du 30/10/2018
n°191
Spécial Comité 21 Grand Ouest
FOCUS
Le Comité 21 Grand Ouest : redonner du sens à l’engagement collectif ! par Antoine Charlot

L'Ouest de la France regorge de talents, de forces et de créativité pour construire une société durable, plus respectueuse de l'humain et de son environnement. Alors que certains enjeux planétaires trouvent une résonance toute particulière dans nos régions (vulnérabilité face au changement climatique, disparition progressive des terres agricoles, dégradation des ressources en eau, vieillissement de la population ...), de nombreux acteurs se mobilisent.

En agissant chaque jour pour encourager les modes de déplacement non polluants, réduire les dépenses énergétiques, recourir aux énergies renouvelables ou encore développer une économie responsable, les acteurs bretons et ligériens se projettent dans une vision positive de leur avenir. Les SRADDET - Schéma Régionaux d'Aménagement, de Développement Durable et d'Égalité des Territoires- en précisent d'ailleurs les contours. Ils offrent aux habitants la capacité d'enclencher une profonde mutation dans leur manière individuelle et collective d'être au monde, de mieux vivre ensemble et de mettre en oeuvre un développement régional plus solidaire au présent, comme au futur.

Mais cette révolution des pratiques implique la mobilisation de tous et une redéfinition des partenariats à l'échelle du « Grand Ouest », pour unir et coordonner les forces. Les initiatives recensées dans cette lettre sont encore trop souvent isolées. Elles doivent nous inciter à envisager les voies d'une nouvelle gouvernance pour essaimer les bonnes pratiques, accélérer les transitons et entrainer dans le sillage du développement durable les acteurs les moins enclins à s'y engager. Telle est l'ambition portée par Le Comité 21 : redonner du sens à l'engagement collectif !

Antoine Charlot, Directeur régional du
Comité 21 Grand Ouest
charlot@comite21.org

Actualités des adhérents
RESPONSABILITE SOCIETALE
Le défi « à énergie positive » de l’entreprise Cerfrance Mayenne-Sarthe

L'entreprise Cerfrance Mayenne - Sarthe a eu l'idée de proposer à ses collaborateurs de participer au défi « Familles à énergie positive » porté par l'association Synergies 53. Bénéficiant des conseils sur mesure de l'association, les participants à ce défi, majoritairement des familles, doivent tenter de réduire leur consommation en énergie et en eau de décembre 2018 à avril 2019. Cerfrance Mayenne - Sarthe est une des rares entreprises qui ait présenté sa propre équipe, et qui lui ait offert le budget pour participer au projet. L'équipe de collaborateurs bénéficie des locaux de l'entreprise pour se retrouver, les réunions se déroulant sur leur temps de travail. Contribuer à ce défi a un intérêt multiple pour l'entreprise. Tout en incitant ses collaborateurs à adopter des gestes écologiques au quotidien, il permet de créer une émulsion au sein de l'équipe qui partage un projet extra-professionnel. De même, soutenir cette initiative met en valeur l'implication de l'entreprise dans la sensibilisation aux gestes quotidiens ayant un impact environnemental. Pour en savoir plus. Mikael Trideau - mtrideau@53-72.cerfrance.fr

L’entreprise DeCA Propreté récompensée pour son engagement RSE

Le groupe DeCA Propreté intègre depuis plusieurs années déjà un plan d'action RSE à sa stratégie et à son fonctionnement. Ces engagements ont été récompensés en 2017 par le prix de 1er lauréat des Trophées du Développement Durable des Pays de la Loire, un trophée parrainé par le Conseil régional et animé par des acteurs de la RSE reconnus. Parmi ses démarches phares mises en place, l'entreprise sensibilise ses équipes aux éco-gestes (économie d'eau, gestion des déchets, produits durables), afin d'inciter les salariés à limiter leur impact environnemental dans le cadre de leur travail quotidien. Charte de la diversité, politique d'achat responsable, partage de bonnes pratiques : vous pouvez retrouver l'ensemble des engagements du groupe en matière de RSE dans son dernier Rapport RSE 2017. Pour en savoir plus. Gisel Kerouanton - g.kerouanton@deca-france.fr

Rassembler et mobiliser les acteurs de la RSE en Loire-Atlantique

La Région Pays de la Loire souhaite réorienter son action à travers le SRDEII (Schéma Régional de Développement Economique d'Innovation et d'Internationalisation), qui précise l'action « RSE » de la Région. L'enjeu est de parvenir à sensibiliser toutes les entreprises, en particulier les plus petites qui ont moins de moyens pour s'engager. Le rôle de la plateforme régionale pour la RSE est de rassembler l'ensemble de ces représentants afin de les mobiliser. C'est également un lieu de concertation pour définir les leviers du développement de la RSE en Pays de la Loire. Le fonctionnement de la plateforme s'articule autour de deux plénières annuelles (Maine-et-Loire et Vendée en 2017, Loire-Atlantique et Mayenne en 2018) ainsi que des groupes de travail dont les thématiques sont choisies par les membres. Les dernières en date portaient sur « Comment réussir son action collective en faveur de la RSE ? » ou encore sur le thème du Management Responsable. Pour en savoir plus. Anne Marchand - anne.marchand@paysdelaloire.fr

La CRESS des Pays de la Loire et RScop : un guide de bonnes pratiques pour les organisations de l’ESS

La chambre régionale de l'ESS et la société coopérative RScop et le Comité 21 Grand Ouest ont animé tout au long de l'année 2018 une démarche d'accompagnement collectif des organisations de l'ESS. Grâce à plusieurs rencontres, la CRESS et RScop appuient un collectif d'une dizaine d'acteurs de l'ESS dans l'appropriation et la mise en oeuvre d'une démarche de progrès. Aujourd'hui toujours en cours, cet accompagnement va permettre aux acteurs ESS du collectif de construire leur diagnostic, d'améliorer leur dialogue avec les parties-prenantes, de partager leurs pratiques et de faire valoir leur utilité sociétale. L'année 2019 sera consacrée à l'élaboration d'un guide de valorisation à destination de tous les acteurs publics et privés des Pays de la Loire. Pour en savoir plus. Nicolas Martin - nicolas.martin@rscop.com et Karine Fenies - karine.fenies@cress-pdl.org

La qualité de vie au travail au coeur des ateliers animés par l’Aract, en collaboration avec le Comité 21 Grand Ouest

Le réseau de l'ARACT, en collaboration avec le Comité 21 Grand Ouest, a animé tout au long de l'année 2018 des ateliers à destination des entreprises autour du thème de la Qualité de Vie au Travail. Comment s'engager dans une démarche QVT et quel intérêt peut-elle avoir pour l'entreprise ? Comment mesurer la QVT ? Quelles sont les bonnes pratiques inspirantes sur le territoire ? Autant de questions que cinq binômes d'entreprises adhérentes du Comité 21 Grand Ouest ont eu l'opportunité d'aborder, conseillés par l'expertise de l'Agence régionale pour l'Amélioration des Conditions de Travail. L'école de commerce ESSCA, l'industriel Manitou, l'entreprise d'hôtellerie et de restauration Reso France ainsi que les organismes d'expertise comptable IDEO Conseil et CER France Mayenne Laval ont ainsi pu se rencontrer à quatre reprises pour bénéficier d'apports méthodologiques et construire des outils sur mesure. Pour en savoir plus. Mathilde Bres - bres@comite21.org

TRANSITIONS ET INNOVATIONS TERRITORIALES
Les Fabriques de terrain du Conseil départemental du Finistère, une innovation managériale

Le Conseil départemental du Finistère a lancé un projet d'administration innovant qui vise à simplifier les politiques de la collectivité pour répondre aux attentes des habitant.e.s, mieux inclure ces dernièr.e.s pour favoriser le « construire ensemble », et libérer l'innovation. La mise en place des « fabriques de terrain », des collectifs de travail au sein des Directions, a été une des réponses concrètes à ces ambitions du projet d'administration. Le « Lab 2neuf » est l'instance qui examine les propositions des fabriques au regard des critères du projet d'administration global. Si le laboratoire valide la proposition, la fabrique devient responsable du suivi de l'expérience pendant la période d'observation. Depuis le lancement des premières fabriques en décembre 2017, 35 sont à l'oeuvre au sein des Directions. Septembre 2018 a ainsi été un temps fort dédié aux fabriques pour relancer la dynamique de ce projet territorial innovant. Pour en savoir plus. Youenn Grall - Youen.GRALL@finistere.fr

Les Projets Alimentaires Territoriaux déployés par Nantes métropole

Pour tendre vers « une alimentation locale, durable et accessible à tous », Nantes Métropole propose à l'ensemble des acteurs du système alimentaire un projet commun visant à changer de modèle alimentaire, afin d'accompagner la transition écologique et énergétique. Quatre priorités ont été identifiées : produire de qualité, rapprocher producteurs et consommateurs, améliorer la santé et le bien-être, et inventer un système alimentaire éthique et responsable. Dans le déploiement de cette stratégie, une importance particulière a été accordée au principe de gouvernance et de coopération entre les territoires. L'initiative pilotée par la métropole nantaise souhaite en ce sens susciter un engagement collectif en développant une animation pluri-acteurs (incluant associations, collectivités, entreprises, chercheurs...). Ce projet alimentaire territorial défend ainsi une approche constructive (démarche de progrès), pragmatique (prenant en compte les initiatives engagées), collaborative (avec tous), inclusive (pour tous) et systémique (considérant l'ensemble des thématiques de l'alimentation de demain). Pour en savoir plus. Dominique Barreau - dominique.barreau@nantesmetropole.fr

Erdre et Gesvres : des chantiers de co-construction pour élaborer la nouvelle stratégie de développement durable sur le territoire

Afin de construire son Plan Climat Air Énergie et redynamiser l'Agenda 21 en tenant en compte des ODD, la Communauté de communes d'Erdre et Gesvres a lancé en 2017 une démarche de co-construction de sa nouvelle stratégie de développement durable. Elle a impulsé une réflexion collaborative avec la diversité des acteurs du territoire (citoyens, associations, entreprises, monde agricole, communes...). Tout au long de l'année 2017 se sont succédés plusieurs plénières, réunions de sensibilisation, ainsi que 11 ateliers qui ont permis de concerter près de 250 personnes, avec un total de 400 participations. Une fois la stratégie définie, la communauté de communes a souhaité poursuivre le travail collaboratif en lançant des chantiers de « co-construction des actions ». Originalité de la démarche, trois typologies de groupes de travail sont maintenant proposées : des groupes déjà constitués pour les projets internes à la Communauté de communes, des chantiers associant partenaires et acteurs volontaires « compétents » sur la thématique, et enfin, des chantiers ouverts à tous. Pour en savoir plus. Marion Richarte - marion.richarte@cceg.fr

Fondation Marie Moreau : une «entreprise d’insertion» lancée en avril 2019 à Saint-Nazaire

« Trop souvent les personnes en situation de handicap sont perçues uniquement comme usagers des politiques sociales mais elles sont aussi contributrices aux politiques publiques sur les territoires », défend Didier Chapeau, directeur de l'association Marie Moreau. Pour le démontrer, celle-ci ouvrira en avril 2019 une boutique en centre-ville de Saint-Nazaire agréée « entreprise d'insertion ». Sous la responsabilité de deux encadrants, trois personnes engagées sur des parcours d'insertion animeront cette boutique qui vendra des produits issus d'entreprises d'insertion ou de circuits courts et responsables. Les produits phares sont les sacs « 15Marins » produits exclusivement à partir de voiles de bateau recyclées. La boutique sera située sur une avenue que la ville de Saint-Nazaire souhaite revitaliser sur le plan commercial. Un des objectifs du projet est également de mettre en valeur la capacité des personnes en situation de handicap à contribuer aux politiques d'urbanisme commercial et d'emploi. Pour en savoir plus. Didier Chapeau - didier.chapeau@marie-moreau.fr

Le Rhizome : un projet d’investissement immobilier collaboratif et participatif

Cela fait déjà plusieurs années que les associations Synergies 53, Civam-Bio, et Civam agriculture durable 53 se sont fédérées au sein du CIVAM 53 pour travailler au développement de l'agriculture durable, biologique et des énergies renouvelables dans le département de Mayenne. Les projets, les équipes de collaborateurs et le nombre d'adhérents s'étant largement déployés, les administrateurs se sont mis à la recherche d'un bâtiment en accord avec une éthique éco-responsable. Le collectif a ainsi lancé sa SCCI (société coopérative civile immobilière) RhizHome : grâce à un financement participatif et une mobilisation citoyenne importante, un bâtiment en propriété partagée a pu être acheté, pour pérenniser le projet collaboratif du CIVAM 53 mais aussi permettre à d'autres de lancer le leur. Les nouveaux locaux du «RhizHome» ont été investis en septembre dernier. Pour en savoir plus. Maude Laurent - synergies-reseau-collectivites@orange.fr

ECONOMIE CIRCULAIRE
L’économie circulaire, un projet essentiel du territoire pour la CCI des Pays de la Loire

En Pays de la Loire, les CCI ont affirmé leur volonté de faire de l'économie circulaire un axe de développement essentiel du territoire. Les CCI contribueront activement au déploiement du plan régional économie circulaire lancé par le Conseil Régional, et plus particulièrement sur l'Ecologie Industrielle et Territoriale. En Maine-et-Loire, l'ADECC, l'association pour le développement de l'économie circulaire et collaborative, soutenue par la CCI territoriale et par l'ADEME, joue un rôle de réseau pour les entreprises engagées ou souhaitant s'engager. Initiée en 2017 par des chefs d'entreprises, l'ADECC regroupe aujourd'hui 54 entreprises en Maine-et-Loire, de tous secteurs d'activités (BTP, industrie, logistique, services, agriculture) et de toutes tailles (de 1 à 300 salariés). L'objectif de cette initiative est de montrer que l'économie circulaire peut être simple, rentable, collective et performante. Plus récemment, en octobre 2018, trois élus de la CCI de Maine et Loire, membres du groupe Economie Circulaire/Energie, ont organisé un voyage d'étude au Danemark en impliquant des élus de collectivités locales (Saumur, Mauges, Angers, Département) et d'autres chambres consulaires. Riche de rencontres, le programme organisé avec l'appui de CCI international a permis de découvrir des industries et des collectivités qui ont intégré dans leur stratégie des Objectifs de développement danois. C'est le cas par exemple de la municipalité de Kalundborg, engagée dans un véritable projet de symbiose industrielle, ou encore de l'entreprise Carlsberg ou Rockwool ; autant d'exemples inspirants en termes de collaboration, de pragmatisme et de conviction. Pour en savoir plus. contact@adecc.org

Manitou : la nouvelle version de l’éco-programme REDUCE à résonnance internationale

Le groupe international Manitou, basé à Ancenis et spécialisé dans le matériel de levage et de manutention, est un exemple éloquent d'entreprise engagée dans la réduction de son empreinte environnementale et de celle de ses clients. Cette entreprise familiale compte aujourd'hui 11 sites de production, dont 6 à l'étranger et 5 dans le Grand Ouest. Avec son éco-programme REDUCE, lancé en 2013, Manitou se positionne comme le premier constructeur de chariots télescopiques à dévoiler à ses clients les données de consommation de ses machines, ainsi que les émissions de CO2 rejetées. En juin 2018, le groupe lance une nouvelle version de son site reduce-program.com. En s'inscrivant dans la démarche RSE du groupe, la plateforme dédiée à l'amélioration de la qualité de vie au travail des utilisateurs des machines vise à améliorer leur productivité, leur sécurité, tout en réduisant l'impact environnemental. Pour en savoir plus. Aude Brezac - a.brezac@manitou-group.com

La Région Pays de la Loire lance son Plan d’action économie circulaire

La Région Pays de la Loire, dans la continuité de sa politique transition écologique pour une croissance verte approuvée en début d'année, lance son Plan d'action régional économie circulaire. Celui-ci se structure autour de 4 axes stratégiques, portés par un ensemble d'acteurs publics et privés : un axe de sensibilisation «Réussir la transition vers l'économie circulaire» ; un axe d'innovation «Accompagner les acteurs des territoires» ; un troisième dédié à certains secteurs industriels, «Développer l'économie circulaire dans les filières à fort potentiel » ; un dernier centré sur la Région en tant que collectivité exemplaire, «La Région s'engage». Ainsi, dans la continuité de son action «Intégrer l'économie circulaire dans l'achat public et privé», la Région a signé un partenariat avec l'association RGO commande publique et développement durable pour sensibiliser et accompagner les acheteurs publics. Un colloque sur le potentiel de l'économie circulaire dans la commande publique sera organisé à l'Hôtel de Région, le 8 novembre. Pour en savoir plus. Pascale Boutault - pascale.boutault@paysdelaloire.fr

Le défi « Zéro poubelle » de la commune vendéenne Saint-Hilaire-de-Riez : quel bilan ?

La cité balnéaire de Saint-Hilaire-de-Riez, collectivité vendéenne détenant le titre de « Territoire à énergie positive pour la croissance verte », a décidé de passer en 2018 un nouveau cap avec son défi « Zéro poubelle ». En supprimant totalement les poubelles sur l'espace public (forêt, plages, zones urbaines), la Ville cherche à faire évoluer les comportements par la responsabilisation des citoyens, des associations et des entreprises. Plusieurs arguments sont avancés : d'abord, les poubelles des espaces publics génèrent un coût élevé d'entretien pour la collectivité, d'autant plus que des dépôts sauvages autour de celles existantes étaient très fréquents ; de même, aucun déchet récupéré dans celles-ci ne pouvait être trié et valorisé correctement. Grâce à un travail de communication crucial, le bilan du défi est plutôt positif, puisque le tonnage de déchets collectés par les agents de la ville s'est drastiquement réduit entre 2017 et 2018. Si la Vendée est exemplaire depuis plusieurs années grâce à ses hautes performances en matière de recyclage, l'enjeu reste cependant pour la commune de parvenir à pérenniser ces changements de comportement tout en faisant face à l'afflux de touristes l'été. Pour en savoir plus. Laurent Fraisse - lfraisse@sainthilairederiez.fr
Crédit photo : ©www.juliengazeau.com

PERFORMANCE ENERGETIQUE ET ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
EDF Pays de la Loire : Nantes expérimente la navette autonome

Expérimentée dans le cadre du Nantes City Lab, la Navette Autonome de la ville de Nantes a accueilli 5255 voyageurs. Menée par le consortium de partenaires composé d'EDF, Charier, La Semitan, Lacroix et ID4Car, cette expérimentation a pour objectif de proposer à terme une offre de transport collectif décarbonée. L'expérimentation nantaise repose sur 4 innovations majeures : la route à énergie positive mise au point par Charier, qui, grâce aux 34 kms de voirie photovoltaïque, va produire autant d'électricité, voire plus, que ce que la navette consomme ; la détection automatique par caméra des passagers présents aux arrêts ; l'unité de bord déployée par Lacroix qui assure la communication en temps réel entre la navette et les équipements de signalisation routiers du parcours ; enfin, la perception étendue, à savoir l'observation complète de l'environnement par des capteurs pour permettre la circulation et l'accélération en toute sécurité. Exploitée par la Semitan, la navette sera à nouveau testée sur plusieurs sites de la Métropole à partir de janvier 2019. Pour en savoir plus. Laurence Bachelier - laurence.bachelier@edf.fr

Enedis expérimente une solution innovante de régulation dynamique de tension au coeur des serres du Groupe René Briand

Initialement conçu pour acheminer l’électricité des grandes centrales jusqu’aux consommateurs, le réseau électrique se transforme : chaque année de plus en plus de sites de production d’énergie locale sont raccordés au réseau. Cette tendance s’intensifie avec l’essor de la transition énergétique. Lorsqu’un nouveau site de production d’énergie est raccordé au réseau, il injecte de l’électricité supplémentaire, ce qui impacte la gestion de la tension. Dans ce contexte, Enedis expérimente une solution innovante pour maîtriser la tension sur son réseau : la régulation dynamique de tension, qui ajuste la tension en temps réel et permet l’insertion des énergies locales au meilleur coût pour la collectivité, lorsque les conditions d’utilisation sont réunies. La première Offre de Raccordement Expérimentale avec régulation dynamique de tension est testée avec la mise en service d’une cogénération au sein du Groupe René BRIAND, à Saint-Julien-de-Concelles en Loire-Atlantique, de 2018 à 2020. Cette solution innovante s’inscrit dans le cadre du projet SMILE (SMart Ideas to Link Energies) pour le déploiement à grande échelle des réseaux électriques intelligents en France. Pour en savoir plus. Emmanuel Heurtebise - emmanuel.heurtebise@enedis.fr

West Grid Synergy, la « dimension gazière » de SMILE

Premier démonstrateur européen de réseaux intelligents pour le gaz, West Grid Synergy est un projet ambitieux et précurseur dans sa contribution à la “dimension gazière” de SMILE. Il est porté par un collectif coordonné par GRTgaz et regroupant les régions Pays de la Loire et Bretagne, les syndicats d'énergie du Morbihan, de Vendée et du Maine et Loire, les gestionnaires de réseaux de distribution GRDF et Sorégies, et des partenaires académiques tels que le CEA tech, l'IEP de Rennes ou le Collège des Transitions sociétales. L'objectif est d'intégrer la production de biométhane issu de la méthanisation dans les réseaux de gaz en les rendant bidirectionnels (là où ils étaient traditionnellement unidirectionnels). Trois zones d'expérimentation ont été identifiées en Vendée, en Maine-et-Loire et dans le Morbihan pour réfléchir et construire les modalités d'adaptation, d'utilisation et de pilotage de ce système gaz 2.0. Au travers de solutions innovantes, dont les deux premières installations de rebours en France qui seront mises en service d'ici la fin de l'année 2019, ce sont près d'une quinzaine de projets qui pourront voir le jour représentant 40% des besoins en gaz de 37 communes (pour une population totale de 180 000 habitants). Pour en savoir plus. Amaury Mazon - amaury.mazon@grtgaz.com

Angers et sa communauté urbaine : création d’un pôle de transition énergétique

La ville d'Angers et la communauté urbaine Angers Loire Métropole sont engagées dans une politique active en faveur de la transition énergétique. Pour la renforcer, un pôle Transition énergétique a été créé en septembre 2018. Cette stratégie ambitieuse, transversale et en lien direct avec le potentiel du territoire, s'articule autour de thématiques ciblées (réseaux de chaleur, énergies renouvelables, mobilité, économie circulaire) et de démarches complémentaires (démarche Cit'ergie par exemple). La ville d'Angers a ainsi baissé de 11% la part de sa consommation d'énergies fossiles (entre 2012 et 2017) et a augmenté sa part de consommation d'énergies renouvelables (21.8% en 2017). De même, une unité de méthanisation des boues issues des traitements des eaux usées fonctionne depuis juin 2017 et produit un biogaz en partie autoconsommé ou injecté dans le réseau GrDF. Cette production de biogaz s'accompagne d'une mutation volontaire de la flotte des véhicules vers des motorisation au GNV, notamment les bus urbains et les bennes de collectes des déchets dès 2020. Pour en savoir plus. Paméla Bailly - pamela.bailly@angersloiremetropole.fr

La Communauté des communes de Nozay se lance dans la démarche de labellisation « Cit’ergie »

La communauté de communes de Nozay a élaboré en 2017 un projet de territoire qui met en avant une volonté forte de transition écologique. Ainsi le premier des trois piliers du projet porte sur la préservation du socle naturel du territoire en organisant, notamment, la transition énergétique et climatique pour devenir territoire à énergie positive en 2030. C'est dans cette perspective que la collectivité se lance, en cette fin d'année 2018, dans un processus d'amélioration continue qui sera, à terme, validé par la labellisation « Cit'ergie », déclinaison française du label européen « European Energy Award ». Cette démarche, portée par l'ADEME, a pour objectif : d'une part, d'organiser la gouvernance des politiques climat-air-énergie au sein de la collectivité, d'autre part d'élaborer un cadre stratégique constitué d'objectifs précis et décliné en un programme pluriannuel cohérent et enfin d'évaluer en continu les actions mise en oeuvre dans la perspective d'une amélioration permanente. Pour en savoir plus. Thomas Gaborit - environnement@cc-nozay.fr

La prise en compte des enjeux climatiques dans l’achat public, un engagement du Conseil départemental de Loire Atlantique

La commande publique du département de Loire Atlantique se veut résolument tournée vers le développement durable à travers, notamment, sa dimension environnementale. L'adoption, en 2017, de l'Engagement départemental pour des achats responsables traduit opérationnellement cette volonté politique. Une journée complète est prévue le 19 novembre 2018, en partenariat avec le RGO et le Comité 21 Grand Ouest, pour comprendre en quoi les achats publics constituent un levier de lutte contre le changement climatique. Des témoignages et des retours d'expériences contribueront à sensibiliser et guider les acheteurs sur l'intégration de considérations climatiques dans leurs marchés. Cette journée est ainsi dédiée aux acheteurs du Département ainsi qu'aux communes et établissements publics de coopération intercommunale du territoire (EPCI) et au S.D.I.S. (Service départemental d'incendie et de secours) 44. Pour en savoir plus. Nathalie Labbé - nathalie.labbe@loire-atlantique.fr

La politique d’adaptation au changement climatique du PNR Loire Anjou-Touraine

Les évolutions climatiques sont aujourd'hui largement constatées, et celles à venir déjà connues : jusqu'à 5.5°C d'élévation de température sur le territoire d'ici 2100. Le Parc naturel régional de Loire Anjou-Touraine travaille ainsi sur le déploiement d'une politique d'adaptation au changement climatique. Sa stratégie essentielle depuis 2011 est la sensibilisation des habitants au changement climatique, en communiquant et en diffusant de nombreux témoignages de professionnels de la santé, du tourisme, de l'agriculture... L'objectif du PNR est d'imaginer les vulnérabilités du territoire pour amener tous ses acteurs, et non seulement les experts du climat, à choisir les solutions les moins dommageables, et à identifier les opportunités de ces changements. Tous les outils proposés par le Parc ont vocation à être transmis et appropriés pour que chacun puisse agir dans son domaine et à son échelle. Pour en savoir plus. Florence Busnot-Richard - f.busnot-richard@parc-loire-anjou-touraine.fr

La vie de l'association
 
Bienvenue à nos nouveaux adhérents et prochaines dates !

À la suite du Conseil d'administration du 15 octobre dernier, nous souhaitons la bienvenue à 3 nouveaux adhérents dans le collège associations : Association Explorer, Planet'RSE, Académie durable Internationale.

30 novembre : n'oubliez de vous inscrire à notre Assemblée générale extraordinaire
Nous donnons rendez-vous à l'ensemble de nos adhérents pour une Assemblée générale extraordinaire concernant la révision des statuts et les barèmes de cotisations, le 30 novembre à 9h30, à la Conférence des présidents d'université, 103 bd Saint-Michel (Paris 5ème) - RER : Luxembourg. Nous comptons sur votre mobilisation pour atteindre le quorum (présence ou pouvoir). Claire Sehier - sehier@comite21.org

Votre nouveau contact «Engagement sociétal des entreprises et des organisations» : Sarah Dayan

Début octobre, le Comité 21 a accueilli Sarah Dayan au bureau national pour prendre la responsabilité de l'Engagement Sociétal des Entreprises et Organisations. Diplômée d'un Master en Management, Sarah a travaillé pendant 5 ans en tant que consultante en stratégie et opérations dans des cabinets de conseil. Son engagement personnel sur les questions de responsabilité citoyenne en matière de développement durable a motivé son souhait d'intégrer un organisme comme le nôtre pour concilier son expérience auprès des entreprises et sa volonté d'accompagner la transformation de nos modèles. Dès aujourd'hui et jusqu'à la fin de l'année, Sarah finalisera la mise en oeuvre du programme d'activités de 2018 et s'attachera à la co-construction avec les adhérents du collège Entreprises de celui de 2019. Sarah Dayan - dayan@comite21.org - 01 55 34 75 29

Le Comité 21 recherche son ou sa nouvel.lle directeur.ice pour son établissement national !

Le Comité 21 est en phase de recrutement pour le poste de direction au sein de son établissement national, situé à Paris (4 rue Foucault, Paris 16ème). Le nouveau directeur ou la nouvelle directrice se verra confier des missions de stratégie de développement, de gestion de l'association, de représentation externe, de communication ou encore d'animation du réseau. La prise de fonction est fixée pour janvier 2019. Si vous êtes diplômé d'un Bac+5, que vous avez eu une expérience à un poste de direction, et que vous possédez une bonne connaissance des enjeux du développement durable, n'hésitez-pas à nous faire parvenir vos candidatures avant le 19 novembre : comite21@comite21.org - Pour en savoir plus

Le Comité 21 en action
AU NATIONAL
Participez à la 2ème session du programme sur l’Adaptation aux changements climatiques

Le Comité 21 a désigné l'adaptation aux changements climatiques (ACC) comme un axe fort de sa feuille de route 2017-2020. Sa conviction est que la transformation des activités et des territoires sont des enjeux importants en perspectives des conséquences déjà en cours et à venir dues aux changements climatiques. Animé par Guillaume Simonet, expert Climat, le programme a été lancé et présenté officiellement le jeudi 20 septembre à l'occasion d'un débat organisé entre entreprises, l'ONERC, le CNRS, l'ADEME, la Fédération Française des Assurances, et le sénateur Ronan Dante, président de la Commission spéciale Adaptation du CNTE. Le volet Appui-conseil de ce programme quant à lui s'est ouvert le 12 octobre dernier sur une session de travail introductive consacrée aux définitions de l'adaptation. La session 2, intitulée « Utilisation des scénarios climatiques et de la prospective qualitative comme levier de transformation des organisations et du territoire » aura lieu le 23 novembre. Elle sera suivie d'une session de terrain le 19 décembre, où le Comité 21 vous emmènera au 2ème Colloque National Sciences et Sociétés-co-organisé par les GREC-PACA, CNFCG, GICC - qui a lieu à Marseille sur le thème « Adaptation et territoires ». Il est toujours temps de rejoindre ce programme ! Pour en savoir plus Sessions 2 et 3. Programme - Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

Contribution de la plateforme RSE aux ODD : 15 recommandations remis à Brune Poirson

Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a confié à la Plateforme RSE la mission de se pencher sur la contribution de la RSE à l'atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) et l'identification des enjeux clés de la mobilisation des entreprises. Cette saisine est intervenue alors que la Plateforme RSE avait déjà décidé de constituer un groupe de travail pour éclaircir les liens entre RSE et ODD. Les travaux, conduits par Sylvain Boucherand (président de la Plateforme RSE), Emmanuelle Cordano (MEDEF) et Bettina Laville (Comité 21) se sont déroulés en juillet, août et septembre 2018. La Plateforme RSE s'est fondée sur l'analyse du positionnement respectif des ODD et de la RSE, des apports de la RSE à l'atteinte des ODD et des différents enjeux de la mobilisation des entreprises pour formuler dix-sept recommandations, adressées au gouvernement, aux entreprises et aux partenaires sociaux. La plateforme RSE a rendu son avis le 22 octobre afin de contribuer aux réflexions menées dans le cadre de l'élaboration de la feuille de route de mise en oeuvre des ODD par la France. Lire l'avis de la plateforme

En Nouvelle-Aquitaine, le Train pour le Climat est déjà parti !

Du 5 octobre au 6 novembre, le Train du Climat traverse 6 villes (Angoulême, Poitiers, Limoges, Bordeaux, Biarritz et Agen) de la région Nouvelle-Aquitaine. Porté par les « Messagers du Climat », la SNCF et l'association Météo et Climat, le Train du Climat organise une exposition scientifique et des conférences participatives dans chacune des étapes. Partenaire de cette grande manifestation, le Comité 21 est présent lors ces conférences pour présenter les Objectifs du développement durable. Le 18 octobre, au siège du Conseil régional du Limousin, Georges Ribière, responsable Prospective, accompagné d'autres intervenants (Université, Rectorat, DREAL, ville d'Ayen), en a dressé les principaux points saillants et répondu aux questions des participants. Le 21 octobre, sa présidente, Bettina Laville, est intervenue aux côtés des acteurs de la Nouvelle-Aquitaine à Bordeaux, et a présenté le programme « Adaptation aux changements climatiques » du Comité 21, lancé en septembre et animé par Guillaume Simonet, chercheur associé au Laboratoire interdisciplinaire Solidarité, Sociétés, Territoires (Université Toulouse Jean Jaurès, CNRS, EHESS, ENSFEA). Ce programme a pour objectifs de : apporter aux participants une meilleure compréhension de l'adaptation aux changements climatiques (ACC) de manière à mieux communiquer sur le sujet et de favoriser les échanges en utilisant une pluralité de formats favorisant la compréhension (présentations théoriques, ateliers interactifs, interventions spécialisés, visites de terrain). Concrètement, ce programme propose, entre autres, des sessions de travail collectives entre acteurs (entreprises, collectivités, associations/ONG, établissements d'enseignement supérieur, scientifiques...) tous les deux mois pour creuser un aspect particulier des stratégies d'adaptation (utilisation des scénarios climatiques, indicateurs de l'adaptation, freins et leviers, visites de terrain, etc.). Pour en savoir plus

Le Comité 21 au World Forum de Lille pour l’appropriation des ODD par les entreprises

Le 18 octobre, le Comité 21 était invité à participer au World Forum for a Responsible Economy, à Lille. Ce cycle annuel d'événements, présidé par Philippe Vasseur, ancien Ministre et Commissaire spécial pour la revitalisation et la ré-industrialisation des Hauts-de-France, a pour objectif de promouvoir une économie mondiale responsable et mettant en lumière les bonnes pratiques d'entreprises du monde entier. En tant que modératrice, Sarah Schönfeld, responsable International, a donc animé la table-ronde intitulée « Quelle appropriation des ODD par les entreprises ? Ce fut l'occasion de représenter le rapport du Comité 21 « Appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français » et d'illustrer ces tendances par les témoignages de trois entrepreneurs mobilisés dans la déclinaison des ODD via des stratégies et projets de RSE ambitieux. José Benitez, coordinateur RSE chez Nutrihuevos (société productrice d'oeufs au Paraguay) est venu présenter le programme d'accompagnement vers l'emploi mené par sa société, et plus généralement la manière dont elle interroge les impacts de son activité au travers du prisme de l'ODD1 « Lutte contre la pauvreté ». Santiago Peralta, qui a co-fondé une entreprise de production et d'export de chocolat bio et équitable en Equateur, a expliqué la démarche sociale globale associée à l'entreprise : de la rémunération juste des salariés aux aménagements divers (construction durable, école, accès à l'eau...). Enfin, Dieter Bruner, PDG de Iskraemeco (société slovène de compteurs électriques intelligents) a présenté la démarche de son entreprise pour lutter contre les dérives associées à l'extraction des métaux rares destinés à la production de pièces informatiques et les pollutions qui sont associées. Selon M. Brunner, dans un contexte où tout le monde est habitué à payer de moins en moins cher, M. Brunner a expliqué que l'engagement sociétal avait un coût non négligeable, mais qu'il fallait désormais se résoudre à payer le juste prix des biens et services. Cette conférence a été l'occasion de rappeler que la mise en oeuvre des ODD ne devait pas être conçue comme une activité supplémentaire à la charge des entreprises, mais plutôt comme une opportunité. Les activités, projets, stratégies de développement durable des organisations doivent passer « au tamis des ODD » pour interroger leurs impacts réels et potentiels sur la société. Il s'agit pour les entreprises d'un formidable outil permettant d'aller beaucoup plus loin dans leurs démarches RSE ; un outil qui permet de définir l'objet social de l'entreprise. Pour en savoir plus. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

Un franc succès pour la première session du MOOC ODD : plus de 13 200 inscrits !

La 1ère session du MOOC Objectifs de développement durable, coordonnée par la Fondation UVED, a débuté le 3 septembre 2018 sur la plateforme FUN et s'est terminée le 16 octobre. Afin de réaliser ce programme de cours gratuits et ouverts à tous d'une durée de 4 semaines, 32 intervenants nationaux et internationaux, issus du monde académique comme du monde non-académique, et 6 experts coordinateurs ont été mobilisés pour la préparation des cours. De plus, 47 contenus pédagogiques ont été réalisés et mis à disposition des participants, dont 36 vidéos représentant environ 5h40 de cours audiovisuels. Le Comité 21 était, quant à lui, en charge de coordonner la 4ème et dernière semaine intitulée « Les acteurs s'emparent des ODD », qui portait sur l'appropriation des Objectifs de développement durable par les acteurs non-étatiques, les entreprises, la société civile, les citoyens mais aussi par la jeunesse. Ainsi, ce MOOC ODD avait pour ambition d'informer, de sensibiliser, de donner envie et de se mobiliser autour des ODD. Et c'est un succès ! 13 248 inscriptions ont été enregistrées, ce qui constitue un nouveau record pour UVED, tous MOOC confondus. Une réussite d'autant plus grande qu'elle a largement dépassé les frontières nationales : 114 pays étaient représentés parmi les inscrits, 60% ont suivi le cours depuis la France et 33% l'ont suivi depuis l'Afrique. Retrouvez l'ensemble des vidéos du MOOC en libre accès

INTERNATIONAL
Le Comité 21 invité à la conférence ESDN (European Sustainable Development Network)

Le Comité 21 a été invité par le CGDD à participer à la conférence annuelle de l'ESDN (European Sustainable Development Network) qui se déroulait à Vienne du 1er au 2 octobre. Avec pour thème cette année « La coopération entre les politiques et les parties prenantes à l'ère des Objectifs de développement durable : quelles nouvelles approches sont nécessaires pour réussir ? », ce fut l'occasion pour Sarah Schönfeld, responsable International, de présenter le programme du Comité 21 à destination de ses membres pour les sensibiliser à l'Agenda 2030 et les aider à intégrer les ODD dans leurs projets et stratégies. Tous les outils ont été présentés du rapport sur l'Appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français, en passant par le Tour de France des ODD ou le guide méthodologique d'intégration des ODD, mais également les ateliers, les débats. Cette rencontre européenne des Ministères en charge de la mise en oeuvre des ODD et des principales organisations de leurs sociétés civiles intéressées par la question fut une formidable opportunité d'échanges, de comparaison des façons de faire, de sensibiliser et d'intégrer l'Agenda 2030 aux politiques publiques. Retrouvez le compte rendu complet de cette conférence ici pour y piocher de bonnes idées ! Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

3 questions à ...
Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil régional Bretagne

La Région Bretagne a initié en 2017 la démarche «Breizh COP, un monde à vivre », pour construire un projet partagé de développement durable pour la Bretagne. Cette démarche, inspirée de la COP 21, entend associer l'ensemble des acteurs et favoriser la participation citoyenne dans l'élaboration de ce projet de territoire.

Pourquoi une COP régionale ?
Il s'agit de construire notre projet de territoire régional horizon 2040. D'ici là, la Bretagne aura accueilli plus de 300 000 nouveaux habitants et cela peut être une opportunité si nous savons relever les défis qui s'imposent : la cohésion des territoires, nouvelles mobilités, préservation des ressources, cadre de vie de qualité, urgence climatique... La Breizh COP doit nous permettre de partager ces défis et de se mettre d'accord sur les actions à mettre en oeuvre, collectivement, pour préparer l'avenir de la Bretagne. J'ai donc initié une grande concertation avec les territoires qui s'étendra jusqu'à l'été 2019, qui permettra à chaque acteur, de nous dire ses attentes, ses priorités, et ses projets pour la Bretagne. Mais il s'agit aussi que chacun nous dise ce qu'il est prêt à faire, comment il entend s'engager.

Concrètement, comment ça s'organise ?
Pour atteindre nos objectifs, nous aurons trois outils à disposition. Le premier, ce sont les engagements volontaires, dans l'esprit des COP internationales. Chacun peut prendre un engagement qui reflètera à la fois sa propre responsabilité, et sa capacité à faire car on ne peut pas demander à tout le monde les mêmes efforts. Le second, ce sont les contrats entre la Région et les territoires. Le troisième et dernier outil, c'est la « règle générale », celle que nous pourrons écrire dans le SRADDET et qui s'imposera aux documents d'urbanisme. Il ne s'agit pas de faire de l'inflation normative, mais de fixer une règle du jeu commune, là où il y a une singularité bretonne et une ambition commune par exemple en matière de logement, de foncier, de préservation du littoral, etc.

Où en est-on aujourd'hui, et quelles seront les prochaines étapes ?
Nous sortons d'une première tournée de discussions avec les élus, les associations, à l'occasion de 5 COP territoriales qui ont réuni près de 600 personnes pour échanger sur les objectifs que nous avons proposé de mettre au débat. Nous avons également voulu interpeller les citoyens bretons de manière sérieuse et ludique grâce à une plat forme en ligne, un jeu de société ainsi qu'un serious game. Une grande majorité de ceux qui ont pris la parole dans ces espaces nous ont dit leur préoccupation forte pour le climat et leur exigence d'action.
L'enjeu de la suite de la démarche, au cours du 1er semestre 2019 sera d'un côté, de poursuivre la discussion, la négociation avec les collectivités sur les règles communes et d'autre part d'entrainer un maximum d'acteurs à s'engager pour multiplier les innovations, les initiatives durables, en vue d'une vraie transition en Bretagne.

Pour en savoir plus

3 questions à ...
Jean-Christophe Louvet, Président de la Fédération Régionale des Travaux Publics (FRTP) Pays de la Loire

La FRTP Pays de la Loire représente, rassemble et conseille les entreprises de Travaux Publics adhérentes sur la région. Elle offre un service d'accompagnement à ses adhérents sur les sujets du quotidien des entreprises : réglementation, droit des marchés, droit social, environnement, RSE...

Qu'est-ce que le club RSE de la FRTP ?
Créé en décembre 2011, le Club RSE de la FRTP regroupe une trentaine d'entreprises TP ligériennes, majoritairement des PME, qui ont toutes choisi de mener une démarche RSE de manière volontaire pour leur entreprise. Cela représente plus de 3600 salariés représentés pour un total de près de 900 heures de travail collaboratif. La démarche RSE proposée par la FRTP des Pays de la Loire, basée sur l'ISO 26000 est structurée et totalement adaptée aux TP.

Pourquoi la FRTP Pays de la Loire a-t-elle décidé d'investir dans ce club RSE ?
Dans le contexte économique contracté, que les entreprises de Travaux Publics connaissent depuis plusieurs années, la RSE est un outil de management incontournable. Chaque entreprise à son rythme, a travaillé sur une démarche continue et individuelle, afin de valoriser les actions mises en place tant en interne qu'en externe. La RSE s'imposant alors comme un objectif d'amélioration continue. Le succès de la démarche repose sur sa dynamique, qui alterne des phases individuelles, en ateliers et collectives permettant ainsi des échanges de bonnes pratiques.Dans la lignée de la FNTP, la FRTP souhaite favoriser une démarche RSE raisonnée, partagée et responsable vis-à-vis des maîtres d'Ouvrages avec l'ambition d'un travail commun et adapté aux enjeux de développement durable des territoires, et aux réalités économiques, sociales et environnementales des Entreprises.

Enfin, pourquoi avoir choisi de collaborer avec le Comité 21 Grand Ouest pour le déploiement du Club RSE ?
Grâce à son expertise en matière de RSE, son réseau d'acteurs engagés et sa maîtrise dans la mise en oeuvre opérationnelle du développement durable, le Comité 21 anime de façon concrète et pragmatique, les ateliers thématiques de notre Club RSE. Sa connaissance du secteur des TP ajoutée à celle, notamment des collectivités, mais également de nombreux secteurs d'activités, est une vraie valeur ajoutée qui permet des passerelles et une mise en relation des différentes parties prenantes.

Pour en savoir plus

Les Débats du Comité 21
5 novembre : éclairages sur la COP14 Biodiversité et COP24 Climat

Augmentation des taux d'extinction des espèces, déclin de groupes d'espèces, appauvrissement et homogénéisation des communautés animales, désorganisation des systèmes écologiques : telles sont les caractéristiques actuelles de l'évolution de la biodiversité sur Terre. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : le taux d'extinction des mammifères (connus) a plus que quadruplé depuis le 16e siècle, tandis que celui des oiseaux a été multiplié par 10 ! Dans une série de nouveaux rapports publiés en mars dernier, l'IPBES (Intergovernemental Science-Policy Plateform on Biodiversity and Ecosystem Services) tire la sonnette d'alarme sur l'état actuel de la biodiversité et des services écosystémiques sur la planète. Outre la question éthique de la dégradation de l'environnement et de la disparition des espèces directement causées par les activités humaines, c'est aussi notre propre bien-être qui sera impacté, et ce, plus rapidement que nous le pensions. En ce qui concerne le climat la tendance n'est guère plus réjouissante : alors qu'ils sont dans le peloton de tête des pays émetteurs, les Etats-Unis souhaitent se retirer de l'Accord de Paris, le Brésil menace aussi. Au niveau français, l'observatoire Climat-Energie français pointe les écarts importants entre les objectifs fixés par la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) et le bilan des émissions en 2017... Dès lors quel est l'impact des sommets internationaux au cours desquels sont actés des objectifs (objectifs d'Aïchi pour la biodiversité ; en deçà des 2°C pour l'Accord de Paris sur le climat) qui ne sont pas respectés ? A la veille de l'ouverture de la COP14 sur la biodiversité (17 au 29 novembre 2018 en Egypte) et de la COP24 sur les changements climatiques (2 au 14 décembre en Pologne), Brigitte Collet, ambassadeur française pour les négociations internationales sur le climat, et Xavier Sticker, ambassadeur français pour l'environnement, sont invités par le Comité 21 à partager leurs analyses. Inscription obligatoire

8 novembre : débat « La finance positive est-elle à la hauteur des enjeux du développement durable ? »

Le Comité 21 vous invite au débat « "La Finance Positive est-elle à la hauteur des enjeux du développement durable ? », le 8 novembre de 9h à 10h30, avec le soutien de Bpifrance. Sommet mondial sur la finance au service des enjeux climatiques, la deuxième édition du One Planet Summit, impulsée par Emmanuel Macron, s'est tenue à New York le 26 septembre dernier. Il visait à rendre compte des engagements pris l'année dernière et à confirmer l'objectif de mise en oeuvre de l'Accord de Paris. A l'occasion de ce forum, les décideurs politiques et d'entreprises ont renouvelé leurs engagements. La Commission Européenne a annoncé son intention de consacrer un quart de son budget à la résolution des enjeux climatiques. Un partenariat innovant entre BlackRock, premier gestionnaire d'actifs mondial, et l'Agence Française de Développement ainsi que des philanthropes, va travailler à la création de nouveaux outils pour financer les infrastructures climatiques dans les pays émergents. De fait, l'efficacité des investissements responsables est un pré requis indispensable à la mise en oeuvre de l'Agenda 2030 et des Objectifs du développement durable mais elle reste peu étudiée jusqu'à présent. Il convient donc de se demander si entre les objectifs déjà annoncés et les nouvelles initiatives engagées, se dirige-t-on réellement vers une finance plus « positive » au sens de son impact sur la société et l'environnement ? Les nouveaux instruments financiers et la réorientation des flux de capitaux vers les projets de la transition écologique et solidaire sont-ils suffisants et adaptés aux besoins des différents acteurs privés et publics ? La finance positive permet-elle l'accélération du développement des Objectifs du développement durable à toutes les échelles, internationales, nationales et jusque dans les territoires ? Pour éclairer ces enjeux, Bettina Laville, présidente du Comité 21, animera ce débat auquel sont conviés Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, président de Finance for Tomorrow et auteur du livre « La finance verte commence à Paris » ; Anne-Catherine Husson, directrice générale de Novethic, média spécialiste de la finance durable et de l'économie responsable ; et Bachir Arouna, ingénieur financier et directeur de la stratégie à la ville d'Enghien les Bains. Inscription obligatoire

Signez la déclaration universelle des Droits de l’Humanité !

Le Comité 21 a organisé le 9 octobre un débat qui s'est tenu au siège de l'Association Française des Ingénieurs et Techniciens de l'Environnement (AFITE), partenaire de l'événement, dont la mission est de contribuer au progrès technique et à l'approfondissement des connaissances dans le domaine de l'environnement. Autour de Bettina Laville, présidente du Comité 21, les intervenantes - Corinne Lepage, ancienne Ministre, avocate, Hélène Valade, directrice du développement durable de SUEZ, présidente de l'ORSE, et Julie Tribolo, maître de conférences en droit public à l'Université Nice Côte d'Azur - se sont exprimées sur la reconnaissance de nouveaux droits humains. Corinne Lepage a ainsi souligné la contribution de la Déclaration Universelle des Droits de l'Humanité (DDHu) présentée en 2015 au président François Hollande, et qui reconnait les droits de l'humanité vis-à-vis d'elle-même, des générations à venir, et des autres espèces. Il ne s'agit pas de remplacer les textes existants mais de bâtir un texte complémentaire fixant des droits et des devoirs, non plus individuels, mais collectifs. La Déclaration des Principes Ethiques de l'UNESCO en 2017 vient confirmer, selon Julie Tribolo, la prise en compte par le droit des valeurs et de l'éthique, qui sont au coeur de la lutte contre le changement climatique, lui donnant un caractère global. La multiplication des textes cadres réaffirmant le lien entre l'homme et la terre tels que la DDHu, la Déclaration des Principes Ethiques de l'UNESCO ou encore les Objectifs du développement durable est, pour Bettina Laville, cruciale pour les entreprises. Ces dernières sont en effet de plus en plus nombreuses à les utiliser comme des colonnes vertébrales pour leurs rapports sur le respect des droits et sur leurs démarches RSE. C'est notamment le cas de SUEZ, dont la directrice du développement durable, Hélène Valade, a démontré que l'ampleur des défis exige, pour ces entreprises, de passer de la constatation à la réelle transformation de leur modèle. Elle voit notamment dans le concept d'interdépendance au coeur de ces textes, un principe d'action.
Pour revoir le débat en vidéo

Signez la Déclaration Universelle des Droits de l'Humanité
Consulter la Déclaration des Principes Ethiques de l'UNESCO

Rendez-vous du Comité 21
15 novembre à Nantes : Journée «L’économie circulaire : nouvelles conceptions, nouveaux modèles économiques?»

L'économie circulaire vise à rompre avec le modèle traditionnel d'économie linéaire en s'appuyant sur de nouvelles offres de produits et services, un changement des comportements de consommation et une meilleure gestion des déchets. Levier d'accélération de l'économie circulaire, l'éco-conception consiste à intégrer l'environnement dès la conception d'un produit ou service, et lors de toutes les étapes de son cycle de vie (AFNOR). L'économie de la fonctionnalité, ou économie d'usage, consiste quant à elle à remplacer la vente d'un produit par la vente de son usage. En restant propriétaire du support matériel de son service (voiture, imprimante, chauffage etc...), l'entreprise est incitée à en maximiser la durée de vie, rejoignant ainsi les principes de l'éco-conception. Le Comité 21 et le Conseil Régional vous invitent à explorer les liens entre ces deux piliers de l'économie circulaire, grâce notamment aux témoignages de Cetih, Eram, la DREAL, Syd, la CCI 49, l'Ademe, le CJD Pays de la Loire ou encore le groupe Manitou. C'est d'ailleurs chez ce-dernier qu'aura lieu la rencontre, durant laquelle plusieurs questions seront abordées : Quels bénéfices pour les entreprises, l'économie et l'environnement ? Quels outils pour aller vers l'éco-conception ? Comment passer d'un modèle économique classique à un modèle fondé sur l'économie de la fonctionnalité ? Quels facteurs-clés de succès ? Inscriptions. Mathilde Bres - bres@comite21.org

23 novembre à Saint-Nazaire et 6 décembre à Angers : Journées techniques « Economie circulaire et développement économique »

Le Comité 21 Grand Ouest organise, en partenariat avec le Conseil régional des Pays de la Loire et le soutien de l'ADEME, des journées techniques « Economie circulaire et développement économique » prévues le 23 novembre à Saint-Nazaire et le 6 décembre à Angers. Destinées prioritairement aux élus et aux chargés de développement économique des EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), ces journées ont pour objectif de comprendre en quoi les enjeux de l'économie circulaire amènent à repenser le rôle des chargés de développement économique des EPCI, et de repartir avec des clés nécessaires à la mise en place d'un programme d'actions de développement économique circulaire sur leur territoire. Pour en savoir plus. Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org

Agenda du Comité 21

5/11 à l'UNAF 14h30-16h30 : débat « Éclairages sur la COP14 Biodiversité et COP24 Climat : la diplomatie environnementale peut-elle infléchir les mauvaises tendances actuelles ? » - inscriptions
6/11
matin à la maison des Océans (Paris) : remise des Prix Energies citoyennes, présidés par Bettina Laville et organisés par Engie Cofely
6/11
après-midi à Paris : jury des Trophées des TP co-organisés par le Moniteur et la Fédération professionnelle des travaux publics
7/11
à Paris : Groupe de travail « mise en oeuvre et évaluation » pour l'élaboration de la feuille de route nationale de mise en oeuvre des ODD en France entre 2019 et 2030
8/11
à Bpifrance 9h-10h30 : débat « La finance positive est-elle à la hauteur des enjeux du développement durable ? » - inscriptions
8/11
à Paris : réunion du Groupe de travail ODD 16 pour l'élaboration de la feuille de route nationale de mise en oeuvre des ODD en France entre 2019 et 2030
08/11
à Nantes : le Comité 21 Grand Ouest partenaire de la journée « Valoriser le potentiel de l'économie circulaire dans la commande publique » organisée par le Réseau Grand Ouest
9/11
à Paris : le Comité 21 partenaire du colloque « De la production à la consommation : Une mondialisation équitable est-elle possible ? » organisé par Max Havelaar
13/11
à Paris : intervention de Bettina Laville, en tant que partie prenante, lors du lancement du réseau Sustainable Development Solutions Network, une initiative des nations unies
14-15/11
à Paris : séminaire d'équipe du Comité 21
15/11
à Paris : intervention de Bettina Laville sur la « Mise en place des politiques RSE en entreprise, retours d'expériences » dans le cadre de la 4ème édition des Rencontres ISR et Performance organisée par Option Finance et Funds magazine
15/11
à Ancenis : journée « L'économie circulaire : nouvelles conceptions, nouveaux modèles économiques ? » organisée par le Comité 21 Grand Ouest en partenariat avec le Conseil régional des Pays de la Loire et avec le soutien de la DREAL et de l'Ademe
16/11
à Nantes : le Comité 21 Grand Ouest partenaire de l'événement Social Change : « RSE, mon entreprise s'engage »
19/11
: le Comité 21 Grand Ouest partenaire de la journée « L'achat public : une réponse aux enjeux climatiques », organisée par le Conseil départemental de Loire Atlantique et le RGO
23/11
à Saint-Nazaire : journée technique “Economie circulaire et développement économique” , organisée par le Comité 21 Grand Ouest en partenariat avec le Conseil régional et avec le soutien de l'Ademe
29/11
à Bpifrance : débat sur « Innovation territoriale et ODD »
30/11 matin à la Conférence des présidents d'université : assemblée extraordinaire du Comité 21

Ressources du Comité 21

Le Comité 21 publie régulièrement sur les enjeux du développement durable. Pour ce numéro, nous vous proposons de retrouver les dernières ressources disponibles du Comité 21 Grand Ouest, organisées selon les 4 axes de travail de l'antenne ; pour la plupart, elles sont réservées exclusivement à nos adhérents.
Responsabilité sociétale
-Note Le management collaboratif, un gage de réussite pour la responsabilité sociétale
- septembre 2018
Responsabilité, bien-être, confiance... Tout le monde s'accorde à dire que le management des organisations doit se réinventer. Dans cette note : décryptage des enjeux, recommandations pratiques, démarches inspirantes et ressources utiles.
-Guide Mettre en place une démarche RSE dans son organisation, à destination des TPE/PME en Pays de la Loire : méthodologie, outils et pratiques
- décembre 2016
Implanté en région Pays de la Loire depuis 2010, le Comité 21 a suivi des TPE/PME, dans un dispositif d'accompagnement sur deux ans, pour formaliser leur démarche RSE et favoriser l'émulation. Ce guide propose une méthodologie simple et claire en huit étapes clés. A lire
Economie circulaire
-Note L'écologie industrielle et territoriale : de la théorie à la pratique
- septembre 2018
A rebours d'un modèle linéaire dans lequel les ressources sont extraites, consommées puis jetées, l'écologie industrielle et territoriale se concrétise par la mutualisation et l'échange de flux de matières, d'énergie entre les acteurs d'un territoire donné.
-Note Eco-conception : les entreprises de l'Ouest s'engagent
- novembre 2017
En encourageant un meilleur usage des matières premières, la recyclabilité, le réemploi et en réduisant les rejets dans les milieux naturels : l'écoconception vise le développement d'une offre de biens et services plus respectueux de l'environnement.
Territoires durables
-Note Associations et développement durable : quels partenariats avec les entreprises et les collectivités? Comment innover ensemble et durablement?
- juin 2017
Associations, entreprises, collectivités... les acteurs d'un même territoire peuvent nouer des partenariats dans la durée pour répondre à leurs missions respectives, se développer ou innover.
Transition énergétique et adaptation au changement climatique
-Note Les projets participatifs, un facteur essentiel pour le développement des énergies renouvelables
- août 2018
Si l'intérêt pour les énergies renouvelables n'est plus à démontrer, il convient d'accélérer leur développement en s'appuyant sur la mobilisation des acteurs locaux.
Pour en savoir plus

Le Comité 21 dans la presse
Intervention de Bettina Laville sur BFM TV à la suite des pluies diluviennes dans le Var

Suite à l'épisode méditerranéen d'une exceptionnelle violence qui s'est abattu dans le Var, Bettina Laville, présidente du Comité 21, est intervenue sur BFM TV jeudi 11 octobre. Cette interview a été l'occasion d'éclaircir le lien entre ces intempéries de plus en plus dévastatrices et le réchauffement global des températures. Le 10 octobre dernier, les populations de Sainte-Maxime ont vu s'abattre sur elles plus de 210 millimètres d'eau, soit l'équivalent de deux mois de pluie. Ce phénomène météorologique dit « cévenole » touche particulièrement cette région à l'automne. Il se manifeste par des orages et des pluies intenses et cause souvent de nombreux dégâts matériels et humains. S'il est important de noter que ces épisodes ont toujours existé, c'est leur intensité, leur fréquence et leur nombre qui se sont décuplés ces dernières années, et qui sont imputables au réchauffement climatique, comme le souligne Bettina Laville sur BFM TV. Malgré ce constat, elle pointe l'insuffisance des mécanismes de prévention et de réaction des gouvernements : selon elle, ces derniers n'ont pas encore pris la mesure de ces phénomènes, qui risquent pourtant de s'intensifier dans les années à venir. La présidente du Comité 21 en appelle donc au basculement du « sursaut vital » suscité face à ces catastrophes dans les décisions des dirigeants, afin d'impulser réellement l'adaptation au changement climatique et la recherche de solutions pour en limiter les conséquences. C'est à quoi s'attelle le Comité 21 avec son programme « Adaptation aux changements climatiques ». Voir ou revoir l'intervention sur BFM TV

Le Comité 21 partenaire
6 novembre au Sénat : cérémonie de la remise des Trophées de la 9ème édition des Prix Energies Citoyennes !

Les Prix Energies citoyennes ont été créés en 2009, par Engie Cofely, pour récompenser les stratégies énergétiques innovantes des collectivités territoriales (communes, communautés de communes, syndicats, départements, régions), et des établissements publics locaux... Cette année, le Jury cette année, composé d'associations d'élus, et d'experts du développement durable, et présidé par Bettina Laville, présidente du Comité 21, a étudié 44 candidatures qui mettent en évidence une diversité de stratégies énergétiques et d'actions innovantes des collectivités, des établissements publics locaux et des syndicats, plus inspirantes les unes que les autres. Pour en savoir plus

9 novembre : colloque « De la production à la consommation : Une mondialisation équitable est-elle possible ? »

Le Comité 21 s’associe à l’ONG Max Havelaar France et ses partenaires à l’occasion du colloque « De la production à la consommation, une mondialisation équitable est-elle possible ? », qui se tiendra le 9 novembre au Palais du Luxembourg, à Paris, sous le parrainage de Monsieur Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique, vice-président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable. Objectifs de développement durable, devoir de vigilance des entreprises, salaire vital dans les pays en développement, nouvelles attentes des consommateurs, Etats Généraux de l’Alimentation en France. À l’aune de trois décennies d’expérience du commerce équitable, ce colloque interroge les nouveaux défis à relever pour faire advenir une économie et une mondialisation plus durables. Inscriptions. Retrouvez tous les intervenants et toutes les informations sur le colloque sur colloque25ans.maxhavelaarfrance.org

RSEDATANEWS, nouvel adhérent et partenaire du Comité 21

RSEDATANEWS est un média indépendant qui sélectionne et analyse l'essentiel de l'information RSE (articles, enquêtes, pratiques et tendances dans les domaines de la RSE, de l'ISR, de l'ESG et du développement durable). Il a pour objectif de restituer une information professionnelle, impartiale et transparente sur ces sujets pour un lectorat de professionnels en entreprise, dans les domaines du conseil et de la finance, ainsi qu'auprès d'observateurs de la société civile. Son offre d'informations combine actualité (bulletin de veille quotidien, article et interview-vérité, alerte mail) et data (moteur de recherche multicritères et comparateur de rapports extrafinanciers). Soucieux de transparence, RSEDATANEWS s'est doté d'une charte déontologique afin d'accomplir ses missions en toute objectivité. Détenu à 100% par ses fondateurs indépendants, ce média est agréé par la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP), adhérente au Syndicat National de la Presse Professionnelle (FNPS - SPEJP) et signataire du Global Compact. Nous vous informons que les adhérents du Comité 21 bénéficient d'un tarif très préférentiel pour accéder aux services de RSEDATANEWS. Ce tarif donne accès aux offres suivantes : 15% de remise permanente sur les 3 formules d'abonnement : actualité RSE-ESG, DD et ISR ; actualité + Base de données, Annuaire et Finance Verte ; une exclusivité RSEDATANEWS : l'Analyseur de rapports extra-financiers. A partir de 756€ à 2933€ HT/an selon formule et nombre d'utilisateurs. Consulter les détails de la formule préférentielle
Télécharger le bulletin d'abonnement pour les adhérents du Comité 21

A lire
La finance verte commence à Paris – Philippe Zaouati

Suite au Brexit et aux incertitudes qu'il suscite, la place de la City est actuellement remise en cause: de nombreuses entreprises et institutions ont déjà annoncé qu'elles allaient quitter Londres pour une autre ville européenne. Dans ce contexte, le propos de ce livre, nouveau manifeste en faveur de l'investissement responsable, est de démontrer que Paris a toutes les cartes en main pour devenir un acteur incontournable de la finance verte. En effet, les Français sont à la pointe de l'expertise et de la mobilisation dans le domaine de la finance climatique, et plus largement de l'investissement responsable. La capitale française est déjà leader sur le marché mondial des obligations vertes et des initiatives pour développer une économie bas carbone. Les accords de Paris ont également montré la capacité de la France à convaincre les États, ainsi que le monde économique et financier, à se mobiliser et à coopérer face à l'urgence climatique. Dans l'élan de la COP21, les pouvoirs publics ont d'ailleurs organisé le « One Planet Summit » fin 2017. Philippe Zaouati est le directeur général ainsi que le fondateur de Mirova et est très impliqué depuis plusieurs années dans le développement de la finance responsable, en France et en Europe. Pour en savoir plus. Ed. Rue de L'échiquier - 104 pages - 12 euros

Climat, passons à l’acte ! – Anne Hessel, Jean Jouzel, Pierre Larrouturou

Ce petit livre exhorte les citoyens à passer à l'acte. En exigeant, par exemple, que les 2 500 milliards d'euros créés depuis avril 2015 par la Banque Centrale Européenne soit davantage (11% seulement actuellement) mis au service de la transition énergétique et non essentiellement destinés à renflouer les banques. Ce qui permettrait de créer neuf cent mille emplois en France, plus de six millions pour toute l'Europe. Des textes exigeants signés, de Anne Hessel et Pierre Larrouturou, par Nicolas Hulot, Erik Orsenna, Thomas Pesquet, Manuela Carmena, Ken Loach... seront ainsi réunis pour accompagner la remise d'un Pacte finance-climat au Conseil européen de décembre 2018. Pour en savoir plus. Ed. Indigènes Editions - 156 pages - 8 euros

Le défi alimentaire. Ecologie, agronomie et avenir – Samuel Rebulard

En ce début de XXIe siècle, on demande à l'agriculture bien plus que seulement nourrir 10 milliards d'humains à l'horizon 2050. On attend que les agriculteurs vivent mieux de leur travail, que les aliments satisfassent à de nouvelles exigences (production locale, à plus faible coût, etc.), que des pratiques agricoles s'appuyant sur l'écologie scientifique préservent la santé des écosystèmes et des agriculteurs, etc. Produire des aliments pose une foule de nouvelles questions : faut-il augmenter la production pour nourrir plus de monde ? Faut-il mieux répartir ce que l'on produit ? Comment produire plus avec peu de moyens? Au-delà du bio, quelles sont les pratiques « écologiques » prometteuses ? Doit-on utiliser des terres pour produire des énergies renouvelables ? Ces questions et bien d'autres encore sont au coeur de l'ouvrage. Elles sont abordées sous les regards croisés de l'écologie, l'agronomie, l'agriculture, la nutrition ou la botanique. Facile à lire, illustré par 400 schémas et 100 photos, ce livre s'adresse aux passionnés des questions alimentaires, aux étudiants en biologie, agronomie et géographie ainsi qu'aux professeurs de SVT et de géographie au collège et au lycée. Pour en savoir plus. Ed. Belin Education - 527 pages - 44,90 euros

La part sauvage du monde. Penser la nature dans l’Anthropocène – Virginie Maris

En déclarant la mort de la nature, nombreux sont ceux qui voient dans l'Anthropocène l'opportunité de prendre enfin les commandes d'un système-terre entièrement modelé par les humains. À rebours de cet appel au pilotage global, Virginie Maris réhabilite l'idée de nature et défend la préservation du monde sauvage. Elle revisite pour cela les attributs de la nature que les fantasmes prométhéens du contrôle total s'appliquent à nier: son extériorité, en repensant la frontière entre nature et culture ; son altérité, en reconnaissant la façon dont les non-humains constituent leurs mondes tout comme nous constituons le nôtre ; et enfin son autonomie, en se donnant les moyens de respecter et de valoriser ces mondes multiples. Pour en savoir plus. Ed. Le Seuil - 272 pages - 19 euros

Eco-dates

6/11 à Paris : conférence « Les facteurs sociologiques de réussite des projets de transition énergétique » - Arene Ile de France - en savoir plus
8/11 à Nantes : journée « Valoriser le potentiel de l'économie circulaire dans la commande publique » - Région Pays de la Loire et Réseau Grand Ouest - en savoir plus
9/11
à Paris : colloque « De la production à la consommation : Une mondialisation équitable est-elle possible ? » - Max Havelaar - en savoir plus
9/11 à Paris : conférence « Intelligence artificielle responsable » - Acteurs publics - en savoir plus
9/11 à paris : Connected Cities Summit - Les Echos - en savoir plus
11-13/11 à Paris : forum de Paris sur la paix - en savoir plus
13/11 à Paris : séminaire « Justice climatique : enjeux et leviers pour l'action publique » - Explor'ables et CGDD - en savoir plus
13/11 à Paris : journée de l'éthique 2018 - Groupe La Poste - en savoir plus
13/11 à la Rochelle : séminaire « Mobilités durables dans les territoires » - IFREE - en savoir plus
14/11 à Paris : 4ème édition des Assises Européennes du Long Terme - Région Ile-de-France et Confrontations Europe - en savoir plus
15/11 à Lyon : colloque national « les solutions pour s'adapter au changement climatique » - Agences de l'eau - en savoir plus
19/11 à Aiffres (79) : rencontre « Des initiatives locales au service des territoires : comment protéger notre biodiversité ? » - Notre Village - en savoir plus
20/11 à Paris : rencontre « COP24 pour le climat : concrètement, quels enjeux ? » - IDDRI - en savoir plus
21/11 à Paris : rencontre « Vers la transition Energétique : des projets et des actions pour l'Île-de-France » - France Nature Environnement - en savoir plus
21/11 à Paris : colloque sur les nouvelles solidarités urbain-rural - le CLER - en savoir plus
21/11 à Paris : journée scientifique 2018 « Limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C : pourquoi et comment ? » - Météo & Climat - en savoir plus
21/11 à Paris : petit-déjeuner « Villes durables : pour une approche circulaire » - AllEnvi et Greenfelx - en savoir plus
27-28/11 à Paris : colloque international « Changement climatique et adaptation des marais littoraux » - Parc naturel régional du Marais poitevin et le Forum des marais atlantiques - en savoir plus
27-30/11 à Lyon : Pollutec 2018 - Reed Expo - en savoir plus
28-29/11 à Strasbourg : Build & Connect, A l'ère du smart building, comment le bâtiment réinvente nos vies - en savoir plus
29/11 à Paris : colloque Agriculture circulaire - Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation - en savoir plus
29/11 à Rennes : colloque des métiers de la Transition écologique et énergétique - ADEME Bretagne - en savoir plus
30/11 à Vitry-sur-Seine : conférence « Economie circulaire et économie sociale et solidaire : des valeurs croisées pour entreprendre en Ile-de-France » - Orée - en savoir plus