<< Décembre 2016 >>
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Retour

28/11/2016 - Bilan COP 22, le Sommet de Marrakech : la conférence myriade !

Nous avions dit, au milieu de la deuxième semaine de la COP22 (voir dépêche n°3) que nous hésitions, pour apprécier la COP22, entre un vif sentiment de succès et une sourde inquiétude.
Depuis, la COP s’est conclue sur la proclamation de Marrakech, et nous restons sur ces deux impressions :  

Vif sentiment de succès d’abord à cause de la bonne organisation matérielle de cette COP par le Maroc, de la présence d’une quarantaine de chefs d’Etats pour l’ouverture de la plénière certes principalement venus du continent africain, et de l’engagement des investisseurs et des acteurs tant économiques que de la société civile. Ségolène Royal a d’ailleurs abondamment communiqué sur le succès, et pour le Maroc, et pour la présidence française qui vient de s’achever : conférence de presse avant même la clôture, communication en conseil des Ministres, etc. Si nous la suivons sur « le succès pour le Maroc qui a organisé un événement de grande qualité » et le fait que la France « a été un unanimement saluée pour la réussite de la COP21 et pour avoir œuvré efficacement afin d'obtenir en un temps record les ratifications qui ont entraîné l'entrée en vigueur de l'accord de Paris », nous serions plus nuancés sur les résultats concrets de cette COP.  

Nous continuons de regretter la lenteur des négociations formelles ou non qui ont conduit au document final. Nous l’avions dit, cette lenteur est inévitable à cause de la transition entre deux mondes : celui des COP d’avant l’Accord de Paris et celui du « monde d’après », mais cela aurait pu aller plus vite, si cette transition avait été préparée lors des PréCoPs. Certes, la première session de la CMA, soit l’organe des parties à l’Accord de Paris, a été ouverte lors de la COP 22, le 15 novembre 2016 et sera maintenue en 2017 (deuxième partie) et en 2018 (troisième partie). Cette première réunion, débouche sur deux documents, l’un intitulé « décision de la CMA », l’autre « décision de la COP 22 ». Ils appellent à l’accélération des travaux, indiquent une date butoir sur l’adoption des décisions d’application de l’Accord de Paris, soit lors de la 24e session de la conférence des parties, laquelle sera présidée par la Pologne, en 2018.  

Est prévue une étape intermédiaire, en 2017, soit la COP 23, avec une réunion commune SBSTA (organe subsidiaire de la Ccnucc pour le Conseil scientifique et technologique), SBI (organe subsidiaire de mise en œuvre), et  APA (groupe de travail de l’Accord de Paris) ou à d’autres organes constitués. 

Lire la suite et l'ensemble des analyses du Comité 21
Lire la Dépêche complète



Retour

04/11/2016 - Analyse de Bettina Laville : « L’Accord de Paris entre en vigueur dans le but de combattre de multiples alertes climatiques »

L’accord de Paris est entrée en vigueur aujourd’hui même, le 4 novembre 2016 !
Retrouvez l’analyse de Bettina Laville, présidente du Comité 21, dans l’article du 15 octobre*
avant, d’une part, que les pays ayant ratifié l’Accord de Paris passent à 92, avec l’Indonésie et l’Afrique du Sud, et que le PNUE publie son  rapport 2016 consacré à l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, ou « emissions gap report ». Dans ce dernier, il affirme que les émissions devraient atteindre en 2030 54 à 56 gigatonnes d’équivalent CO2 - soit largement au-dessus du niveau fixé à 42 Gt pour avoir une chance de limiter le réchauffement planétaire à 2°C d’ici la fin du siècle. Il en conclut que la communauté internationale doit de toute urgence et radicalement revoir ses ambitions à la hausse par rapport aux engagements actuels de l’Accord de Paris.
*publié initialement dans le numéro de novembre 2016 de la revue Énergie – Environnement – Infrastructures des Éditions LexisNexis (Énergie – Env. – Infrastr. 2016, étude 19)
Bettina Laville - bettina.laville@comite21.org 



Retour

04/07/2016 - Nouvelle publication : le Comité 21, acteur de nouveaux modèles

A l'occasion de son 21ème anniversaire, le Comité 21 a souhaité revenir sur le chemin parcouru depuis 21 ans à travers les travaux précurseurs  développés, et dévoiler sa contribution à l'atteinte des ODD pour les années à venir. « ENSEMBLE, QUELLE VISION POUR NOTRE SOCIÉTÉ ? » est le titre de cette publication, car elle vise un double objectif :
> Montrer que « Ensemble » constitue bien le paradigme de la mise en oeuvre du développement durable à travers le « partenariat multi-acteurs », indispensable dans un monde d’interdépendances ;
> « Quelle vision pour notre société ? », car les acteurs du développement durable et la plupart des responsables
socio-économiques sont conscients que les limites des politiques actuelles exigent la recherche commune
d’une vision renouvelée de notre avenir.

A lire



Consulter les archives

Parution de l'étude consacrée aux initiatives territoriales des acteurs publics en faveur de la RSE
Nouvelle publication : le Comité 21, acteur de nouveaux modèles
Parution de la Note 21 « Bien-être et développement durable : deux notions à rapprocher dans l’évaluation et dans l’action »