Le Comité 21 contribue au débat public et accompagne depuis plus de 20 ans les organisations dans leur appropriation des enjeux du développement durable et le déploiement de politiques et de stratégies.

Nous aidons les acteurs à progresser dans ce domaine en proposant :  des ateliers, des publications, des débats, retours d’expériences et échanges de bonnes pratiques entre adhérents,  un accompagnement personnalisé en phase avec les besoins émergents des entreprises et des organisations ; des formations ; une veille des actions menées notamment par nos membres et partagées auprès de plus de 8000 contacts via notre newsletter « Infos 21 ».

La spécificité du Comité 21 repose sur sa dimension multi-acteurs qui permet à différentes structures de s’enrichir mutuellement en apportant des visions et pratiques nouvelles et complémentaires. Ceci permet d’innover dans les réponses des organisations aux enjeux du développement durable mais aussi de créer des synergies entre structures de nature différente autour d’une préoccupation commune.

En tant que plateforme multi-acteurs, le dialogue sociétal constitue le paradigme du Comité 21 depuis près de 25 ans. Animé par la conviction que la transformation ne pourra se faire sans le dialogue entre les parties prenantes et le développement de partenariats, le Comité 21 a contribué à donner un cadre méthodologique et à mettre en œuvre la concertation en France.

D’autre part, avec l’adoption de l’Agenda 2030 et des Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, un nouveau cadre international reconnu permet d’interroger les stratégies et actions mises en œuvre par nos organisations, qu’elles soient publiques ou privées. L’Agenda 2030 les emmène dans une trajectoire commune du développement durable. C’est aussi une opportunité pour repenser le développement et accroître leur engagement sociétal. Le Comité 21 contribue à l’élaboration de la feuille de route nationale des ODD et, en 2017 et 2018 a publié deux rapports sur l’appropriation des ODD par les acteurs non étatiques en France. Il propose de décrypter cette nouvelle grille de lecture et apporte une vision claire des différentes manières dont les organisations peuvent s’en saisir pour rendre plus ambitieuses et plus intégrées leur stratégie de développement durable.

En 2019, l’action du Comité 21 s’articule autour de trois grands thèmes clés pour la responsabilité sociétale des organisations :

-        l’engagement sociétal des organisations

-        les ODD et la RSE

-        le dialogue avec les parties prenantes



Engagement sociétal et ODD



En 2016, le Comité 21 a initié un cycle de travaux et de rencontres consacrés à l'engagement sociétal des entreprises et des organisations. En 2019, nous proposons d’accompagner nos adhérents dans les perspectives nouvelles de la RSE/RSO initiées par la loi Pacte, les ODD et l’actualité sociale. 

Note « Engagement sociétal des entreprises : de la RSE vers une stratégie de transformation à la hauteur des enjeux sociétaux du 21ème siècle »

A l’heure où la société semble vouloir s’emparer des enjeux climatiques et environnementaux, et demander des comptes aux Etats et aux organisations, tant publiques que privées, le Comité 21 a publié le 20 mars une note sur l’engagement sociétal des entreprises. Travaux initiés depuis deux ans, cette note dessine à la fois les contours de politiques d’engagement sociétal plus efficaces et identifie les bonnes pratiques des adhérents du Comité 21 en la matière.

Les entreprises prennent-elles en compte l’impact des mutations sociétales actuelles sur leur modèle économique ? La RSE répond-elle à ces enjeux ? Les Objectifs du Développement Durable sont-ils à même de guider cet engagement ? Quelle est la véritable influence des parties prenantes en ce sens ? En résumé, comment placer l’engagement sociétal au cœur de la stratégie de l’entreprise ?

Le Comité 21 est revenu sur ces questions à travers cette note et à l’occasion d’un débat le 20 mars (compte-rendu à retrouver dans l’espace adhérents).

Atelier « Associer les parties prenantes pour définir la raison d’être de mon entreprise ?» - 22 mai 2019

La loi PACTE votée le 11 avril 2019 a étendu l’objet social de l’entreprise pour que celle-ci prenne « en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité ». Cette modification historique du rôle juridique des acteurs économiques s’accompagne également d’une ouverture vers les entreprises à mission. En effet, le texte donne la possibilité aux entreprises qui le souhaitent de se doter d’une raison d’être. Pour faire publiquement état de sa qualité d’entreprise à mission, celle-ci devra respecter plusieurs conditions. Au cœur du débat sur l’engagement sociétal, la définition d’une raison d’être n’aura un intérêt que si les parties prenantes sont impliquées dans le processus. Que perdrait la planète, la société, vos clients… si votre organisation n’existait pas ? Ainsi peut-on définir la raison d’être.

Pouvez-vous mettre en œuvre votre raison d’être sans le soutien de vos parties prenantes ? Fonder cette démarche sur la concertation est un facteur clé de succès. En partageant une vision commune avec une organisation, les parties prenantes peuvent en effet représenter un levier pour l’atteinte de vos objectifs. Le dialogue avec les parties prenantes peut toutefois être un exercice difficile que les organisations doivent préparer en amont.

Cet atelier, ponctué de rappels théoriques, témoignages et mise en pratique est destiné à enrichir votre réflexion et vous encourager à l’action. Nous chercherons à identifier ensemble les bonnes pratiques de la définition d’une raison d’être avec les parties prenantes.

Pierre Victoria, directeur développement durable de Veolia, sera notre grand Témoin.

Atelier « L'agenda 2030, levier de performance pour mon organisation : comment utiliser les ODD pour définir sa stratégie ? » - 5 juin 2019

Depuis 2016, le Comité 21 accompagne ses adhérents dans l’appropriation et l’application des Objectifs du Développement Durable de l’Agenda 2030. Pour y parvenir, des publications (Rapport sur l’appropriation des ODD 2018), des débats et des ateliers sont proposés pour co-construire des outils adaptés aux différents métiers (achats, reporting etc.).

Cette fois-ci, le Comité 21 a souhaité interroger le processus de construction même de la stratégie de développement durable des organisations, voire de leur stratégie globale. En effet, alors que celles-ci sont confrontées à une accélération des risques économiques, sociaux, environnementaux, sociétaux*, la nécessité de construire une stratégie adaptée à ces enjeux s’impose. Comment les organisations peuvent-elles prendre en compte dans leur stratégie l’impact des mutations sociétales sur leur modèle et les politiques qu’elles déploient ? Les Objectifs du Développement Durable peuvent-ils permettre de répondre à cet enjeu ? Quelles organisations se sont lancées et pourquoi ont-elles fait ce choix ?

A travers cet atelier interactif, le Comité 21 proposera les 17 Objectifs du Développement Durable comme cadre de redéfinition d’une stratégie d’organisation en phase avec les enjeux de la prochaine décennie. Nous illustrerons cette démarche au travers de différents exemples provenant des secteurs privés et publics (programme détaillé à venir).  Noémie Bauer, directrice du développement durable de Pernod Ricard, sera un de nos témoins. Le groupe a présenté officiellement début avril 2019 sa nouvelle stratégie RSE à 2030, fondée sur les ODD.

Cet atelier, ponctué de temps d'échanges avec nos intervenants et entre participants, et de mise en pratique, est destiné à enrichir votre réflexion et vous encourager à l’action.

Atelier « Feuille de route nationale des ODD: décryptage et mise en œuvre par les organisations» - 10 octobre 2019

En septembre 2019, Emmanuel Macron, ainsi que les autres chefs d’Etat, présenteront à l’Assemblée Générale de l’ONU, leurs feuilles de route nationales pour la mise en œuvre des Objectifs du Développement Durable. En France, cette feuille de route aura fait l’objet pendant plus d’une très large concertation des parties prenantes étatiques et non étatiques, publiques et privées, organisée par le Commissariat Général au Développement Durable.

Cette feuille de route précisera comment la France entend engager les acteurs publics et privés pour atteindre les ODD. En tant que 1er réseau multi acteurs français pour le développement durable, le Comité 21 souhaite réunir des adhérents de tous ses collèges (entreprises, collectivités locales, établissements d’enseignement supérieur, associations, et bientôt citoyens) pour les aider à décrypter le contenu cette feuille de route et à comprendre comment chacun, à son échelle, peut contribuer à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 en France.

Cette journée spéciale sera l’occasion pendant toute une journée d’échanger avec différents types d’acteurs sur un projet commun : les Objectifs du Développement Durable. Le matin, le Comité 21 décryptera le processus et le contenu de la feuille de route nationale des ODD. L’après-midi, des ateliers entre pairs et multi acteurs seront organisés pour donner des outils et pistes d’action. Plus d’informations à venir.

Le Comité 21 est également membre de la Plateforme RSE.

Consultez les avancées des groupes de travail : cliquez ici




Dialogue parties prenantes


Le dialogue avec les parties prenantes est l'un des piliers d'une démarche de Responsabilité Sociétale d'Entreprise (RSE). Il conditionne la légitimité et l'efficacité des stratégies menées, sous réserve qu'il dépasse le simple exercice de communication et d'information.

Le Comité 21 conçoit et anime à la demande d'entreprises adhérentes (Areva, GDF SUEZ, Eiffage, Suez Environnement, Coca-Cola, Mobivia, Sanofi…), des démarches de concertation "sur mesure" avec des panels de parties prenantes externes (ONG, collectivités locales, experts, etc.). Réunissant les directions stratégiques de l'entreprises (direction générale, ressources humaines, finance, marketing, achats, etc.) les sessions de concertation permettent de mieux faire comprendre l'action de la direction de développement durable de l'entreprise tant en interne, qu'à l'externe et ce, tout en permettant aux parties prenantes de challenger les politiques mises en place.

Le Comité 21 propose un cadre méthodologique composé de principes directeurs, d’un guide ainsi qu'une note, issu d’un travail de concertation et de co-construction avec ses adhérents et les praticiens du dialogue :

-          Les Principes directeurs pour un dialogue constructif avec les parties prenantes : Par leur portée universelle, les Principes directeurs ont vocation à promouvoir l’intégration des démarches de dialogue avec les parties prenantes dans les processus de gouvernance et de management de toutes organisations. Le dialogue avec les parties prenantes est présenté comme un levier créateur de liens, d’innovation et de valeur ajoutée dans une société qui doit faire davantage place à l’écoute et la co-construction. Ce texte d’engagement peut être ratifié par toute organisation souscrivant aux Principes directeurs.
Télécharger les Principes directeurs
Télécharger le communiqué avec la liste des signataires (juillet 2016)

-          Le Guide méthodologique pour un dialogue constructif avec les parties prenantes : Ce document, à destination des opérationnels, accompagne les Principes directeurs. Il propose 47 recommandations méthodologiques pour mettre en œuvre et respecter concrètement ces Principes. Il présente également une liste de questions à se poser au cours du déploiement de la démarche de dialogue afin que l'initiateur de la démarche comme les parties prenantes s'assurent de sa qualité.
Télécharger le Guide méthodologique 

-          La Note 21 sur le dialogue avec les parties prenantes : En appui au Guide méthodologique, la Note 21 approfondie les recommandations méthodologiques au travers d'exemples, de bonnes pratiques, d'études de cas et d'interviews d’acteurs et praticiens du dialogue avec les parties prenantes.
La Note 21 Dialogue parties prenantes

Le Comité 21 organise en 2018 un débat "Parties Prenantes : vers un dialogue renouvelé ?". Il s'agira ici de réfléchir aux impacts de la législation (devoir de vigilance, lanceur d'alerte, projet de loi PACTE, etc...) sur le dialogue des parties prenantes avec l'entreprise. Ce débat propose d'une part, d'interroger quelles parties prenantes devraient s'exprimer sur leurs attentes et le rôle de l'entreprise et d'autre part, la nécessite, ou pas de définir un cadre juridique sur leur rôle.



ODD et RSO

ODD et RSO
Les 17 Objectifs de Développement Durable constituent un appel aux Etats, aux collectivités, aux entreprises et à tous les citoyens du monde pour tracer les feuilles de route qui permettront d’aller vers l’éradication de la pauvreté, le rétablissement de la paix, l’éducation pour tous et la protection de la planète. Quelle que soit sa condition, le niveau de développement du pays où l’on réside, les moyens dont l’on dispose, les ODD offrent à tous un cadre de référence universel, une vue d’ensemble d’objectifs à atteindre et qui s’appliquent aussi bien aux acteurs publics que privés, aux individus qu’aux organisations, dans le cadre d’un agenda qui court jusqu’à 2030.

Dans ce contexte, le Comité 21 incite les organisations adhérentes du réseau à intégrer les ODD dans leur stratégie de développement durable. Pour y parvenir, des ateliers de réflexion sont proposés pour la co-construction d'outils en faveur de la prise en compte des ODD dans les différents métiers d’une organisation.

Après avoir abordé la fonction achats responsables et reporting extra-financier, les ateliers pour 2018 porteront sur :

- La fonction marketing, à l'interface entre les ODD et la création de valeurs
- Les ODD : un nouveau champ pour la comptabilité des entreprises
- Logistique et ODD : vers un référentiel commun

*Les ateliers sont réservés aux adhérents.