, Education, Compétences et Objectifs de développement durable), le RéUniFEDD propose plusieurs projets multi-acteurs dans la perspective de la cible 13.3 des ODD. Il s'agit de recherches-actions-formations participatives sur des projets élaborés dans le cadre de la formation des enseignants en liaison avec des INSPE, intégrant les ODD et transposables dans d'autres formations, notamment des projets pédagogiques en liaison avec des associations et des collectivités territoriales, et donnant lieu, par exemple, à des modules en FOAD articulés avec des actions de terrain, en France et dans la francophonie. Certaines de ces actions portant sur les axes Changements Climatiques et Préservation de le Biodiversité, seront proposées lors du Congrès de l'IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) de Marseille en juin 2020 et dans le cadre de plusieurs séminaires. Les deux premiers séminaires (des axes « Formation » et « Territoires ») sont prévus à Clermont du 11 au 13 mars 2020. En savoir plus. Alain Legardez - alain.legardez@univ-amu.fr

Fondation UVED : comment se former à l’adaptation aux changements climatiques ?

Parler d'adaptation aux changements climatiques implique de connaître ce que recouvre cette notion, de savoir à quoi il va falloir s'adapter, les risques et les enjeux futurs de l'adaptation, ses impacts, l'importance des dynamiques d'acteurs et les stratégies d'adaptation des populations, des territoires, de la biodiversité... L'Université Virtuelle Environnement et Développement durable a produits et coordonnés plusieurs cours en ligne gratuits et ouverts à tous (Licence Creative Commons), dont des vidéos issues des MOOC « Causes et enjeux du changement climatique », « Biodiversité et changements globaux » et « Objectifs de développement durable » qui traitent de l'ODD 13 et de l'adaptation aux changements climatiques. Retrouvez un focus de vidéos sur l'adaptation. En savoir plus. Delphine Pommeray - delphine.pommeray@fondation-uved.fr

Le Comité 21 en action
 
La Grande Transformation, 10 propositions concrètes pour changer de système

Le Comité de prospective du Comité 21, présidé par l'économiste Philippe Dessertine, directeur de l'Institut de Haute Finance, membre du Haut Conseil des finances publiques, est composé d'une trentaine de chercheurs, d'experts et d'administrateurs du Comité 21. Il travaille depuis plus de deux ans pour ce rapport sur la « Grande Transformation » de nos modes de vie. En effet, depuis 2017, le Comité 21, présidé par Bettina Laville, a choisi d'adopter le terme « transformation » au lieu de « transition » pour traduire plus correctement la nécessité d'actions rapides et radicales. Cette première version du rapport, présenté le 30 janvier au Grand Palais à l'occasion du ChangeNow summit, propose des pistes concrètes principalement dans les domaines de la science, de la finance, de la citoyenneté écologique et des territoires. Ces propositions s'adressent aux entreprises, collectivités, associations, enseignement supérieur, citoyens, etc. dans le cadre de la mission que s'est donnée depuis 25 ans le Comité 21, anticipateur de l'ODD 17. Il démontre que les leviers sont nombreux et à la portée de tous. La version finalisée de ce rapport sortira mi-mars. 190 pages. En savoir plus

VILLES & TERRITOIRES
Le Tour de France des ODD fait étape en Nouvelle-Aquitaine le 2 avril 2020

Le Tour de France pose ses valises à Bordeaux pour une étape néo-aquitaine le 2 avril « ODD en territoires, l'heure des choix » ! Cette étape se déroulera à l'Hôtel de département sur toute une journée. Au programme : organisation de deux débats, d'un forum aux initiatives et d'ateliers participatifs. Des questions autour de la capacité des ODD à guider le stratégies territoriales et économiques, et de la faisabilité de leur mise en oeuvre seront débattues le matin. En début d'après-midi seront exposées des initiatives autour des Territoires apprenants, des outils de mise en oeuvre, des démarches en matière d'éducation à l'environnement durable, des systèmes alimentaires territorialisés... ainsi que de nombreuses autres thématiques vous seront rapidement communiquées. Enfin, chaque participant pourra ensuite lors d'un atelier participatif mettre en pratique et découvrir de façon plus approfondie ces sujets présentés lors du forum. Réservez la date dès aujourd'hui et venez nombreux ! Prochaines étapes en Ile-de-France et en Isère (mi-novembre à l'occasion de la COP26). Le Tour de France est soutenu par l'Agence française de développement, le Ministère de la Transition écologique et solidaire, l'ADEME et la Banque des territoires. N'hésitez pas à nous contacter si vous désirez que le Tour de France s'arrête chez vous ! Découvrez le cahier guyanais du Tour de France des ODD. En savoir plus. Elsa Charon - charon@comite21.org

ODD et élections municipales : rencontre avec les représentants des candidats de l’agglomération de Rouen

Le Comité 21 était invité, jeudi 13 février, par Associations et Territoires, à rencontrer les représentants des différents candidats aux élections municipales de l'agglomération de Rouen. En présence de Jean Luc Léger, Président du CESER Normandie et Président d'Associations et Territoires, Sarah Schönfeld, directrice du réseau national du Comité 21, est intervenue pour présenter l'Agenda 2030, comme outil puissant d'évaluation des politiques publiques au l'aune du développement durable. Les compétences déléguées aux échelons communal et intercommunal rendent de facto les villes et les EPCI responsables et en première ligne de la mise en oeuvre d'ODD clés au niveau territorial. Il s'agissait de les en convaincre pour que la période du mandat qui s'ouvre jusqu'en 2026 soit mise à profit en faveur de la transformation des territoires aux niveaux économique, social, environnemental et sociétal. Ce fut l'occasion d'un débat passionnant autour du principe de subsidiarité et autour de la notion de démocratie contributive, plus à l'écoute et en interaction avec les citoyens. Ce fut également l'occasion de faire connaitre les deux publications récentes du Comité 21 : d'abord le guide pratique « Pour une meilleure appropriation de l'Agenda 2030 par les collectivités », qui donne des clés pour se saisir de l'outil ODD afin d'augmenter l'ambition de durabilité des politiques publiques, mais également de débattre des 10 propositions avancées dans le rapport « La Grande Transformation : freins, moteurs et leviers ». Retrouvez l'interview de Sarah Schönfeld par RCF lors de son intervention à Rouen. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

2 mars : intervention au webinaire « ODD 17 en pratique sur les territoires » organisé par le Rameau

Il faut être ensemble pour mettre en oeuvre les Objectifs de développement durable ! Or, le numérique est l'outil du lien par excellence : il offre une formidable opportunité pour les innovations territoriales, mais il n'est pas sans risque... C'est pourquoi le Rameau, Villes au Carré et le Comité 21 (représenté par Sarah Schönfeld) souhaitent mettre en perspective l'ODD 17 « Partenariats pour la réalisation des objectifs » lors d'un webinaire d'une heure sur la plateforme « l'innovation territoriale en action ! », lundi 2 mars à 13h00 . Cette plateforme vise à outiller les acteurs des territoires engagés dans des dynamiques locales collectives. Ce sera l'occasion pour le Comité 21 de présenter à nouveau le guide de l'appropriation de l'Agenda 2030 par les collectivités territoriales, et pour le Rameau de faire découvrir les innovations partenariales ... En savoir plus. Elodie Jullien - ejullien@lerameau.fr

CLIMAT & ENERGIE
« S’adapter pour (sur)vivre » : carton plein pour ce colloque sur l’Adaptation, sujet phare du Comité 21

Le 26 février, le Comité 21 organisait le colloque « S'adapter pour (sur)vivre », ouvert par la Ministre Elisabeth Borne, à l'Assemblée nationale. Temps fort entre les deux phases de notre programme d'accompagnement, ce colloque était l'occasion d'ancrer le positionnement du Comité 21 sur l'adaptation aux changements climatiques, et montrer que s'adapter ne relève pas seulement d'enjeux organisationnels et techniques, mais aussi et surtout d'enjeux cognitifs et psycho-sociaux. Près de vingt intervenants, issus d'entreprises, de collectivités, mais aussi des sociologues, psychologues, explorateurs, ont permis, grâce à leurs présentations, d'identifier les freins et les leviers à l'adaptation, et de valoriser des retours d'expériences de processus d'adaptation déjà mis en oeuvre dans leurs organisations, afin d'encourager et inspirer d'autres acteurs. Ces panels pluridisciplinaires ont contribué à décloisonner les échanges sur l'adaptation et à intégrer davantage de disciplines dans le débat sur l'adaptation, que nous définissons comme une réorganisation globale des écosystèmes territoriaux, quoi doit, de fait, intégrer toutes les parties prenantes. A cette occasion, le Comité 21 a publié une note de positionnement assortie de 12 recommandations, à destination de différents acteurs (Etat, collectivités, entreprises, citoyens), afin que tous contribuent à l'accélération de la mise en oeuvre de l'adaptation (cf. rubrique « Pour en savoir plus).

Lancement du groupe de réflexion « Neutralité carbone : une responsabilité territoriale » animé par le Comité 21

Composé de collectivités locales, de syndicats d'énergie, d'entreprises, d'associations et de scientifiques, ce groupe de réflexion travaillera, à partir de fin mars-début avril, à identifier les leviers techniques et méthodologiques qui permettraient aux territoires de se placer dans une trajectoire de neutralité. Il répond aux objectifs nationaux et européens, tant sur la réduction massive des émissions de gaz à effet de serre (sobriété énergétique, décarbonation de l'énergie, des transports, du bâtiment, de l'industrie et de l'agriculture) que sur la capacité du territoire à capter et séquestrer le carbone (puits naturels et technologiques). Pour toute information sur ce groupe de réflexion : Virginie Hugues - hugues@comite21.org

Le Comité 21, partenaire du projet Life ARTISAN sur les solutions d’adaptation fondées sur la nature (SAFN)

Il est urgent de mettre en oeuvre des stratégies d'adaptation pour faire face aux changements à venir. L'actualisation de la stratégie de l'Union Européenne relative à l'adaptation aux changements climatiques, initialement adoptée en 2013, devrait être terminée pour la COP26. Elle devra se décliner au niveau de chaque Etat membre, chargé de l'adapter à ses spécificités territoriales. La politique française d'adaptation aux changements climatiques reconnaît « la valeur de la biodiversité et des services écosystémiques pour l'adaptation et recherche, partout où cela est possible, des synergies en privilégiant les solutions d'adaptation fondées sur la nature (SAFN) ». Le projet LIFE intégré ARTISAN (Accroître la Résilience des Territoires au changement climatique par l'Incitation aux Solutions d'adaptation Fondées sur la Nature) s'inscrit dans ce contexte et contribue à la mise en oeuvre du 2eme plan national d'adaptation aux changements climatiques (PNACC2), de l'Accord de Paris, et de la stratégie de l'Union européenne. Les SAFN entraînent trois types d'action : la préservation d'écosystèmes fonctionnels et en bon état écologique ; l'amélioration de la gestion d'écosystèmes pour une utilisation durable par les activités humaines ; la restauration d'écosystèmes dégradés ou la création d'écosystèmes. Ce projet compte bien améliorer les cadres institutionnels, financiers, normatifs et lever les freins à la généralisation des SAFN. Il dispose d'une durée de 8 ans (jusqu'en 2027) et est doté d'un budget de 16,7 M€, dont près de 10 M de l'UE. Il est coordonné par l'Office Français de la Biodiversité, accompagné de 28 bénéficiaires, dont le Comité 21, qui se chargera du volet « Formation des décideurs » prochainement. Le Grant Agreement, la convention du projet ARTISAN, a été signé avec la Commission européenne. Tous les bénéficiaires du Grant Agreement peuvent ainsi commencer leurs actions ! En savoir plus - Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

29 avril : un grand débat « La biodiversité, nouvelle alliée de l’adaptation au changement climatique » co-organisé avec le Ceebios à Produrable

L'adaptation au changement climatique est un enjeu majeur pour l'ensemble des acteurs publics et privés mais insuffisamment intégré dans leurs stratégies et leurs projets. Les solutions fondées sur la nature (SfN) sont inspirées par et s'appuient sur la nature. Elles utilisent, ou imitent, des processus naturels pour répondre aux défis du changement climatique. Elles représentent un potentiel de solutions pour mieux adapter nos infrastructures, nos territoires et nos organisations humaines aux impacts de ce changement climatique. Dans le cadre du salon Produrable, les 28 & 29 avril au Palais des Congrès, ce débat rassemble des porteurs de projets et des initiatives visant à réduire la vulnérabilité des systèmes naturels et humains en s'appuyant sur la biodiversité (solutions d'adaptation fondées sur la nature, biomimétisme). Le Comité 21 est partenaire du salon Produrable et aura également le plaisir de vous accueillir sur son espace pendant ces deux jours de salon. Invitations réservées à nos adhérents (PU29bis). En savoir plus. Virginie Hugues - hugues@comite21.org

ECONOMIE & SOCIETE
Nouveau groupe de réflexion « Renouveau du dialogue avec les parties-prenantes et gouvernance des entreprises »

La loi PACTE a adressé un message fort aux entreprises en invitant à une plus grande collégialité des réflexions dans leur gouvernance. Plusieurs initiatives y contribuent déjà à travers notamment la création de comités consultatifs des parties prenantes. En 2015, le Comité 21 avait publié un guide méthodologique, des principes directeurs et différentes notes de décryptage pour accompagner le développement de ces pratiques. Mais depuis aucun bilan n'a été réalisé. Alors était-ce suffisant ? Les entreprises ont-elles mieux pris en compte les parties prenantes dans leur processus de décision ? Quelles sont les limites des comités de parties prenantes et les nouvelles formes de dialogue qui émergent en France te à l'étranger ? La raison d'être n'est-elle par l'opportunité d'un dialogue renouvelé avec les différentes parties prenantes ? Pourquoi et comment les impliquer plus largement dans les processus de décision ? Comment élargir leur représentation dans les conseils d'administration ? Le Comité 21 lancera un groupe de réflexion, dans les semaines à venir, qui creusera toutes ces questions au cours des deux années à venir et proposera des outils et recommandations. Pour toute information sur ce groupe de réflexion : Virginie Hugues - hugues@comite21.org

Responsabilité numérique et entreprises à la Plateforme RSE

Ce groupe de travail a vocation à permettre de mieux appréhender les questions soulevées par la transition numérique des entreprises. Les différentes thématiques identifiées par la Plateforme RSE ont fait l'objet de débats et ont mené le groupe à se concentrer, dans un premier temps, sur la responsabilité des entreprises en matière de production, d'usage et de protection des données collectées dans le cadre de leurs activités. Ce groupe est animé par Bettina Laville, présidente du Comité 21, et co-rapporté par Denis Guibard (C3D), Ghislaine Hireso (4D), Geoffroy de Vienne (CFTC). En savoir plus. Sarah Dayan - dayan@comite21.org

Renouvellement de la gouvernance de la Plateforme

Lors de l'Assemblée plénière du 29 janvier dernier, Frédérique Lellouche, secrétaire confédérale de la CFDT en charge de la RSE et de la gouvernance, a été élue présidente. Elle remplace Sylvain Boucherand, membre du pôle de la société civile et trésorier de Humanité et Biodiversité. Bettina Laville, présidente du Comité 21 et membre du pôle des experts de la RSE, sera vice-présidente jusqu'en 2021 après quoi elle cèdera sa place à Jean-Pierre Chanteau, représentant du RIODD. Sylvain Boucherand et Guillaume de Bodard, président de la commission environnement et développement durable de la CPME sont également élus vice-présidents. En savoir plus

CITOYENNETE & DEMOCRATIE
2ème réunion du collège citoyens : un tremplin pour 2020

Le 18 février a eu lieu la deuxième réunion du collège citoyen du Comité 21, réuni autour de la thématique de la « citoyenneté et démocratie ». Ce nouveau collège a notamment pour vocation de devenir un laboratoire d'idées, en rassemblant les propositions et revendications citoyennes pour la transformation durable de la société, ainsi qu'en les diffusant et en les soumettant aux différents acteurs de la société civile (collectivités, entreprises, associations, établissements d'enseignement, etc.). Cette réunion a été l'occasion de confirmer les objectifs du collège citoyen, de faire le point sur les expertises de chacun et d'évoquer et même de tester une nouvelle méthodologie de travail à adopter pour la suite, basée sur la co-construction et la liberté de parole. La prochaine réunion aura lieu le 28 avril et permettra de cibler les thématiques à creuser par ce laboratoire d'idées ainsi que l'organisation des groupes de travail. Citoyens, n'hésitez pas à nous rejoindre ! Rejoignez le collège citoyen ? Elsa Charon - charon@comite21.org

Le Comité 21 partenaire
 
Le Comité 21 à Produrable 2020 : Sobriété, Solidarité, Prospérité … pour un New Deal Européen

Produire durablement. Aujourd'hui, l'entreprise se voit assignée un nouveau rôle, un nouvel engagement, sociétal, politique dirons certains : celui de se mettre au service de l'Homme et de la Nature. L'Europe a 10 ans pour construire ce New Deal de la Prospérité. A ce titre, le salon professionnel des acteurs et des solutions de l'Économie Durable revient pour une nouvelle édition, les 28 et 29 avril 2020, après une édition 2019 qui a rassemblé plus de 8 500 participants et enregistré une hausse record de sa fréquentation. Organisée sous le haut patronage du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, cette 13ème édition de Produrable aura pour thème central « 2020 - 2030 : pour un New Deal Européen ! ». Cette année, 3 enjeux clés ont été identifiés comme prioritaires : Nature & Biodiversité ; Education, Formation, Recherche; Low Tech. Le Comité 21 renforce son partenariat avec Produrable en participant par un stand pendant les 2 jours et en co-organisant, le 29 avril à 10h30, avec Ceebios du grand débat « La biodiversité, nouvelle alliée de l'adaptation au changement climatique». En savoir plus

19 mai 2020 : le Comité 21 interviendra au Forum International Météo et Climat

Le Comité 21 participera à l'édition 2020 du Forum International Météo et Climat. Bettina Laville interviendra le 19 mai en tant que Grand témoin au colloque « Adaptation aux enjeux climatiques : anticiper les vulnérabilités pour favoriser les prises décisions et préparer l'avenir ». Des scientifiques, des représentants d'entreprises et de territoires seront présents lors de cet évènement afin de présenter les apports de la science pour faire face aux nouvelles problématiques de lutte contre les changements climatiques, érosion de la biodiversité, protection des territoires etc. En savoir plus

Appel à participation
 
Faire participer les citoyens en Île-de-France : un appel à projet pour recueillir les pratiques existantes

La DRIEE (Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Energie), en partenariat avec de nombreux acteurs régionaux, a décidé d'éditer une nouvelle version de son recueil sur la participation citoyenne en Île-de-France. Pour ce faire, elle lance un appel à manifestation d'intérêt (AMI) à l'attention des collectivités, aménageurs, associations, collectifs de citoyens, entreprises et porteurs de projets en général, afin qu'ils contribuent à ce recueil en partageant leurs démarches de participation citoyenne inspirantes. L'objectif étant de valoriser ces démarches et de donner envie à d'autres de s'en saisir, une attention particulière étant portée à la méthodologie des projets et aux leviers ayant permis leur réalisation. Il s'agit là de véritables programmes d'action qui peuvent servir de boussole à la mise en oeuvre de démarches participatives. Contribuez dès maintenant, l'AMI est ouvert jusqu'au 9 avril ! En savoir plus - Formulaire de participation

3 questions à ...
Magali Reghezza, géographe, maître de conférences à l'École normale supérieure et membre du Haut Conseil pour le Climat pour l'adaptation

Vous avez été récemment nommée en tant qu'experte au sein du Haut Conseil pour le Climat. Pouvez-vous nous parler de votre parcours et de vos missions au sein du HCC ?

Je suis géographe et travaille sur la prévention des catastrophes naturelles, en particulier des aléas hydro-climatiques. J'ai étudié la vulnérabilité et la résilience sociales et territoriales, et l'aménagement des zones à risque au prisme de l'adaptation. Je cherche à comprendre comment les sociétés et les individus s'adaptent, c'est-à-dire effectuent des changements plus ou moins profonds et structurels, pour répondre aux menaces, perturbations et pressions lentes. Il existe aujourd'hui une tension fondamentale entre l'adaptation historique, lente et incrémentale, qui se réalise par ajustements successifs, face à des risques relativement prévisibles, et l'adaptation rapide, profondément transformationnelle et largement anticipative, exigée par le changement climatique, alors même que les incertitudes et les contraintes locales sont fortes. J'ai intégré le HCC pour appuyer les analyses sur l'adaptation, en particulier à l'échelle des territoires, et renforcer la compétence sciences humaines et sociales dans le groupe.

Comment le Haut Conseil pour le Climat se saisit de la problématique de l'adaptation aux changements climatiques ? Quels sont les prochains travaux du HCC à ce propos ?

Si le HCC émet des recommandations et avis sur les politiques d'atténuation, l'adaptation est à l'agenda de nos travaux. Adaptation et atténuation vont de pair. Si l'on entend par adaptation les transformations qui permettent de répondre à un changement, l'atténuation suppose une adaptation des sociétés et des individus, car la décarbonation, qui permet l'action sur les causes du changement climatique appelle des mutations majeures. Et si on entend l'adaptation dans le sens de réponse aux conséquences du changement climatique, tout retard pris dans l'atténuation augmente mécaniquement les besoins d'adaptation, et les efforts qui pèseront sur les plus vulnérables. Le HCC s'est pleinement saisi de ces questions et entend intégrer systématiquement la dimension adaptation, qu'il s'agisse du rapport annuel ou de rapports aux sujets plus étroits.

Quelles sont selon vous les pays, territoires ou organisations qui sont en avance sur l'intégration de l'adaptation aux changements climatiques ? Pourriez-vous illustrer votre réponse par un exemple ?

Les actions de réduction des risques de catastrophe (RRC) vont souvent dans le sens de l'adaptation. Il y a ainsi une continuité possible entre la RCC et l'adaptation. Toutes les actions contre les facteurs « profonds de vulnérabilité » que sont la pauvreté, les inégalités, les déficits d'accès à l'éducation, l'emploi, la santé, etc., vont aussi dans le sens de l'adaptation aux événements extrêmes et aux impacts lents du changement climatique. Des dispositifs sociaux ou économiques, totalement pensés en dehors du changement climatique, peuvent donc contribuer à l'adaptation, et in fine à la résilience. Les politiques d'aménagement du territoire sont enfin des instruments cruciaux pour mettre en cohérence les différentes initiatives, en fonction des besoins des territoires. Ceci pour dire que certains pays ont pu inscrire l'adaptation au changement climatique dans une tradition ancienne d'adaptation aux contraintes environnementales. C'est le cas des Pays-Bas, qui depuis les grandes inondations de 1953, ont développé des actions de lutte contre les risques de submersion, qui sont certes revues aujourd'hui à l'aune des scénarios climatiques, mais qui prolongent une culture historique de ces risques. D'autres territoires ont en revanche adopté plus récemment des politiques très proactives : Los Angeles développe depuis plus de dix ans une stratégie d'adaptation. L'adaptation n'est pas l'apanage des territoires urbains : des territoires ruraux, notamment agricoles, la mettent aussi en oeuvre, parfois à des échelles très locales.

www.hautconseilclimat.fr/

En savoir plus
Comité 21 : 12 propositions pour une transformation accélérée des territoires et des organisations

Prêt pour une transformation radicale de votre vie et de la société ? Le 26 février, à l'occasion du colloque « S'adapter pour (sur)vivre » organisé à l'Assemblée nationale, le Comité 21 a présenté ses 12 propositions afin d'aider les territoires et les organisations publiques et privées à s'adapter aux changements climatiques. A destination des décideurs aux niveaux de l'Etat, des collectivités territoriales et des entreprises, cette note explique la révolution sociétale nécessaire pour s'adapter au monde qui se dessine au fur et à mesure que la planète se réchauffe. Vouloir s'adapter « à la marge » en nous «barricadant » afin de protéger nos modes de vie passés serait une lourde erreur. Il s'agit aujourd'hui d'inventer de nouvelles façons de produire, de consommer, d'aménager le territoire mais aussi de gouverner. Nous réorganisons en apportant des solutions locales, « sur mesure », notamment grâce au droit à l'expérimentation. Fruit de 4 ans de travail autour de la notion d'adaptation et d'un an et demi d'ateliers d'accompagnement des entreprises, collectivités et associations membres du Comité 21 intitulé « S'adapter aux changements climatiques : propositions pour une transformation accélérée des territoires et des organisations », cette note de positions et recommandations permet de mieux comprendre ce qu'implique l'adaptation. 48 pages. En savoir plus - Lire le rapport

Bilan des actions d'adaptation, un cahier corédigé par le Comité 21 et Climate Chance

Le Comité 21 a co-rédigé le premier rapport dédié à l'adaptation aux changements climatiques de l'Observatoire de l'Action Climat des acteurs non étatiques de l'Association Climate Chance. Présenté officiellement le 28 novembre 2019 au Conservatoire National des Arts et Métiers, ce panorama des actions d'adaptation au niveau mondial permet de dresser un premier bilan de mise en oeuvre. Le concept de l'adaptation émerge plus largement au sein des négociations internationales, et l'on constate une prise de conscience au sein de différents secteurs d'activité, qui, confrontés aux nouveaux aléas climatiques, doivent se réorganiser et y apporter des réponses (tourisme, agriculture, assurances etc.). Néanmoins, la prise de conscience ne suffit pas, et un important besoin de financements demeure, pour faire face à des besoins qui pourraient devenir colossaux. 136 pages. A lire

2ème Plan national d’adaptation au changement climatique

La transition écologique et solidaire intègre les questions climatiques dans leurs deux composantes : l'atténuation par la réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour limiter l'impact des activités humaines sur le climat et l'environnement, et l'adaptation aux effets du changement climatique, pour limiter les impacts négatifs de cette évolution du climat sur les sociétés humaines et l'environnement. En effet, le dérèglement climatique s'accélère et les impacts du changement climatique seront importants en France dans les prochaines années. C'est pourquoi le Gouvernement, dans un souci de protéger les Français et l'économie, les secteurs et les régions les plus exposés comme l'agriculture, la forêt, les régions littorales et les zones de montagne, a publié un 2ème Plan national d'adaptation au changement climatique (2018-2022). La France augmentera les financements dédiés à l'adaptation de ses territoires et de son économie pendant le quinquennat pour agir dans les territoires métropolitains et d'outre-mer sur la prévention des impacts du changement climatique, la résilience et la mobilisation des solutions d'adaptation inspirées de la nature. 26 pages - A lire

Les Avis de l’ADEME : adaptation au changement climatique

Les conditions climatiques en France vont profondément évoluer au cours du XXIème siècle. Le territoire étant structuré et développé en fonction de l'environnement et du climat, (température, humidité des sols, homéostasie des mers et océans, volumes des glaciers), un changement climatique rapide est porteur de modifications importantes sur nos conditions de vie : environnement, ressources naturelles et agricoles, activités économiques, rythmes de vie, confort ou santé. Le défi que nous devrons relever dès maintenant, et pour les prochaines décennies, est donc de nous adapter aux conséquences du changement climatique. Pour préparer les organisations et les territoires avec des plans d'actions construits, l'ADEME recommande aux collectivités et entreprises de réaliser un diagnostic de leur vulnérabilité au changement climatique ; aux acteurs économiques, avant tout investissement significatif sur un actif à durée de vie assez longue, de s'interroger sur sa comptabilité avec les conséquences du changement climatique ; aux citoyens, de prendre conscience de leurs choix d'habitat et d'habitudes journalières. 10 pages - A lire

Fabrique Ecologique : une étude sur l’adaptation au changement climatique sur le littoral français

Comment s'adapter face à la transfiguration des côtes françaises ? La Fabrique Ecologique a publié un rapport en juillet 2019 sur les modifications des paramètres physico-chimiques de l'environnement littoral liées au changement climatique : augmentation des températures de l'atmosphère et des océans, acidification des océans, désoxygénation ou encore élévation du niveau de la mer. Les risques d'érosion et de submersion sont déjà très forts en France métropolitaine : 25% des côtes sont aujourd'hui en érosion, tandis que la submersion marine menace 1.4 million de résidents. A l'échelle européenne et à l'horizon 2050, ce sont 55000 personnes qui pourraient être, chaque année, concernées par les submersions marines, contre 10 000 aujourd'hui. La France fait partie des pays européens les plus vulnérables, avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Ces risques littoraux menacent des vies humaines, des bâtiments, des activités professionnelles, mais aussi des infrastructures de transport, des réseaux (eau, électricité, etc.), des équipements publics (écoles, hôpitaux, etc.) et des espaces naturels. Plusieurs pistes d'adaptation à l'élévation du niveau de la mer peuvent être suivies en fonction des réalités locales. 90 pages. A lire

Rapport sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions 2019

Alors que le monde s'efforce de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de limiter les changements climatiques, il est crucial de suivre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs climatiques convenus au niveau mondial. Depuis une décennie, le rapport de l'ONU sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre compare les émissions de gaz à effet de serre à ce qu'elles devraient être et souligne les meilleurs moyens de combler cet écart. Le rapport présente les données les plus récentes sur l'écart prévu en 2030 pour les objectifs de température de 1,5°C et 2°C de l'Accord de Paris. Il examine différents scénarios, allant de l'absence de nouvelles politiques climatiques depuis 2005 à la mise en oeuvre intégrale de tous les engagements nationaux au titre de l'Accord de Paris. Pour la première fois, il examine l'ampleur des réductions annuelles qu'il faudrait opérer entre 2020 et 2030 pour rester sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. Chaque année, le rapport présente des moyens de combler cet écart. Cette année, le rapport examine le potentiel de la transition énergétique, en particulier dans les secteurs de l'électricité, des transports et du bâtiment, et l'efficacité dans l'utilisation de matériaux comme l'acier et le ciment. Synthèse 16 pages - français - A lire. 108 pages - Anglais - A lire

Agenda du Comité 21

2/03 à Paris : intervention au webinaire « ODD 17 en pratique sur les territoires » organisé par le Rameau
11/03 : visio-conférence « Etude de Cas : La Rochelle, ville « zéro carbone ? » - Comité 21 Grand Ouest
17/03 à Nantes : journée « Vers de nouveaux modèles d'affaires soutenables ? Révolution entrepreneuriale ? » - Comité 21 Grand Ouest
28/03 à Perpignan : intervention de la présidente du Comité 21 au Grand débat « Nouvelles citoyennetés » dans le cadre du Forum le nouveau monde
1/04 à Paris : atelier-visio-conférence « adaptation réactive et gestion des dommages climatiques »
2/04 à Bordeaux : étape Nouvelle Aquitaine du Tour de France des ODD
2/04 à Paris : Conseil d'administration du Comité 21
28/04 à Paris : atelier-laboratoire d'idée avec le collège citoyens « Requêtes citoyennes pour accélérer les transformations sociétales »
28/04 à Saint-Barthélemy-d'Anjou : journée régionale sur l'économie circulaire ESAIP organisé par le Comité 21 Grand Ouest
28-29/04 au Palais des Congrès : participation au Salon Produrable du Comité 21 pendant les deux jours et co-organisation, le 29 avril à 10h30, avec Ceebios du grand débat « La biodiversité, nouvelle alliée de l'adaptation au changement climatique »
30/04 à Clisson : rencontre territoriale « Agir pour un environnement favorable à la santé » - Comité 21 Grand Ouest
5/05 à Paris : atelier-visio-conférence « Nouveaux modèles économiques : quelles possibilités pour les entreprises et les territoires ? »
14/05 à Paris : atelier-visio-conférence « Comment construire son budget vert ? »
19/05 à l'Hôtel de ville de Paris : intervention au Forum au colloque « Adaptation aux enjeux climatiques : anticiper les vulnérabilités pour favoriser les prises décisions et préparer l'avenir »

Rendez-vous du Comité 21
11 mars : visio-conférence « Etude de Cas : La Rochelle, ville « zéro carbone ? »

Le Comité 21 Grand Ouest organise une visio-conférence sous forme d'étude de cas sur la Rochelle, le 11 mars de 16h00 à 17h30. En France, les villes représentent 67% des émissions de gaz à effet de serre, ce qui leur confère une responsabilité majeure dans la lutte contre le changement climatique. Pour La Rochelle, cette prise de conscience ne date pas d'hier. La ville déployait déjà en 1976 les premiers vélos en libre-service, et vingt ans plus tard, les premières voitures électriques en auto-partage. Elle lance son service de livraison électrique en centre-ville au début des années 2000 et inaugure le premier bateau-bus à hydrogène en 2017. Ce n'est donc pas étonnant que la municipalité se soit fixée aujourd'hui un objectif de neutralité carbone, qu'elle compte atteindre dès 2040 (dix ans avant l'objectif de l'Accord de Paris). Un marché du carbone local va être mis en place. Une première en France ! Les entreprises locales, qui ont des projets de réduction des émissions, pourront ainsi les financer en vendant des crédits carbone, rachetés par des structures qui souhaiteraient à l'inverse compenser leurs émissions. Cet agrégateur de carbone sera lancé sous la forme d'une Société coopérative d'intérêt collectif. 400 000 tonnes de CO2 pourraient ainsi être valorisées d'ici 2040, soit environ 150 000 projets accompagnés. Avec la participation de : - Emilie BOUT, Directrice générale des services de la Ville de La Rochelle et Directrice du projet « La Rochelle territoire Zéro Carbone » ; Anne Rostaing- Cheffe de projets Energie-Carbone, Association Atlantech. Ouvert à tous, gratuit pour les adhérents - Inscription. Marie Labousset - labousset@comite21.org

1er avril : atelier sur « adaptation réactive et gestion des dommages climatiques »

Avec ce premier rendez-vous, e Comité 21 lance la 2ème session du programme « Adaptation » faisant suite au programme introductif 2018-2019. L'association souhaite apporter aux adhérents du Comité 21 une compréhension plus fine des enjeux sectoriels liés à l'adaptation aux changements climatiques et les clés pour agir à travers des focus inter et intra-sectoriels. En 2019, plus de 15 catastrophes météorologiques ont causé des dommages matériels estimés à plusieurs dizaines de milliards d'euros, montant qui sous-estime certaines pertes (bien-être, productivité) et ne couvre ni les tragiques pertes humaines, ni la vue d'ensemble (désarroi, reconstruction). En France, le coût total des 90.000 déclarations de sinistres liées aux inondations (Var, Alpes-Maritimes, Hérault) avoisinent les 350 millions d'euros. Face à cette évolution, quel est le positionnement du secteur des assurances et comment de tels dommages sont-ils gérés à l'échelle locale ? Qu'en est-il du régime des catastrophes naturelles, cadre établi dans un contexte climatique totalement différent de ce que nous connaissons aujourd'hui ? Comment les assureurs intègrent ces nouvelles conditions climatiques dans leurs offres de produits et auprès de leurs clients (entreprises et collectivités) ? Enfin, comment mettre en oeuvre un processus d'adaptation réactive, afin de faire face à une catastrophe dommageable pour son territoire ou son organisation ? Cet atelier pourra être suivi en visio-conférence. Ouvert à tous, gratuite pour les adhérents. En savoir plus. Virginie Hugues - hugues@comite21.org

28 avril : journée régionale sur l’économie circulaire en Pays de la Loire, une région qui prend soin de ses ressources

La Région des Pays de la Loire, en partenariat avec la DREAL, l'ADEME et le Comité 21 Grand Ouest, vous invite le 28 avril 2020 à une journée dédiée à l'économie circulaire. Réemploi, réparation, recyclage, éco-conception, écologie industrielle et territoriale, information des citoyens, réduction des emballages plastiques, achats responsables... de nombreux projets ont pris forme sur le territoire, de Nantes à Angers, en passant par Saint-Nazaire, La Roche-Sur-Yon et Laval. Ces initiatives poursuivent toutes le même objectif : la nécessité de limiter le gaspillage de nos ressources, et plus largement l'impact des activités ligériennes sur l'environnement... tout en continuant à créer de la valeur. Cette journée sera l'occasion d'aller à la rencontre de ceux qui rendent cette économie circulaire possible en proposant une véritable boîte à outils pour découvrir et, pourquoi pas, se lancer à son tour. grandouest@comite21.org

5 mai : atelier « Nouveaux modèles économiques : quelles possibilités pour les entreprises et les territoires »

Dans le cadre du parcours d'accompagnement dédié à la sobriété, le Comité 21 anime un atelier de réflexion le 5 mai, 14h00 à 17h30, à Paris sur les nouveaux modèles économiques que les organisations publiques et privées peuvent mettre en oeuvre, afin d'orienter nos sociétés vers un développement durable et respectueux des ressources naturelles. La sobriété, souvent perçue comme un recul, peut finalement être synonyme d'opportunités pour les organisations et leurs activités. Quels sont ces nouveaux modèles ? Quels sont les barrières et les leviers à leur mise en oeuvre ? Comment les entreprises et les territoires peuvent-ils s'engager sur la voie de la sobriété ? Cet atelier intéractif apportera des pistes de réponse à ces réflexions. Cet atelier pourra être suivi en visio-conférence. Ouvert à tous, gratuite pour les adhérents. Virginie Hugues - hugues@comite21.org

14 mai : Budget vert, prochain atelier interactif du pôle Villes & Territoires

Le prochain atelier du pôle territoires durables, dans le cadre du déroulé de son programme Do tank « nouveaux outils de la transition », se déroulera le 14 mai, de 14h00 à 17h30. L'objectif sera à la fois de décrypter le principe de ce nouvel outil et de réaliser un panorama des initiatives qui ont déjà pu être mises en place, puis de faire intervenir experts et praticiens (collectivités en particulier mais aussi peut-être d'autres structures) afin de mettre en exergue les difficultés et les leviers qu'ils ont pu rencontrer lorsqu'ils se sont frottés à l'exercice. S'ensuivront des échanges avec la salle et même la possibilité d'effectuer un cas pratique par les participants. Cet atelier sera suivi d'une synthèse, d'un compte-rendu et d'interviews dont pourront bénéficier tous les adhérents. Cet atelier pourra être suivi en visio-conférence. Ouvert à tous, gratuite pour les adhérents. Pour découvrir plus en détail le programme, c'est ici. Elsa Charon - charon@comite21.org

Formations du Comité 21
Choisissez vite votre date pour la formation « Diplomatie de l’environnement et du climat : les fondamentaux »

Avant la conférence de Rio de 1992, la diplomatie environnementale n'existait pas, sauf à travers des accords bilatéraux ou multilatéraux spécifiques visant surtout la maîtrise de pollutions. A partir des trois conventions signées à Rio (climat, biodiversité, désertification), trois branches diplomatiques nouvelles sont nées, d'une part de l'ONU, d'autre part des multiples conférences et accords intermédiaires organisés dans les différentes régions du monde, destinées à nourrir les avancées onusiennes. Bettina Laville*, présidente du Comité 21 et responsable de la préparation des conférences de Rio, Kyoto et Johannesburg, vous propose 3 rendez-vous dans l'année (17 mars, 23 juin, 22 septembre) pour suivre cette formation exceptionnelle. Elle vous apportera une vision historique et analytique des grandes rencontres liées au climat depuis plusieurs décennies et vous donnera l'indispensable bagage pour comprendre les enjeux de ce siècle et les envisager pour votre organisation au-delà des discours généraux. Que vous soyez managers ou décideurs d'entreprises, élus ou responsables administratifs de collectivités, directeurs ou chargés de mission d'ONG, cette formation est pour vous. Le catalogue de formations du Comité 21 est bientôt disponible ! Inscription ici

Le Comité 21 dans la presse
Matinale RCF : Sarah Schönfeld, directrice du Comité 21, présente les travaux du Comité 21

Sensibiliser et faciliter l'accompagnement de la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable fixés par l'ONU en 2015, telle est la vocation du comité 21. Invitée par associations et territoire de Normandie, la directrice du Comité 21 Sarah Schönfeld était à Rouen le jeudi 17 février dans le contexte des campagnes municipales. L'Agenda 2030 est un outil formidable pour les Etats, les territoires, les entreprises associations et individus, pour transformer notre monde et ne laisser personne de côté. Ainsi, le Comité 21 a également publié le rapport transformation comportant 10 propositions concrètes pour changer de système. Écouter la matinale

Dépêche AEF* : Après le Sénat, c’est au tour du Comité 21 de réclamer une loi-cadre sur l’adaptation au changement climatique

Le Comité 21 poursuit son combat pour mieux faire connaître les enjeux liés à l'adaptation au changement climatique aux acteurs français, en publiant une série de propositions sur le sujet, mercredi 26 février 2020, à l'occasion d'un colloque intitulé « S'adapter pour (sur)vivre ». L'association multi-parties prenantes plaide en particulier pour l'adoption d'une loi-cadre, comme l'avaient déjà fait les sénateurs Ronan Dantec et Jean-Yves Roux en mai 2019. 28/02/20230 - Lire la Dépêche

*Le Comité 21 et AEF Info proposent une offre d'abonnement privilégiée aux fils d'information Développement durable et Ville intelligente d'AEF info pour les adhérents du Comité 21 (RSE & Gouvernance / Energies & Environnement / Ville intelligente). Marc Savonitto - Testez gratuitement sans engagement AEF. Marc Savenitto - marc.savonitto@aef.info

RSEDATA News interviewe Bettina Laville « Nous voudrions une grande loi de la fonctionnalité »

Dans cette interview entre RSE data News et Bettina Laville, Présidente du Comité 21, retrouvez toutes les priorités du Comité 21 pour l'année 2020. L'urgence est à la transformation du modèle, non plus à la transition. Il devient vital d'embarquer les citoyens pour la faire advenir. Aussi, depuis 2 ans, le Comité 21 travaille avec son comité de prospective et a publié son rapport « La Grande Transformation, freins et leviers ». Parmi les 10 recommandations du Comité 21, notons : la nécessaire renonciation à tout investissement carboné ; le renforcement de l'enseignement scientifique sur le développement durable ; la prise en compte du revenu universel d'activité. Le Comité 21 souhaite une grande loi de la fonctionnalité, parce que la loi anti-gaspillage ne suffit pas à transformer le modèle, ainsi que des indicateurs d'impact ainsi qu'une réforme de la comptabilité publique. Lire l'article (cet article vous est offert par RSEDATANEWS)

*RSEDATANEWS, partenaire du Comité 21, informe en continu les professionnels de la RSE, du développement durable, de la gouvernance, de l'ISR, de la finance responsable et de l'ESG. Sa rédaction indépendante traite l'actualité durable tout en proposant des bases de données et des outils d'analyse et de benchmark : un moteur de recherche multicritères et un analyseur de rapports extra financiers. En tant qu'adhérents Comité 21, vous bénéficiez de 15% de remise permanente sur toutes les formules d'abonnement à RSEDATANEWS.

Voir ou revoir l’Interview de Bettina Laville à l’occasion des 4 ans des ODD !

Les Objectifs de développement durable, adoptés en 2015, ont 4 ans. Le premier rapport d'évaluation quadriennale de la mise en oeuvre de l'Agenda 2030 et des 17 ODD révèle qu'il est encore temps de faire face aux défis de notre époque, à condition d'opérer un changement fondamental et urgent dans la relation entre l'homme et la nature et en réduisant significativement les inégalités sociales et de genre dans tous les pays. Pour le moment, les ODD sont plus volontiers utilisés dans les pays en voie de développement qu'en Europe ... Lors d'une interview réalisée par 22ème siècle, Bettina Laville, présidente du Comité 21, nous rappelle que les ODD sont les boussoles de l'Humanité qui donnent du sens. Ils sont l'alternative pragmatique face à la collapsologie. Ils sont à prendre dans leur ensemble et surtout en interaction les uns avec les autres. Le Comité 21 souhaite que l'humanité s'empare des ODD afin de « traiter ensemble toutes les extraordinaires explorations que nous devons accomplir au 21ème siècle, dans un premier temps jusqu'en 2030, pour garder une Terre viable ». Voir l'interview de Bettina Laville

A lire
Collapsus : changer ou disparaître ? le vrai bilan sur notre planète

Collapsus : l'effondrement est-il pour demain ? Les signaux d'alarmes se multiplient : disparition de centaines de milliers d'espèces, pollution des écosystèmes, disparition des nappes phréatiques, migrations massives, incendies et inondations. La « sixième extinction » est une menace réelle. Néanmoins, nous pouvons tous nous engager : changer ou disparaître, telle est la question. Ce livre référence, co-écrit par 40 hommes et femmes experts et engagés (biologistes, anthropologues, juristes, historiens, experts en géopolitique, sociologues, scientifiques, politiques, agronomes, militants écologistes, philosophes), apporte une vision globale des changements en cours dans notre monde, ainsi que des propositions concrètes pour amorcer une transformation radicale dans notre vie. Rencontrez les visions de Dominique Bourg, Christian Godin, Pablo Servigne, Jean-Baptiste Fressoz, Valérie Chansignaud, Lamya Essemlali, Delphine Batho, Philippe Bihouix, Valérie Cabanes, Pierre-Henri Gouyon, Stéphane Foucart, Gaël Giraud, et bien d'autres acteurs. En savoir plus. 346 pages - 19,90 euros

Climat : Parlons Vrai

Au fil du temps, alors que l'ampleur de la pollution et de l'épuisement des ressources liées à l'activité humaine sur terre étaient révélées, climatoscepticisme et théories de l'effondrement ont gagné du terrain., Les jeunes générations se sentent perdues face à ces discours qui dominent nombre de débats publics actuels sur le climat. Qu'en est-il réellement ? Faut-il croire que tout est perdu ? Et si non, quels sont les leviers d'action ? Les citoyens ont-il leur rôle à jouer ? Autant de questions que Baptiste Denis, vingt - cinq ans, pose à Jean Jouzel, l'un des plus grands climatologues français. En résulte un dialogue passionnant, vivant, concret, vrai : non il n'est pas trop tard pour changer les choses... mais il est plus que temps de passer à l'action ! En savoir plus. Ed. François Bourin - 160 pages - 16 euros

Petit manuel pour l’entreprise : comment agir pour le climat ?

Dans une petite entreprise, il n'y a pas de responsable du développement durable. Les dirigeants sont souvent débordés par leur activité opérationnelle et quotidienne et manquent de temps pour imaginer et mettre en place des mesures favorables à l'environnement. Pourtant, les petites entreprises (celles dont l'effectif est inférieur à 250 salariés), représentent 99% des entreprises françaises et 50% des salariés. Elles sont prêtes à agir pour le climat, mais ne savent souvent pas comment procéder ni par où commencer. Alors comment faire ? A l'heure de l'urgence climatique, il n'y a plus de temps pour de grands discours improductifs ou des dispositifs hors de portée pour ces organisations. Pascale Baussant, chef d'entreprise et administratrice de l'association 1% pour la planète, sait à quel point il est difficile d'agir quand on ne sait pas comment procéder, de façon pragmatique et abordable. Avec « Petit manuel pour l'entreprise. Comment agir pour le climat ? », elle choisit de s'adresser directement aux petites entreprises afin de leur donner des pistes simples et faciles à mettre en oeuvre. En savoir plus. Ed. EMS - 136 pages - 12 euros

Petit manuel de justice climatique à l’usage des citoyens

Le prix du carbone est foncièrement une question éthique. La « Convention citoyenne pour le Climat » doit trancher la question du prix juste du carbone, abandonné par le gouvernement après la crise des gilets jaunes. En effet, les récentes manifestations d'exaspération sociale ont montré qu'une partie importante de l'opinion publique refuse que la transition écologique se fasse au détriment de la justice sociale. Dans un contexte où la jeunesse du monde entier rappelle avec force les responsables politiques à leur mission essentielle - préserver l'avenir - il faut, et d'abord en France, concevoir et mettre en oeuvre des politiques concrètes, efficaces et surtout justes pour faire de la transition écologique une réalité et éviter le désastre climatique. Tel est l'objet du livre de l'économiste James Boyce, un des meilleurs spécialistes au monde de l'économie politique de l'environnement, dont les travaux portent depuis plus de 25 ans sur le lien essentiel entre crises des inégalités et crises écologiques. Dans un langage accessible et un format court destiné au grand public, cet ouvrage présente une réforme audacieuse qui pourrait déclencher une révolution de l'énergie propre au XXIe siècle. En savoir plus. Ed Les Liens qui Libèrent.144 pages - 14.50 euros

Eco-dates

5/03 à Paris : conférence « Emplois et territoires : quelle responsabilité et quel impact social et sociétal des entreprises ? » - FIR et Sycomore Asset Management
6/03 à Paris : Journée Internationale des Droits des Femmes - ORSE - en savoir plus
9/03 à Paris : matinale « Loi PACTE : quelle raison d'être pour les entreprises ? » - ORÉE - en savoir plus
10/03 à Paris : Comment limiter les impacts environnementaux des événements - Ekodev - en savoir plus
11/03 à Paris : conférence «La finance mutualiste : une autre finance ?» - AEF - en savoir plus
11/03 à Paris : colloque «forêt, bois et gestion durable» - Académie d'Agriculture - en savoir plus
11/03 à Amiens : colloque sur l'inventaire forestier multisource - Ecofor - en savoir plus
13/03 : webconférence « Empreinte biodiversité des entreprises » - Plateforme RSE - en savoir plus
17/03 à Nantes : conférence «Désobéissance civile et communication Non Violen» - Collège des transitions sociétales - en savoir plus
18/03 à Paris : Santé 2020 « Innover dans les territoires » - Décision santé - en savoir plus
19/03 à Paris : Conférence «Le printemps de l'océan» - UICN - en savoir plus
21/03 à Bruxelles : forum des régions ultrapériphériques 2020 - Commission européenne - en savoir plus
26/03 à Paris : conférence « Nouveaux Modes de Gouvernance » - Ekodev - en savoir plus
26-29/03 à Perpignan : Forum le nouveau monde - Groupe Dépêche - en savoir plus
1-3/04 à Bonn : 2020 SDG Global Festival of Action
2/04 à Paris : réunion « L'évaluation des coûts des catastrophes naturelles » - Commission Environnement et développement durable - CNIS - en savoir plus
7/04 au Parc Floral de Paris : journée « Climat cherche patrons militants ! » - Bpifrance - en savoir plus
17/04 Paris : conférence « Les dynamiques de l'économie circulaire en Europe » - ORÉE/INEC - en savoir plus
20-30/04 à Toulouse : festival international du film d'environnement-FREDD 2020 - en savoir plus
23/04 en Vendée : atelier « Faire de la transition écologique une opportunité pour son entreprise » - les Ateliers du Développement Durable et des Territoires - en savoir plus
28-29/04 à Paris : Produrable «
Sobriété, Solidarité, Prospérité ... pour un New Deal Européen » - en savoir plus
16-19/05 à l'Hôtel de ville de Paris : Forum international Météo et Climat - en savoir plus