du 03/07/2018
n°189
Spécial Appropriation des ODD
FOCUS
Quelle appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français en 2018 ?

L'appropriation des Objectifs de Développement Durable par l'ensemble des acteurs de la planète, c'est-à-dire par chacun d'entre nous, est sans doute la condition première de leur bonne mise en oeuvre. Comment faire progresser leur réalisation s'ils sont encore largement méconnus ?

C'est vrai en premier lieu pour les États, redevables chaque année devant les Nations Unies du respect de l'Agenda 2030 qu'ils ont adopté en septembre 2015. Pour sa part, le gouvernement français s'y engage de façon volontariste, comme le souligne ici Brune Poirson, Secrétaire d'État auprès de Nicolas Hulot, Ministre d'État chargé de la transition écologique et solidaire.

Et c'est tout aussi essentiel pour tous les acteurs non-étatiques, entreprises, collectivités territoriales, associations, établissements d'enseignement et de recherche, citoyens... tant il est vrai que la puissance de la multitude, la proximité avec la réalité des territoires et le « bouillonnement d'initiatives » locales constituent, comme le dit Edgar Morin, « les forces positives susceptibles de résister aux forces destructrices qui menacent notre planète».

Issu de la Conférence de Rio 92, l'Agenda 21 a été pensé comme un plan, un programme pour le XXIème siècle pour lier développement et environnement. Aujourd'hui, ce plan est renouvelé et revitalisé par l'Agenda 2030 pour la période 2015-2030. Grâce à son expérience de plus de 20 ans au service de la diffusion des Agenda 21 en France et fort de ses 400 membres répartis sur l'ensemble du territoire national qui place le Comité 21 dans une position d'observatoire privilégié des pratiques et des stratégies Développement durable françaises, nous avons initié en 2017 le premier rapport sur « l'appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français ». Basé sur l'analyse d'une cinquantaine de contributions, il dressait le constat d'une connaissance et d'une intégration des ODD encore limitée et superficielle, malgré une sensibilisation des acteurs en réelle progression.

Un an plus tard, fort de ce premier essai, la société civile a souhaité se mobiliser de nouveau pour élaborer une seconde édition de ce rapport. Avec le soutien du Ministère de la Transition écologique et solidaire, du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, de l'Agence Française pour la Biodiversité, de la Caisse des Dépôts, du groupe La Poste et de Veolia, le rapport Appropriation 2018 a mobilisé plus de 80 organisations non-étatiques, coordonné par le Comité 21 et 18 organisations copilotes que nous remercions très chaleureusement pour leur engagement.

Trois ans après l'adoption de l'Agenda 2030, il dresse l'état des lieux du niveau de connaissance et d'utilisation des ODD par les organisations françaises, que ce soit dans leurs actions en France ou à l'international. Il ne vise pas à évaluer le niveau de progression de la réalisation des ODD et de leurs cibles de façon quantitative, mais se penche plutôt sur la question de savoir si l'Agenda 2030 devient peu à peu un outil pour les acteurs français, un cadre structurant pour repenser leurs politiques et stratégies développement durable et revoir à la hausse l'ambition de leur engagement sociétal. Deux analyses complémentaires se succèdent : une première partie propose une étude transversale, acteur par acteur, et une deuxième partie se concentre sur les six ODD passés en revue cette année lors du Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) qui se tiendra à New-York du 9 au 18 juillet prochain.

Ce rapport constitue donc une contribution au FPHN 2018 et sera annexé au point d'étape officiel que la France remettra à l'ONU en juillet. Dans la mesure où il est le fruit de la collaboration d'une large partie de la société civile, il se veut également une contribution à l'élaboration de la feuille de route nationale 2019-2030 pour la mise en oeuvre de l'Agenda 2030 en France.

Les expériences présentées dans ce numéro 189 d'Infos 21 par les adhérents du Comité 21 sont complémentaires à celles présentées dans le rapport et illustrent bien la valeur ajoutée des acteurs locaux pour la transformation durable de leurs territoires. La nécessité d'une forte mobilisation des réseaux et relais d'opinion est tout aussi importante : ils oeuvrent depuis des mois à sensibiliser et à outiller les acteurs pour qu'ils se saisissent de l'Agenda 2030. Tout laisse à penser que petit à petit les ODD vont infuser au sein des organisations et des territoires pour généraliser l'Agenda 2030 comme le nouvel outil : le cadre pertinent pour repenser et mettre en oeuvre les politiques développement durable des organisations.

Mais nous n'y sommes pas encore et les efforts de sensibilisation et de démystification de l'Agenda 2030 ne doivent pas se stopper maintenant. Nous devons poursuivre la sensibilisation et la pédagogie pour faire comprendre que ce nouvel outil ne vient pas s'ajouter aux contraintes déjà en vigueur en matière de développement durable. Non ! Les 17 ODD de l'Agenda 2030 ne sont que des nouvelles lunettes qui revitalisent le prisme par lequel nous devons appréhender le développement durable, plus ambitieux, donnant une vision à 360 degrés des enjeux. Saisis-en nous vite si nous souhaitons être à la hauteur des défis du XXIème siècle.

Sarah Schonfeld
Responsable Actions internationales au Comité21
schonfeld@comite21.org

Actualités des adhérents
 
Bpifrance : les Midi planète, des ODD pendant la pause déjeuner !

Dans le cadre de son partenariat avec le festival Le Temps Presse, Bpifrance organise mensuellement un moment durant lequel ses collaborateurs se rassemblent pendant la pause déjeuner pour assister à deux courts-métrages et débattre autour d'un des Objectifs de développement durable. Le 17 juin 2018 s'est tenu la première des Midi Planète, sur le thème du réchauffement climatique, qui a accueilli une quarantaine de personnes. Le festival Le Temps Presse est un festival qui sélectionne chaque année des courts-métrages en rapport avec les Objectifs du développement durable établis par les Etats membres des Nations Unies. Pour en savoir plus. Philippe Kunter - philippe.kunter@bpifrance.fr

ECOACT développe des outils de mesure d’impact et reporting ODD et s’engage pour les ODD dans sa politique RSE

Le groupe EcoAct apporte, depuis sa création, son expertise auprès de tous types d'acteurs afin d'évaluer et valoriser l'impact social et environnemental de projets bas carbone et durables. Il contribue à structurer des outils dédiés à la mesure d'impact et au développement de partenariats multi-acteurs pour la réalisation de l'Agenda 2030, comme le référentiel Gold Standard for the Global Goals, publié en 2017, et développe des outils opérationnels à destination des entreprises, tels que : un tableau de correspondance ODD /ISO 26000, une base de données d'indicateurs ODD ainsi qu'un outil d'évaluation de projets (Ecoscore). Cette démarche vise à accompagner les dirigeants dans la transformation de leur business model en élaborant à leur côté une stratégie et un plan d'action sur mesure pour faire des ODD un véritable levier de performance. Le groupe a également engagé la révision de sa politique RSE sous le prisme des ODD afin d'établir une nouvelle feuille de route à horizon 2020 et ainsi intégrer dans une dynamique internationale les démarches des différentes entités ayant rejoint EcoAct. Pour en savoir plus - Fanny Guezennec - fanny.guezennec@eco-act.com

SNCF, engagée dans une politique de gestion et de préservation des ressources en eau

Dans le cadre de son engagement stratégique pour améliorer la gestion et la préservation des ressources en eau, SNCF a mis en oeuvre une politique interne qui a été validée fin 2016. Cette politique qui fixe des objectifs à l'horizon 2020 dans une perspective de gestion durable et responsable de l'eau vise également la préservation des milieux aquatiques et des écosystèmes associés en liens avec les infrastructures ferroviaires. En avril 2018, SNCF a organisé, son deuxième comité stratégique sur la politique de l'eau. Cette rencontre a permis de réunir l'ensemble des représentants des activités et métiers concernés afin de partager et de faire le point sur les actions mises en oeuvre en 2017 et de confirmer les orientations pour 2018. L'occasion pour souligner les premiers résultats obtenus grâce à une forte mobilisation de l'ensemble des secteurs. Citons notamment : la formalisation et le déploiement de plans d'actions visant à atteindre les objectifs fixés pour 2020 ; la réalisation d'états des lieux qui permettent notamment d'améliorer la connaissance et la gestion patrimoniale des réseaux d'eaux et des ouvrages ; des premiers résultats encourageants comme la diminution de 2% constatée entre 2016 et 2017 sur la consommation d'eau potable. Pour en savoir plus. Frédéric Fhal - frederic.fhal@sncf.fr

Veolia : identifier les ODD les plus pertinents au regard des activités et engagements de l’entreprise

En 2015, Veolia a formalisé son positionnement d'acteur socialement responsable à travers 9 engagements RSE. L'un d'eux fait spécifiquement référence à la participation de Veolia à l'atteinte des ODD. Veolia a souhaité s'interroger plus largement sur sa contribution aux ODD, et plus particulièrement sur : quelles articulations entre les ODD, ses activités et ses engagements pour un développement durable ? Comment les parties prenantes perçoivent-elles la contribution de Veolia aux objectifs de la communauté internationale ? Pour préciser les contours de cette contribution, une étude a été menée, croisant différents paramètres dont une consultation des parties prenantes. Elle s'appuie sur 3 niveaux : la corrélation entre les ODD et les engagements pour le développement durable qui structurent les actions de responsabilité sociétale du Groupe ; la consultation d'un panel de parties prenantes internes et externes, et la corrélation entre les ODD et les secteurs de croissance et chiffres d'affaires du Groupe dans le monde. Il ressort de l'analyse que Veolia participe à plus ou moins grande échelle à la mise en oeuvre de chacun des 17 ODD : le groupe a un impact direct ou indirect sur 65 des 169 cibles des ODD, soit une contribution sur 40% des cibles. Les données recueillies convergent notamment vers 5 ODD « coeur de métiers » : liés à ses activités traditionnelles - Veolia, acteur majeur de la ville durable (ODD 11) au travers de la gestion des services essentiels d'eau, d'assainissement (ODD 6), d'énergie (ODD 7) et de propreté (ODD 11) ; liés à ses activités en croissance - Veolia favorise des modes de production industrielle innovants (ODD 9) et de consommation plus responsable (ODD 12) par l'économie circulaire. Pour en savoir plus. Armelle Perrin-Guinot - armelle.perrin-guinot@veolia.com

Limoges Métropole : « Nature sauvage », la plateforme numérique pour la protection de la biodiversité

La Communauté d'Agglomération Limoges Métropole gère la compétence « préservation des milieux naturels », ODD15. Dans ce cadre, le service des Espaces Naturels de l'Agglo a récemment engagé un important travail de cartographie de la faune et de la flore sauvage sur l'ensemble de son territoire. À la suite de cela, la nouvelle application « nature sauvage » pensée comme une plateforme collaborative, a été lancée. Elle recense la faune sauvage à travers deux outils numériques : « L'Atlas sauvage », qui permet d'obtenir des renseignements sur les différentes espèces d'animaux qui les entourent à l'aide de photos et de fiches descriptives, et le « Carnet de terrain », qui offre la possibilité de recenser soi-même les espèces rencontrées sur son chemin. Ce nouvel outil numérique créé par la Communauté d'Agglomération Limoges Métropole propose d'allier connaissance de son environnement, plaisir de la marche et découverte de son territoire. Guillaume Boggio - Guillaume_boggio@agglo-limoges.fr

Ayen : des élèves de CM1 experts en ODD !

La Commune d'Ayen, riche de son engagement depuis plusieurs années en matière de développement durable, s'est engagée dans le courant de l'année 2017 dans un nouveau plan d'actions Agenda 2030. Cette nouvelle organisation forte de 54 actions ou thématiques dans 14 ODD et 24 cibles a mobilisé un très grand nombre de partenaires (habitants, agents, associations, centre de loisirs...) dont une classe de CM1 qui a travaillé sur les notions de responsabilités individuelles et collectives. Les élèves et l'équipe enseignante particulièrement sensible et mobilisée ont dégagé des temps spécifiques tout au long de l'année qui se sont construits à partir du livret « carnet de bord des ODD pour la jeunesse en lien avec le programme scolaire, mais aussi de l'intérêt des enfants en fonction de l'un ou l'autre ODD. Rencontre avec un expert du climat, ancien responsable de la base scientifique dans l'antarctique, et de plusieurs responsables d'associations locales, visite de la déchetterie, sorties biodiversité et réalisation de fresques et d'affiches de sensibilisation déclinant un panel de solutions souvent débattues dans le cercle familial. Une belle année ODD pour ces experts qui sont devenus aujourd'hui aussi des ambassadeurs. Jérôme Perdrix - jerome.perdrix@laposte.net

Loos en Gohelle, ville pilote du développement durable (ODD 11)

Loos-en-Gohelle, commune du bassin minier du Pas-de-Calais et sinistrée par la crise du charbon, est devenue une ville pilote du développement durable grâce à la mobilisation ses différents acteurs à travers d'initiatives portant sur la transition écologique. La Base 11/19, deux terrils et d'anciens bâtiments de l'exploitation minière conservés, sont aujourd'hui reconnus comme pôle de référence du développement durable. Une rupture avec le modèle existant ainsi qu'avec la démarche de « petit pas » a été rendu possible grâce à la mise en place d'un dispositif ambitieux de participation des habitants associant l'ensemble des acteurs à la définition et à la conduite des projets. Ainsi, l'écoconstruction, et, plus largement, de nouveaux modes de faire concernant l'urbanisme et l'environnement, se sont développés. 10% des logements neufs ou rénovés en écoconception, 10% de la surface agricole utile en bio, 4 points de chômage inférieur à la moyenne du bassin de vie, doublement du nombre d'associations, l'équivalent de la consommation de 70 foyers couverts en électricité produite localement, 1 500 en 2020, sont des initiatives mises en place au sein de la commune. Pour en savoir plus - Julian Perdrigeat -julian.perdrigeat@loos-en-gohelle.fr

France Nature Environnement : un focus sur l’ODD15 « Vie terrestre »

France Nature Environnement entreprend un travail important d'acculturation et d'appropriation des ODD, et tout particulièrement sur l'ODD 15 « Vie terrestre ». Selon FNE, le monde de demain ne saurait être durable et équitable sans écosystèmes terrestres fonctionnels, résilients et divers. C'est en organisant des sessions de formation et des rencontres, une co-animation de la plateforme biodiversité pour la forêt, une veille sur la dérogation aux espèces protégées et les chantiers, que l'association mène à bien sa mission. FNE participe également aux instances nationales sur les ODD et, à ce titre, contribuera prochainement au contenu du rapport du Conseil National sur l'Information Statistique. Pour en savoir plus - Christian Hosy - christian.hosy@free.asso.fr

Fondation GoodPlanet, un programme pour l’accès à une énergie renouvelable

La Fondation GoodPlanet s'investit dans le développement de l'accès à une énergie renouvelable et durable au profit des populations défavorisées à travers son programme Action Carbone Solidaire, remplissant ainsi l'ODD7 (« la garantie d'accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable »). Parmi les 41 projets dans 21 pays soutenus par le programme, on peut notamment citer la construction de 10 000 cuiseurs solaires au Pérou et en Bolivie. Le cuiseur solaire permet de capturer le rayonnement lumineux solaire pour produire de la chaleur nécessaire à la cuisson des aliments quelle que soit la zone géographique et la saison. Initié en avril 2017 pour une période de 10 ans, le projet vise à diffuser ces équipements dans les zones rurales et péri-urbaines afin d'améliorer la qualité de vie des populations et de contribuer à la lutte contre le changement climatique en réduisant la déforestation et l'usage de combustibles fossiles. A ce jour, le projet a permis la réduction de 59 131 tonnes de CO2 dans les deux pays. Pour en savoir plus. Jonathan Ouaret-Gave - jonathan@goodplanet.org

Le GERES agit pour la solidarité climatique avec les acteurs non étatiques

La bataille contre les changements climatiques est à la croisée de tous les Objectifs de développement durable et elle ne se gagnera qu'avec un engagement fort de la société civile, des collectivités et des entreprises. C'est pourquoi le GERES fédère depuis 2015 les acteurs non-étatiques autour du Mouvement pour la Solidarité climatique. En plus de les accompagner dans leur transition écologique et sociétale, l'ONG met à leur disposition un outil de mobilisation en ligne innovant. Il permet aux collaborateurs, consommateurs et habitants qui interagissent avec eux d'être sensibilisés aux enjeux environnementaux et climatiques et de s'engager sur des gestes du quotidien classés par ODD, de les comptabiliser et de calculer la réduction de leur empreinte carbone. Les citoyens qui s'engagent sur la plateforme sont ensuite soutenus dans leur passage à l'action sur chacun des ODD à travers un accompagnement personnalisé. L'objectif est d'amener les personnes qui souhaitent s'engager pour le climat vers des actions de plus en plus impactantes. Un million d'actions sont visées d'ici 2020. Pour en savoir plus. Mathieu Grapeloup - m.grapeloup@geres.eu

Max Havelaar France, un nouveau modèle de production et de consommation durables

L'association Max Havelaar France représente le mouvement mondial de commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar et son label à but non-lucratif. Reconnu par les pouvoirs publics comme une démarche de développement durable contribuant à l'intérêt général, le commerce équitable propose un modèle de production et de consommation durables s'inscrivant au coeur de l'ODD 12. Un tel modèle, unique en son genre pour mettre en oeuvre les 3 piliers de la durabilité, mobilise la responsabilité sociale et environnementale des différents acteurs de la chaîne : des entreprises qui changent leurs pratiques au regard vis-à-vis des producteurs et travailleurs, aux consommateurs incités à faire évoluer leurs choix de consommation. Le commerce équitable comprend ainsi une forte dimension de sensibilisation, que recouvre également l'ODD12 : la campagne de Max Havelaar France, déployée en affichage et en digital et totalisant plus de 10 millions de vues, illustre parfaitement cet objectif, par un message fort destiné à rappeler qu'à travers des pratiques d'achat responsables, chacun peut s'engager pour un monde plus juste et plus durable. Pour en savoir plus. Valeria Rodriguez - V.RODRIGUEZ@maxhavelaarfrance.org

OREE développe ELIPSE, un nouveau référentiel d’évaluation

Comme l'engagement vers de nouvelles pratiques ne peut se faire sans outils d'évaluation fiable, OREE a travaillé avec des partenaires chercheurs, bureaux d'étude et territoires d'expérimentation, et avec le soutien de l'ADEME et du Commissariat général au développement durable, sur le développement d'un nouveau référentiel d'évaluation : ELIPSE. En réponse à l'ODD 12 « parvenir à une gestion durable et à une utilisation rationnelle des ressources naturelle », cet outil d'évaluation s'adresse aux animateurs de démarches en écologie industrielle et territoriale (EIT) et leur permet de réaliser une auto-évaluation tout en leur donnant des clés pour la poursuite de leur action. l'outil permet également aux acteurs finançant des démarches de suivre l'avancée de celles-ci, ou bien encore aux observateurs de bénéficier d'informations sur l'EIT. Pour savoir plus. Nathalie Boyer - boyer@oree.org

Le Partenariat français pour l’eau lance une campagne #HLPF4Water

Le Partenariat Français pour l'Eau, la plateforme de référence des acteurs français de l'eau à l'international, a publié un livret intitulé « Agir pour l'eau dans les Objectifs de développement durable ». Il s'agit d'un guide pratique à l'adresse d'un large public explicitant les cibles Eau de l'Agenda 2030 et présentant des solutions des acteurs français de l'eau pour l'atteinte de ces cibles. Par ailleurs, le PFE est aussi à l'initiative d'une campagne collective #HLPF4Water, donnant des outils pour que la communauté internationale puisse partager des messages clés lors du Forum politique de haut niveau (9 au 18 juillet). Elle se décline en un kit chiffres clés #HLPF4Water, disponible en anglais et en français. Le kit inclut 13 courtes vidéos (30 secondes) sur une diversité de sujets liés à l'eau (assainissement, pollution, villes, énergie, biodiversité, etc.) appelant à la mobilisation au HLPF. La campagne se déroulera sur twitter du 2 au 18 juillet, date de fin du HLPF. Plus d'informations sur la campagne et instructions pour y participer ici : www.HLPF4water.com. Retrouvez le guide ici. Clara Minjoulat-Rey - clara.minjoulat-rey@partenariat-francais-eau.fr

La CPU et la CGE publient un guide sur les ODD dans les métiers de l’ESR

Les campus s’ouvrent sur les territoires, ce sont, ou ils doivent être, des lieux exemplaires d’innovation et d’expérimentation des besoins présents et futurs. Il revient également à l’enseignement supérieur et la recherche la mise en œuvre de formations spécifiques à visée écologique, l’évolution du contenu de nombreuses formations et le positionnement stratégique attendu des enseignants-chercheurs, mais aussi de l’ensemble des acteurs de la communauté de nos établissements. Les enseignants chercheurs représentent un levier majeur de la transition vers une société durable. Responsables de la formation de plus de 2,5 millions d’étudiants, ces acteurs de l’ESR ont une forte responsabilité quant au changement de la société par une éducation adaptée au monde de demain, nécessairement plus durable. Toutes ces dimensions se reflètent dans le guide réalisé par la Conférence des présidents d’Université-CPU, la Conférence des Grandes Ecoles-CGE et B&L évolution sur les Objectifs de développement durable dans les métiers de l’ESR : comment associer davantage l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche aux politiques de DD&RS ? Comment assurer la montée en compétences et les synergies entre toutes les fonctions des universités et écoles dans ce domaine ? Il y a plus d’un an, la CPU et la CGE ont souhaité prendre appui sur les 17 Objectifs de développement durable pour élaborer un outil qui reste unique à ce jour. Lire le guide. Céline Leroy – celine.leroy@cpu.fr

Fondation UVED : ne manquez pas le MOOC « Objectifs de développement durable - Ensemble, relevons le défi ! »

Initié et coordonné par la Fondation UVED, le MOOC Objectifs de développement durable débutera le 3 septembre 2018 sur la plateforme FUN. En septembre 2015, les 193 États membres des Nations-Unies ont adopté 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) à atteindre d'ici à 2030. Ils se sont ainsi engagés à améliorer de manière significative les situations climatiques, environnementales, sociales et économiques aujourd'hui rencontrées à travers le monde. Composé de 4 semaines, ce cours gratuit et ouvert à tous a pour ambition de vous informer, de vous sensibiliser, de vous donner envie de vous mobiliser autour de ces ODD ou, si vous l'êtes déjà, de vous encourager à vous impliquer, ou à aller plus loin dans vos engagements, dans vos réalisations, dans vos démarches. Le MOOC « ODD » mobilise une équipe de 33 experts nationaux et internationaux, du Nord comme du Sud, issus du monde académique comme du monde non-académique. Le Comité 21, avec Bettina Laville, présidente, coordonne la semaine 4 « Les acteurs s'emparent des ODD », contribution des acteurs non-étatiques et forces mobilisatrices pour l'atteinte des ODD. Regarder le teaser et Pour en savoir plus. Vincent Sennes - vincent.sennes@fondation-uved.fr

Le Comité 21 en action
AU NATIONAL
Du nouveau dans les instances statutaires du Comité 21 !

L'Assemblée générale 2O18 du Comité 21 a eu lieu le 25 juin au Muséum nationale d'histoire naturelle avec la participation d'une soixantaine d'adhérents. Comme chaque année, un tiers des administrateurs était sortant.
Ont été réélus : SNCF, Ville d'Enghien les Bains, AFITE, Green Cross France et Territoires, Institut Mines-Telecom Business School
Nous ont rejoint : SANOFI et ISIGE Ecole des Mines de Paris
Suite à Conseil d'administration du 21 juin dernier, nous souhaitons la bienvenue à 5 nouveaux adhérents :
Collège Entreprises : Astikoto Développement et Nam'R
Collège Collectivités territoriales : Mairie de Dugny et Pôle Emploi
Collège d'Etablissements d'Enseignement, de formation et de recherche : Université d'Angers.
Rapport d'activité 2017 - Synthèse du programme d'activité 2018. Claire Sehier - sehier@comite21.org

Appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français, le rapport 2018 vient de paraître !

Après un 1er rapport sur l'Appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français en 2017, plus de 80 organisations ont contribué à la seconde édition du rapport, coordonnée par le Comité 21 et 18 copilotes. Trois ans après l'adoption de l'Agenda 2030 et deux ans avant la première grande évaluation de l'ONU en 2020, ce rapport dresse l'état des lieux du niveau de connaissance et d'utilisation des ODD par les organisations françaises, que ce soit dans leurs actions en France ou à l'international. Deux analyses complémentaires se succèdent : une première partie propose une étude transversale, acteur par acteur, et une deuxième partie se concentre sur les six ODD passés en revue, cette année, par l'ONU lors du Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) qui se tiendra à New-York du 9 au 18 juillet prochain. Ce rapport constitue donc une contribution au FPHN 2018 et sera annexé au point d'étape officiel que la France remettra à l'ONU en juillet. Fruit de la collaboration d'une large partie de la société civile, il se veut également une contribution à l'élaboration de la feuille de route nationale 2019-2030 pour la mise en oeuvre de l'Agenda 2030 en France. Cette seconde édition a été officiellement lancée, le 2 juillet au matin, au Ministère de la Transition écologique et solidaire en présence des copilotes et contributeurs.
A découvrir. Voir le débat de lancement. Lire le communiqué. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

Réaction du Comité 21 au projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises !

Le Comité 21 se félicite de nombreuses dispositions du projet dit « PACTE », présenté hier en Conseil des Ministres, en particulier celles portant sur la simplification des démarches administratives concernant la création d'entreprises, l'amélioration des dispositions de la loi de 2014 relative à l'économie sociale et solidaire par la collecte d'épargne solidaire dans le champ de la transition écologique et de la cohésion territoriale, l'amélioration du dispositif des brevets, le renforcement des dispositifs d'épargne salariale, d'intéressement et de participation, le renforcement de l'actionnariat salarié dans les entreprises publiques et privées, en règle générale toutes les opportunités offertes pour les PME. Lire le communiqué. Christine Delhaye - delhaye@comite21.org

Save the date : une nouvelle étape du Tour de France des ODD vous attend en Grand-Est !

Le 20 septembre prochain, le Tour de France des ODD s'arrêtera en Grand-Est, dans trois villes : Épernay, Metz et Strasbourg. Chaque lieu proposera aux participants de découvrir l'Agenda 2030 et les 17 ODD au prisme des initiatives et des engagements pris par les acteurs locaux et régionaux en faveur du développement durable. Cette étape sera également très colorée par les enjeux de participation du public, et des ateliers méthodologiques permettront de croiser ODD et participation. Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org

Le Comité 21, acteur du débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie

Le Comité 21 a participé à sa manière au débat public sur la programmation pluriannuelle de l'énergie. Nous avons été d'abord sollicités au niveau national pour coorganiser un atelier préparatoire, le 17 janvier 2018, qui a servi à recueillir des avis de nombreuses parties prenantes sur les modalités et les enjeux du débat public. Sa présidente, Bettina Laville, a également fait partie tout au long du déroulement du débat d'un comité intitulé le Comité des données destiné à réagir, auprès de Jacques Archimbaud, président de la Commission particulière de ce débat public, aux réponses fournies par l'administration aux questions posées par le public, afin de les adapter le mieux possible aux multiples interrogations. Le 30 juin, la Commission nationale du débat public-CNDP a rendu compte du résultat du débat avec une parfaite transparence. Regrettant la modicité des moyens mis en place par l'administration pour un débat pourtant essentiel pour l'avenir, Jacques Archimbaud a regretté que n'ont pas été versés d'emblée dans le débat des éléments décisifs au bon exercice de la démocratie à savoir : les plans gouvernementaux concernant l'habitat, l'hydrogène, l'économie circulaire, et les décisions afférentes à la méthanisation, au photovoltaïque ou au prix de rachat pour l'éolien en mer. Il a aussi regretté que seuls deux scénarios de RTE aient été proposés au public focalisant de ce fait la discussion sur le « Pour ou contre l'abaissement de la part de nucléaire dans le mix électrique ». Les conclusions complètes sur le débat seront livrées début septembre mais d'ores et déjà, on peut souligner le sentiment majoritaire du public d'absence de lisibilité sur les grandes directions des politiques publiques dans ce domaine, le sentiment de défaut d'égalité social par rapport à l'effort à fournir pour la transition énergétique, le scepticisme par rapport à la création d'emplois proposée par les énergies renouvelables.

Finalement, c'est l'efficacité elle-même de la loi de la transition énergétique pour la croissance verte qui est interrogée par le public sans pour autant mettre en cause ces grands principes. Parallèlement, se fait jour une grande maturité des citoyens eu égard aux contradictions possibles entre l'augmentation des énergies renouvelables et la diminution du nucléaire, tout en gardant un prix abordable. La revendication d'un mix équilibré a été qualifiée par Jacques Archimbaud de « sagesse énergétique ». Finalement, c'est une immense demande de transparence énergétique qui s'exprime dans les propos des citoyens, un attachement à l'objectif de 50% de nucléaire (avec une compréhension du report de la date) et une revendication de l'adaptation aux contraintes locales.

Le ministre Nicolas Hulot a revendiqué le report de la part du nucléaire à 50% du mix, considérant qu'il avait un devoir de vérité par rapport aux citoyens, et insisté sur l'importance qu'il attachait aux différents plans d'énergies alternatives qu'il a mis en place.

Le Comité 21 considère que le débat en lui-même a été riche et le plus démocratique possible mais qu'eu égard aux enjeux, la participation de près de 20 000 personnes est bien insuffisante... Il lui semble que le lien entre la lutte contre le réchauffement climatique et la programmation de l'énergie dans les 10 ans à venir n'a pas été assez mis en lumière. Si le lien n'est pas plus « conscientisé », l'angoisse pourrait prévaloir sur l'action. C'est pour cela qu'au-delà du débat public, c'est une grande mobilisation nationale qui doit être engagée à la fois par les pouvoirs publics et les parties prenantes. Pour en savoir plus. Betina Laville - bettina.laville@comite21.org

Le Comité 21 partenaire de l’étude «L’entreprise engagée : nouvelle frontière de la RSE et du mécénat», réalisée par la Fondation de France

A l'heure où le rôle sociétal de l'entreprise est vivement débattu dans le cadre du projet de loi PACTE, la Fondation de France publie, en partenariat avec Admical et le Comité 21, une étude sur l'évolution des pratiques d'engagement des entreprises, et l'articulation entre les activités de responsabilité sociale des entreprises (RSE) et de mécénat. Subissant une pression croissante en matière de responsabilité de la part de l'ensemble de ses parties prenantes, des consommateurs aux collaborateurs et du législateur aux actionnaires eux-mêmes, l'entreprise réagit de façon pragmatique : elle transforme une injonction sociale en opportunité commerciale, à travers une RSE de plus en plus englobante et stratégique. Dans ce contexte, quel est le rôle du mécénat, engagement volontaire et désintéressé ? En quoi la prise en charge de l'intérêt général, qui lui revient, induit-elle des contraintes spécifiques, et produit-elle aussi un potentiel de transformation inédit, tant pour la société que pour l'entreprise ? De quelle manière peut-on articuler les activités RSE et mécénat au sein d'une stratégie d'engagement rigoureuse et ambitieuse ? C'est à ces questions que cette étude apporte des réponses, fondées sur une enquête quantitative en ligne auprès d'entreprises, et d'entretiens auprès d'experts de ces sujets. Découvrez l'étude. Claire Videau- videau@comite21.org et Laurence Denervaux - Laurence.Denervaux@fdf.org

Participation du Comité 21 aux travaux « RSE et environnement » de la plateforme RSE

Les travaux du Groupe de travail « RSE et environnement » se sont poursuivis tout au long des mois de mai et juin et donneront lieu à un rapport dont la publication est prévue pour l'été 2018. Après deux ans de travaux, le GT RSE et Environnement présentera son rapport, pour lequel le Comité 21 a contribué, aux membres du Bureau le 21 juin 2018. Ce GT avait pour objectif de faire un état des lieux sur la place occupée par l'environnement dans les démarches RSE et de proposer des recommandations à partir des axes de travails retenus : l'économie circulaire, la prise en compte de l'environnement dans la gouvernance d'entreprise et enfin la responsabilité environnementale dans ses dimensions de prévention et de réparation du préjudice écologique dans l'entreprise et au sein de sa chaine de valeur. Claire Videau - videau@comite21.org

Le Comité 21 aux Trophées Responsible Care®

Responsible Care® est une charte volontaire internationale RSE du secteur de la chimie, adoptée par les grands groupes du secteur. Cependant, le secteur de la chimie est composé à 94% de PME qui, faute de temps et de ressources, sont moins engagées dans cette démarche. Dans le cadre de la Cérémonie de remise des Trophées Responsible Care®, l'Union des Industries Chimiques (UIC) organisait une table ronde, à laquelle le Comité 21 participait, pour illustrer concrètement les bénéfices d'une démarche RSE et comment la mettre en oeuvre. Par ailleurs, afin de rendre le guide de la charte Responsible Care® plus accessible et facile à appliquer, il a récemment été révisé dans le cadre d'un travail collaboratif entre l'UIC et les parties prenantes, dont le Comité 21. Pour en savoir plus. Claire Videau - videau@comite21.org

La présidente du Comité 21 au 1er séminaire international des managers d'avenir

Cette interview a été réalisée à l'occasion de l'intervention de Bettina Laville, présidente du Comité 21, lors du 1er séminaire des managers durables d'avenir en Afrique. Cet évènement était organisé à Casablanca du 8 au 12 mai 2018 par l'Académie Durable Internationale (Patrick D'Humières) avec Des Enjeux et des Hommes (Agnès Rambaud), RSO au Maroc (Aziz DERJ), RSE Sénégal (Philippe BARRY et Amath BA), RSO Côte d'Ivoire (Franck EBA), le soutien de VEOLIA et de l'Ecole Centrale. L'Académie Durable Internationale est une réunion de pôles de forma6on exécutive au développement durable (DD) et à la Responsabilité Sociétale de l'Entreprise (RSE) destinée aux cadres d'entreprises privées et publics pour qu'ils améliorent leur capacité d'intégration des Objectifs de Développement Durable (ODD) dans la stratégie des entreprises, au sein de la zone euro-africaine et plus largement dans le cadre de la mondialisation des groupes dans les pays émergents. Lire l'interview - Pour en savoir plus

AU GRAND OUEST
6 et 7 septembre : 1ère Université d’été du Comité 21 Grand Ouest « Coopérer pour réussir les transitions »

Le Comité 21 Grand Ouest organise la première édition de son université d'été les 6 et 7 juillet, à Saint-Hilaire-de-Riez. Dans une ambiance décontractée, ce temps fort offre au réseau du Comité 21 Grand Ouest l'occasion de se retrouver. Temps d'inspiration et de découverte, témoignages, partages d'expériences, ateliers, activités détente... L'Université offre un cadre idéal pour faire le plein d'énergie et progresser ensemble sur le développement durable. La thématique sera celle de la coopération au service des transitions économiques, sociales et environnementales. N'hésitez pas à y participer ! Programme et Inscription - Léa Durieux - durieux@comite21.org

Candidatez à La Bulle, le dispositif de recherche-action du Comité 21 Grand Ouest sur l'acceptabilité sociale des projets de transition écologique

Si la transition écologique dispose d'une image positive auprès de l'opinion publique, un nombre croissant de projets font aujourd'hui l'objet de réticences, voire d'une opposition structurée. Comment vulgariser et faciliter la compréhension des projets sur la transition écologique ? Comment instaurer un dialogue éclairé avec les parties intéressées ? Comment passer de l'opposition à l'adhésion, et enrichir le projet avec la pluralité des « points de vue » ? Pour répondre à ces questions, le Comité 21 Grand Ouest animera sur deux années un dispositif de recherche-action collaboratif intitulé « La Bulle ». Cette démarche propose d'alterner des temps d'échanges collectifs, dans un espace innovant et inspirant, et des temps où chacun se retrouve seul, dans son propre environnement, pour expérimenter et tirer profit de ce qui aura été vécu et décidé lors des séances collectives. Les temps collectifs sont imaginés de manière à créer le mouvement, progressivement, réunion après réunion. Ce dispositif est limité à 15 personnes, aux profils variés (élus, techniciens, chefs d'entreprises, citoyens, experts). Candidatures : remplir ce formulaire. Antoine Charlot - charlot@comite21.org

A L’INTERNATIONAL
Lancement du programme «Adaptation aux changements climatiques», le 20 septembre

Fort de ses travaux antérieurs sur le climat et sa participation active aux Conférences des parties (COP), le Comité 21 fait l'analyse que même si les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat arrivaient à être respectés - ce qui est loin d'être probable-, nos sociétés, nos territoires et nos organisations devront nécessairement faire face aux conséquences du réchauffement climatique. L'ampleur du défi à relever varie en fonction du scénario de réchauffement envisagé. Le Comité 21 lancer à Paris le 20 septembre (après-midi) prochain un tout nouveau programme pour accompagner ses adhérents au décryptage des enjeux à venir et anticiper les mutations à opérer. Afin de construire ce programme au plus près des besoins des collectivités territoriales, des entreprises, des associations, établissements d'enseignement supérieur et des acteurs de la recherche, le Comité 21 a organisé le 27 juin une réunion de préfiguration de ce programme pour recueillir les enjeux et les attentes. Le programme reposera sur 4 volets complémentaires : Comprendre : le livre « S'adapter aux changements climatiques : une question de sociétés » propose une série d'articles pluridisciplinaires de scientifiques et des points de vue de professionnels sur les traductions concrètes de l'adaptation. Poser les définitions, revenir sur l'histoire du concept, décliner les outils, identifier les freins, et les innovations nécessaires : cet ouvrage de vulgarisation donne les clés pour saisir l'étendu du champ de l'adaptation. Construire son réseau et échanger au niveau national : en tant que participant ou partenaire, assister aux Universités d'été de l'adaptation, organisées tous les ans, notamment par Hervé Le Treut, climatologue et spécialiste des simulations numériques du climat, pour parfaire sa culture de l'adaptation, rencontrer des experts, homologues et échanger et valoriser ses pratiques. Le Comité 21 sera partenaire de l'édition 2018 et co-organisateur de l'édition 2019. A ce titre il proposera un accès privilégié aux adhérents suivant le programme « Adaptation ». Décrypter les débats internationaux : appréhender les discussions internationales en matière d'adaptation au sein de la CCNUCC (Convention cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques) donne des clés pour anticiper les enjeux pour son territoire ou son organisation. Le Comité 21 fournit deux notes par an sur l'évolution des négociations internationales sur le dossier de l'adaptation : financements, mécanismes d'appui... Appui-conseil : le groupe de travail et d'accompagnement collectif propose 2 à 3 réunions annuelles pour les adhérents du Comité 21 qui souhaiteront être appuyés dans la définition et la mise en oeuvre de leur stratégie en matière d'adaptation : présentation et décryptage des obligations réglementaires, échanges de bonnes pratiques entre pairs et entre différents acteurs... Les adhérents du Comité 21 qui souhaitent suivre le programme à partir de septembre 2018 sont invités à se rapprocher de Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

Le Comité 21 à la conférence internationale « SDGs, Climate and the Future of Europe » à Milan le 31 mai

Le 31 mai, représentants d’institutions européennes, d’Etats membres de l’union européenne et d’acteurs non étatiques (entreprises, collectivités territoriales, associations, ONG et réseaux) se sont retrouvés à Milan à l’occasion d’une conférence internationale « SDGs, Climate and the Future of Europe » (ODD, Climat et Futur de l’Europe). Organisée par l’Alliance Italienne pour le Développement Durable (Asvis), en lien avec Europe Ambition 2030 (dont le Comité 21 est membre), cette conférence a pour objectif de déterminer les contours d’un "partenariat renforcé" entre les Etats membres de l’Union européenne, les Etats et la société civile pour faire de l’Europe, un leader de la mise en œuvre collective de l’Agenda 2030. Ce partenariat pourrait être lancé en avril 2019 à Bucarest à l’occasion de la passation à la Roumanie de la présidence de l’Union européenne. Dans le cadre de la semaine européenne du développement durable et du festival italien des ODD, cet événement se propose d’élaborer un nouveau narratif pour l’Europe pour la rendre plus proche de ces citoyens par l’atteinte des ODD. Au moment où la montée en puissance de l’euroscepticisme et les tentations d’isolationnisme gagne du terrain, il est urgent de montrer qu’une autre voie est possible, celle de la coopération au service de la construction d’un avenir meilleur, soucieux de l’environnement et du bienêtre des individus. Affronter les défis qui pèsent sur le monde de demain impose de construire un nouveau contrat social, amorcé par l’Agenda 2030 et de l’Accord de Paris pour le climat, qu’il conviendra de déterminer et de faire vivre collectivement, par toutes les forces vives de la société. Les alliances, les partenariats, le « faire-ensemble » sont essentiels pour innover et prendre le virage qui allie environnement, économie, social, digital, finance et éthique tant au niveau étatique qu’avec la société civile. Selon le dernier rapport Eurostat, les Etats membres de l’Union européenne pêchaient encore en termes d’égalité des genres (ODD 5), travail décent (ODD8), élimination de la pauvreté (ODD 1), l’alimentation (ODD2) et en dernière position, inégalités réduites (ODD 10). Les discussions menées alimenteront le document de réflexion de la Commission Européenne, actuellement en cours d’élaboration sur les grandes orientations à venir du développement durable. Bettina Laville, Présidente du Comité 21, est intervenue à la table ronde finale. Lire le communiqué. Sarah Schönfeld – schonfeld@comite21.org

Le Comité 21 partenaire
 
Collectivités et Etablissements publics locaux, derniers jours pour participer au Prix Energies Citoyennes !

Les Prix Energies citoyennes ont été créés en 2009 pour récompenser les stratégies énergétiques innovantes des collectivités territoriales (communes, communautés de communes, syndicats, départements, régions), et des établissements publics locaux... Vous avez certainement mis en place des actions exemplaires au coeur de votre territoire. Faites connaître votre engagement et la volonté qui vous anime pour assurer la transition énergétique, en participant à cette édition. Vos actions locales seront promues et valorisées sur notre écosystème digital et dans la presse locale et nationale. Les dossiers de candidature sont examinés par un jury, composé d'associations d'élus, et d'experts du développement durable, présidé cette année par Bettina Laville, Présidente et fondatrice du Comité 21. Date limite de remise des dossiers : 6 juillet. Voir la vidéo de présentation. Pour candidater. Retrouvez l'interview de la présidente du Prix Energies citoyennes 2018, Bettina Laville

Retrouvez la 5ème édition des Trophées des campus responsables

Campus Responsables, créé en 2006 par Elisabeth Laville, fondatrice du cabinet de conseil en DD Utopies®, lance la 5ème édition des Trophées des campus responsables. Ce prix récompense les meilleures pratiques de développement dans les établissements d'enseignement supérieur et constitue le volet francophone des Green Gown Awards qui existent depuis 2004 au Royaume-Uni, 2009 en Australie et Nouvelle-Zélande et 2014 en France. Des nouveautés seront au rendez-vous pour cette nouvelle édition dont ; un dossier de candidature simplifié, une révision des différentes catégories ainsi que plus d'interactivité avec les candidats. Pour participer, envoyez vos candidatures jusqu'au 30 septembre 2018. Le Comité 21 est partenaire du programme depuis sa création. Pour en savoir plus

3 questions à ...
Brune Poirson, Secrétaire d'État auprès du ministre d'État, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire

La France doit être au rendez-vous des 17 défis lancés par l'Agenda 2030. Comment le gouvernement français s'y prépare ?

L'Agenda 2030 porte l'ambition de transformer notre monde en profondeur. Cela suppose l'accélération mais aussi la réorientation de certaines trajectoires. L'Accord de Paris sur le climat est une première pierre de cette nécessaire transformation. Mais le gouvernement ne parviendra à rien seul, l'ensemble de la société doit se mobiliser et en parallèle nous devons impulser, coordonner, valoriser et suivre cet engagement. En sommes, nous devons penser de façon plus transversale notre action, car l'objectif, désormais, c'est de changer d'échelle. Les conclusions du Comité interministériel à la coopération internationale et au développement (CICID), présidé par le Premier ministre le 8 février dernier, vont dans ce sens. Et l'élaboration d'une feuille de route pour la mise en oeuvre des ODD par la France en découle. Celle-ci, coordonnée par la Déléguée interministérielle au développement durable, sera finalisée à l'été 2019. Le travail qui nous attend est enthousiasmant : nous allons définir collectivement quelle France nous voulons à l'horizon 2030 et les moyens que nous nous donnons pour y parvenir.

La société civile et les acteurs non étatiques doivent eux-aussi se mettre en ordre de marche pour participer à la réalisation des ODD. Comment les inciter à adopter ces « nouvelles lunettes » pour le développement durable ?

Je le disais, c'est ensemble que nous parviendrons à mettre en oeuvre l'Agenda 2030. Dans cet esprit, nous avons veillé à associer les acteurs de la société civile à la sélection d'indicateurs de suivi et l'élaboration des rapports annuels de mise en oeuvre des ODD. C'est également dans cette perspective que nous envisageons la réalisation de la feuille de route, qui doit impérativement s'ancrer dans la réalité. A chaque étape, la communauté des ODD répond présente, et je tiens à saluer sa mobilisation. Mais au- delà de cette dynamique collective, chaque acteur, chaque citoyen, doit se saisir des objectifs, à la fois pour évaluer sa contribution à leur mise en oeuvre mais aussi pour repenser son action et ses missions. Il est essentiel de montrer que l'Agenda 2030 est un langage universel ainsi qu'un cadre de référence pour l'ensemble des acteurs. Car c'est bien son caractère systémique qui nous permet de dépasser le triptyque économie-environnement-social habituellement mobilisé quand on parle de développement durable.

S'approprier les ODD nécessite au préalable de les connaitre ! Y-a-t-il en préparation une stratégie de communication, de sensibilisation et d'éducation aux ODD pour tous ?

Le 18 juin dernier à J-30 du Forum politique de haut niveau sur les Objectifs de développement durable, j'ai lancé, un site d'information et de sensibilisation www.agenda-2030.fr sur la mise en oeuvre de « l'Agenda 2030 ». Le Plan climat, la stratégie nationale biodiversité, la feuille de route pour l'économie circulaire ou les Assises de l'eau y sont présentés et témoignent de l'engagement en actes de la France. Il est aux couleurs des ODD et met en avant la signature Pour une planète solidaire qui a vocation à fédérer et à mobiliser l'ensemble des acteurs. Je souhaite qu'elle soit un marqueur de notre action collective, car pour réussir le défi d'une planète solidaire, nous avons besoin de chacun. Ce même jour, je me suis entretenue en direct, de Grèce avec le navigateur Victorien Erussard, premier ambassadeur des ODD et capitaine du premier navire hydrogène, Energy Observer (EO). Portant le fanion des ODD, EO va à la rencontre d'acteurs et de projets qui innovent pour une planète solidaire.

www.agenda-2030.fr

Pour en savoir plus
Rapport annuel 2018 sur les ODD de l’ONU

L'ONU a publié le 20 juin 2018 un rapport annuel faisant le bilan des Objectifs de développement durable. Il évalue les progrès accomplis vers la réalisation des 17 objectifs de développement durable d'ici 2030, et se concentre tout particulièrement sur les six objectifs à l'honneur cette année (ODD 6,7,11,12,15,17). Selon le rapport, les conflits et le changement climatique sont les principaux freins de l'accomplissement de ces objectifs. En effet, les conflits sont désormais l'un des principaux moteurs de l'insécurité alimentaire dans 18 pays et en 2017, le monde a connu la saison des ouragans la plus coûteuse dans l'Atlantique Nord, entraînant des pertes économiques mondiales de plus de 300 milliards de dollars. Néanmoins il a été constaté que plus de gens mènent une vie meilleure qu'il y a dix ans", avec un nombre en déclin de travailleurs dans le monde faisant vivre leur famille avec moins de 1,90 dollar par personne et par jour, ainsi qu'une diminution du taux de mortalité des enfants âgés de moins de cinq ans. 20 juin - Pour en savoir plus

Rapport 2018 CNUCED : « sur la technologie et l’innovation : les technologies de pointe au service du développement durable »

Selon le Rapport 2018 sur la technologie et l'innovation : les technologies de pointe au service du développement durable, lancé par la CNUCED- Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, les technologies de pointes pourraient contribuer à atteindre les Objectifs de développement durable et trouver des solutions aux problèmes économiques, sociaux et environnementaux. Ce rapport démontre de quelle manière les technologies de pointes peuvent améliorer les conditions de vie dans les pays en développement. La CNUCES y recommande une action internationale concertée pour développer les compétences technologiques et soutenir toutes les formes d'innovation dans les pays en développement. Les pays les moins avancés, en particulier, devraient bénéficier d'un appui international lorsqu'ils cherchent à renforcer leurs capacités et à créer un environnement qui permettra de tirer parti des technologies de pointe. Cependant, la CNUCED relève aussi dans son rapport que la diffusion des nouvelles technologies est si rapide que la société − et les décideurs − pourraient bien être incapables de s'adapter aux changements radicaux qui l'accompagnent. De plus, les technologies de pointe peuvent aggraver les déséquilibres économiques, sociaux et technologiques existants, et creuser les inégalités. 15 mai 2018 - 134 pages. A lire

Découvrez le nouveau site internet « Agenda 2030 »

A un mois du Forum politique de haut niveau, Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, vient de lancer le site internet « Agenda 2030 ». Ce site a pour but de faire connaître l'Agenda 2030 auprès des citoyens et des acteurs de la société, mais aussi de valoriser des projets, événements de sensibilisation et initiatives locales. Ainsi, les démarches les plus inspirantes pourront servir de modèles aux entreprises, élus ou associations dans le désir de s'approprier les Objectifs de développement durable. Par ailleurs, le Ministère a accompagné le lancement du site par la création d'une identité visuelle et d'une signature qui a pour objectif de mobiliser tous les citoyens. Cette communication est lancée à un mois du Forum politique de haut niveau consacré aux Objectifs de développement durable sur l'eau propre et l'assainissement (ODD 6), l'énergie propre et d'un coût abordable (ODD 7), les villes et communautés durables (ODD 11), la consommation et la production responsables (ODD 12), la biodiversité terrestre (ODD 15) et les partenariats (ODD 17). Rendez-vous sur www.agenda-2030.fr !

Lauréats de l’appel à projet « Les ODD & nous »

Dans le cadre du projet européen « Construire une Europe durable pour toutes et tous », 4D et WECF ont lancé en avril dernier un appel à projet pour les organisations menant des projets autour des Objectifs de développement durable (ODD), et tout particulièrement autour de l’objectif n°10 «inégalités réduites ». Après une étude rigoureuse sur les nombreuses candidatures reçues, quatre projets ont été selectionnés pour recevoir un soutien financier de 1000 euros : la rédaction d’un guide d’écocitoyenneté pour l’association étudiante Luniversel basée à Nanterre; le projet « sur la route des ODD » pour le RADSI (réseau de 65 organisations locales basé à Pessac en Nouvelle-Aquitaine) ; une campagne de sensibilisation à destination des jeunes pour le réemploi de leurs vêtements du côté de l’association étudiante Collectif Démarqué, et enfin, l’ADESAF, association de solidarité internationale basée à Ivry-sur-Seine, avec le projet «Graine de solidarité » qui consiste à utiliser les indicateurs des ODD pour réaliser un diagnostic territorial. Pour en savoir plus

9-18 juillet à New York : Forum Politique Haut Niveau 2018

Le Forum Politique de Haut Niveau se tiendra à New-York du 9 au 18 juillet 2018 avec le thème « La transformation vers des sociétés durables et résilientes». Six ODD sélectionnés (eau, énergies propres, villes et communautés durables, consommation et production responsables, biodiversité) seront passés en revue. 48 États se sont portés volontaires à une revue nationale dont la France. A cette occasion, elle présentera un bilan d'étape consacré à la revue des politiques publiques dédiées aux Objectifs de développement durable. Afin de répondre à ce rendez-vous, la France a mis en place plusieurs initiatives et groupes de travail en associant le plus de parties prenantes pour préparer le point d'étape de la France à ce FPHN : des consultations avec le CNDSI (Comité National de solidarité internationale et le CNTE (Conseil national transition énergétique). Le rapport Appropriation des ODD par les acteurs non étatiques coordonné par le Comité 21 et 18 copilotes sera annexé à ce point d'étape officiel de la France et présenté le 18 juillet. Pour en savoir plus

Assistez à la 2ème Ecole d’été des Objectifs de développement durable

Pour répondre aux défis adoptés par l'Assemblée générale des Nations Unis, le 25 septembre 2015 : éradiquer la pauvreté, protéger la planète et faire en sorte que tous les êtres humains vivent dans la paix et la prospérité, Aix-Marseille Université et l'Institut de recherche pour le développement-IRD co-organisent une seconde édition de l'école d'été des Objectifs de développement durable. L'événement aura lieu du 2 au 7 juillet à Marseille et accueillera 180 auditeurs de toute la France, et se concentrera principale sur l'objectif n°13 relatif à la lutte contre les changements climatiques et ses liens avec les autres ODD. Pour en savoir plus

Les Débats du Comité 21
Un débat pour tout savoir sur «Anthropocène, IA et ODD», 25 juin

A l'occasion de son Assemblée générale, le 25 juin, au Muséum national d'histoire naturelle, le Comité 21 a organisé un débat sur un thème inédit «Anthropocène, intelligence artificielle et Objectif de développement durable». En effet, l'essor fulgurant du numérique et la montée en puissance de l'intelligence artificielle (IA) amènent à poser la question de leur impact positif ou négatif sur la mise en oeuvre de l'Agenda 2030. Si, comme le proposent un certain nombre de scientifiques, le concept d'« anthropocène » illustre bien une nouvelle ère géologique, forgée par les conséquences de l'action de l'Homme sur la Terre, l'IA, en tant qu'elle révolutionne pratiques et comportements, peut-elle contribuer à panser les plaies de la planète, et comment ? Faciliter et accélérer des solutions, en donnant des informations jamais rassemblées auparavant sur les émissions de CO2, la perte de biodiversité, etc. ? Et comment faire en sorte qu'elle n'aggrave pas en même temps la charge de l'activité humaine sur notre planète ? L'intelligence artificielle nous versera-t-elle définitivement dans l'anthropocène, dont la philosophe Catherine Larrère disait qu'elle devrait s'accompagner d'une « éthique globale », qui devrait « conjuguer respect de la nature et responsabilité vis-à-vis des conséquences de nos actions techniques, en sorte qu'en appliquant les règles de justice, cela se fasse aussi au profit de la nature ». Le débat réunissait, autour de Bettina Laville, Présidente du Comité 21, Denis Couvet, professeur au Museum national d'Histoire Naturelle et membre du Comité de prospective du Comité 21, et Louis Pétros, solutions designer de nam.R, nouvelle start-up spécialisée dans les relations entre IA et ODD, dont le Président-fondateur est Grégory Labrousse, avec qui le Comité 21 développe un nouveau partenariat. Même si le débat a été trop court au vu de l'étendue du sujet et des contraintes logistiques, et appelle à de nouvelles rencontres sur ce thème nouveau, on peut en retirer deux enseignements : les innovations technologiques ne suffiront pas à transformer le monde si elles ne sont pas accompagnées d'innovations sociales et d'engagement politique. Toutes les parties prenantes doivent s'emparer des ODD, sans le laisser aux seuls techniciens. En matière d'IA, c'est la question des usages qui doit en guider l'utilisation et en être la focale d'optimisation. La question récurrente de l'accélération et de la course contre la montre entre science et technologies et rythmes socio-politiques a également été abordée. Revoir le débat !

Retour sur le débat « La Chine : leader de l’application de l’Accord de Paris en Asie », 14 juin

Le 14 juin, le Comité 21 organisait un débat sur « La Chine : leader de l'application de l'Accord de Paris en Asie » avec Olivier Fontan, Sous-directeur à l'environnement et au climat au Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, Yuhui Xiong, Senior Manager de l'Equipe Chine du BIPE et Bettina Laville, Présidente du Comité 21. Depuis 2017, le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris a laissé une place vacante que le Chine entend bien occuper en s'imposant comme leader, aux côtés de l'Europe, de la concrétisation de l'Accord de Paris en Asie et dans le monde. Parmi les premiers émetteurs de gaz à effet de serre, la Chine a adopté un nouveau modèle économique, la « New Normal Economy », qui repose sur une croissance plus faible mais plus durable. Aujourd'hui, elle est un véritable laboratoire de la transition énergétique et écologique : bien que l'énergie produite par la Chine provienne encore aux deux-tiers de ressources fossiles, en particulier le charbon, l'intensité carbone du pays (rapport entre ses émissions de CO2 et sa production de richesse ; cet indicateur englobe l'ensemble des secteurs économiques du pays ainsi que l'intégralité des sources d'énergie) n'a cessé de décroitre depuis les années 90 avec un objectif cible 60 à 65% de réduction à l'horizon 2030 par rapport aux niveaux de 2005. Elle est également le plus grand investisseur dans le domaine des énergies renouvelables devant les Etats Unis et l'Union Européenne. De nombreux défis restent à relever pour le pays qui compte parmi les plus peuplés du monde, notamment la réduction de la part du charbon dans son mix énergétique - ce qui s'avère très difficile selon Yuhui Xiong- ou la motorisation progressive due à l'augmentation du parc roulant. Cette matinée était également l'occasion de faire le point sur le bilan des négociations internationales intermédiaires qui se sont déroulées à Bonn du 30 avril au 10 mai 2018 et qui doivent aboutir, lors de la COP 24 à Katowice, à un mode d'emploi de l'application de l'Accord de Paris. La Chine participe également activement aux négociations climatiques en insistant sur la nécessité de différenciation, c'est-à-dire la flexibilité d'engagement des Etats afin de répondre aux exigences de l'Accord de Paris. En 2023 aura lieu le premier dialogue de facilitation, appelé Dialogue de Talanoa, au cours duquel toutes les parties prenantes de la société devront aider les Etats à rehausser leur ambition climatique afin d'embrasser la courbe des 2°C de réchauffement climatique. Néanmoins, le dialogue avec la société civile ne fait pas partie de la culture chinoise, fait remarquer Olivier Fontan, et on attend beaucoup de la deuxième puissance mondiale car l'ambition climatique est un point essentiel du leadership climatique. Revoir le débat. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

Retour sur le débat « Parties-prenantes : vers un dialogue renouvelé ? » - 7 juin

Dans un contexte de législation transformative de l'entreprise (devoir de vigilance, projet de loi PACTE, etc.), le Comité 21 et Bpifrance organisaient le 7 juin le débat « Parties prenantes : vers un dialogue renouvelé ». Animé par Bettina Laville, présidente du Comité 21, ce débat a permis d'avoir un retour d'expérience sur la mise en oeuvre d'un comité parties prenantes grâce à l'intervention d'Agnès Gougeon-Chamayou, en charge de l'engagement des communautés de Sanofi dans la RSE, qui a détaillé la démarche du groupe. Julie Taldir, cheffe du pôle concertation et relations extérieures de SNCF Réseau, est revenue sur les débuts de leur mise en place d'un comité parties prenantes à l'échelon national. Anthony Ratier, Responsable droits humains et ODD au Global Compact, donnait lui un aperçu plus général de l'appropriation des nouveaux textes par les entreprises, que ce soit grandes entreprises ou TPE-ETI. Il expliquait notamment le manque de consultation avec les parties prenantes en aval des plans de vigilance ou encore le rejet de ce type de dialogue par une grande partie des organisations syndicales. Cet événement a été l'occasion de revenir sur le Rapport Notat-Sénard et sa recommandation d'inscrire la création de comité de parties prenantes dans le projet de loi PACTE. Enfin, le comité parties prenantes a été décrit comme une chambre d'écho, d'écoute, de challenge qui apporte un soutien et une vraie valeur ajoutée à l'entreprise. Voir ou revoir les vidéos : 1ère partie - 2ème partie

Rendez-vous du Comité 21
12 juillet : atelier « Tri des déchets & recyclage : des initiatives qui en jettent ! »

Le Comité 21 Grand Ouest organise un atelier-débat dédié au tri des déchets et au recyclage le 12 juillet, à La Ferrière en Vendée. Malgré les nombreux intérêts du recyclage (exploitation de richesses jusqu'ici ignorées, création de valeur ajoutée, d'emplois non-délocalisables), les taux de recyclage stagnent, et placent l'hexagone en queue de peloton des pays Européens. Le tri sélectif des déchets est pourtant régulièrement cité comme le premier geste écologique effectué par les citoyens. Comment favoriser, redynamiser et développer le tri sélectif ? Quels sont les freins et les leviers aux changements de comportements ? Quelles sont les modalités de tri et de collecte suite au décret 5 flux ? Comment viser le "zéro-déchet" ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées lors de cet atelier. Inscription - Mathilde Bres - bres@comité21.org

18 septembre : atelier « Transports : en route vers la mobilité durable ! »

Le Comité 21 Grand Ouest organise un atelier-débat dédié à la mobilité durable le 18 septembre, au Mans. Depuis près de 50 ans, l'ouest de la France doit faire face à une augmentation considérable de la circulation routière. Embouteillages, congestion urbaine, stress, accidents, pollution de l'air, émissions de gaz à effet de serre... l'une des grandes révolutions du 20ème siècle, la voiture, est aujourd'hui remise en cause par de nombreux acteurs en région. Il ne s'agit pas de la supprimer à tout prix, mais de proposer des alternatives, tant sur l'offre de transports que sur la motorisation des véhicules. Quelles sont les alternatives crédibles et efficaces à la voiture individuelle ? Comment encourager l'intermodalité ? Quels sont les freins (comportementaux, psychologiques, financiers...) à lever ? Comment accompagner le développement des motorisations « propres » aussi bien pour le transport de personnes que de marchandises ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées lors de cet atelier. Inscription - Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org

20 et 21 septembre : formation « La RSE pour les petites et moyennes entreprises : par où commencer ? »

Le Comité 21 Grand Ouest organise une formation dédiée à la responsabilité sociétale des petites et moyennes entreprises les 20 et 21 septembre à Nantes. La Responsabilité sociétale (RSE) n'est pas réservée aux grandes entreprises. Les TPE-PME ont tout à gagner à inscrire leur action dans cette dynamique porteuse, synonyme de compétitivité, d'innovation et de performance économique. Plusieurs études récentes montrent en effet que la RSE offre aux entreprises une opportunité de création de valeur. Les entreprises sont nombreuses à mener déjà des actions relevant de la RSE, cependant, un certain nombre de connaissances et de jalons sont structurants pour réussir sa démarche RSE, pour éviter les pièges et maintenir la dynamique dans la durée. Que vous soyez dirigeant ou salarié en charge de la RSE, cette formation se base sur une méthodologie simple et claire en huit étapes clés. Elle propose des outils concrets et accessibles, des témoignages régionaux, une pédagogie participative ainsi qu'un support de formation. Inscription et programme. Mathilde Bres - bres@comite21.org

Retour sur l’atelier « L'efficacité énergétique, comment sensibiliser les usagers ? » - 17 mai

Le 17 mai dernier, le Comité 21 Grand Ouest était à Angers pour un atelier-débat intitulé « Efficacité énergétique, comment sensibiliser les usagers ? ». Le matin, ses adhérents ont pu profiter d'une visite de la toute nouvelle chaufferie bois mise en place sur le campus universitaire. Il ont ensuite écouté les témoignages de l'Université d'Angers sur le Management de l'énergie (ISO 50 0001), de Lorient Agglomération et d'ALOEN sur l'usage des données de compteurs intelligents pour conduire des politiques énergétiques, cibler et accompagner les publics, un retour d'expérience d'Alisée sur les défis collectifs pour réduire les consommation d'énergies, une présentation de la CCI Maine et Loire sur le programme PEPS (Parcours des Entreprises à Energie Positive) et du CNAM sur son dispositif immersif et prospectif «Transition, la fabrique des futurs ». Toutes les présentations des intervenants sont accessibles dans l'espace Adhérents Grand Ouest. Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org

Agenda du Comité 21

4 juillet après-midi à Paris : réunion du Comité de prospective
4 juillet
à Paris : intervention du Comité 21 à l'ouverture du Forum annuel Cités Unies France « L'internationalisation des collectivités territoriales »
13 au 18 juillet
à New York : participation du Comité 21 à la délégation française au Forum politique de haut niveau
12 juillet
à La Ferrière en Vendée : atelier "Tri des déchets & recyclage : des initiatives qui en jettent ! " organisé par le Comité 21 Grand Ouest
17 juillet
à Lyon : rendez-vous avec l'agence d'urbanisme et la ville de Saint-Fons pour un échange autour du projet territorial ODD de la ville
6 et 7 septembre
à Saint-Hilaire-de-Riez : 1ère université d'été du Comité 21 Grand Ouest « Coopérer pour réussir les transitions »
18 septembre
au Mans : atelier "Transports : en route vers la mobilité durable ! organisé par le Comité 21 Grand Ouest
19 septembre
à Paris : Conseil d'administration du Comité 21
20 septembre
à Paris : lancement du programme « Adaptation aux changements climatiques »
20 et 21 septembre :
formation « La RSE pour les petites et moyennes entreprises : par où commencer ? » organisée par le Comité 21 Grand Ouest
27 septembre
: atelier « La Qualité de Vie au Travail : par où commencer ? » organisé par le Comité 21 Grand Ouest

Appel à contribution
Consultation citoyenne sur l’Europe et la protection de l’environnement

Depuis avril jusqu'à la fin octobre, les citoyens de 27 Etats membres de l'Union européenne (UE) sont invités à participer à des Consultations citoyennes sur l'Europe et la protection de l'environnement dans tous les pays membres et se déclinant sous la forme de débats en présentiel et d'une consultation en ligne. C'est l'occasion pour les citoyens de partager leurs idées et leurs avis sur le futur de l'UE, ainsi que sur les attentes des citoyens en matière de transition écologique et solidaire. En France, ces consultations feront l'objet d'une restitution publique au mois de novembre. Les premiers rendez-vous ont eu lieu le 9 juin, à Bordeaux, Dijon et Paris : « Votre Europe durable en 2030 », trois ateliers de citoyens dessinent des scénarios d'une Europe durable à l'horizon 2030, en s'appuyant sur les Objectifs de développement durable universels. Le 26 juin, à Paris s'est tenu également un débat suivi d'ateliers citoyens sur le thème « Comment retrouver la confiance dans la capacité de l‘Union européenne à protéger les citoyens et l'environnement des risques liés aux produits chimiques ? ». Pour en savoir plus

Les Prix entreprises et environnement : déposez vos candidatures jusqu’au 13 juillet !

Les Prix entreprises et environnement, concours national organisé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire ainsi que l'ADEME, récompensent les actions et projets exemplaires portés par les entreprises dans le domaine de l'environnement dans 5 catégories différentes :« Économie circulaire », « Lutte contre le changement climatique », « Meilleure déclaration de performance extra-financière, volet environnemental », « Biodiversité et entreprises », « Innovation dans les technologies et les modèles économiques ». Les lauréats bénéficient d'une large couverture médiatique (reportage vidéo, site internet, dossier de presse...) et d'une reconnaissance officielle de leur projet de la part du ministère et de l'ADEME. Les prix seront remis aux lauréats lors du salon Pollutec, qui se tiendra du 27 au 30 novembre 2018 à Lyon. La Bpifrance ainsi que la confédération des petites et moyennes entreprises accompagneront également cette édition 2018. Les formulaires de candidature et le règlement du concours sont disponibles sur le site du ministère.

A lire
Déclaration universelle des droits de l'humanité – 1ère édition 2018 sous la direction de Christian Huglo et Fabrice Picod, préface Corinne Lepage

La Déclaration universelle des droits de l'humanité qui repose sur l'énoncé de quatre grands principes : responsabilité, équité et solidarité ; dignité ; continuité de l'existence de l'humanité ; non-discrimination en raison de l'appartenance à une génération. Son objectif est de concilier, de façon pérenne, les droits de l'homme, la dignité humaine et le maintien des droits de l'environnement pour l'ensemble de la planète. Rédigée à l'initiative du président de la République française d'alors, François Hollande, par une équipe de juristes spécialisés, sous la conduite de Corinne Lepage, elle énonce de nouveaux droits et devoirs face à l'urgence climatique et à la relative impuissance des États à s'y consacrer. Dans cet ouvrage, la Déclaration universelle des droits de l'humanité est assortie de commentaires, article par article, rédigés par Jean-Christophe Barboto, Baptiste Bonnet, Laurence Burgorgue-Larsen, Hubert Delzangles, Nicolas de Sadeleer, Edouard Dubout, Émilie Gaillard, Julian Jernandez, Catherine Le Bris, Rafaëlle Maison, Maurice Meda, Agnès Michelot, Laurent Sermet, François-Guy Trébulle, Sébastien van Drooghenbroeck et Claire Vial. Pour en savoir plus. Commander - 140 pages - 60 euros - Avril 2018

L’Écologie radicale expliquée à ma belle-mère de Aurélien Dupouey-Delezay

La crise écologique est l'un des principaux enjeux de notre époque. Convaincu que seule l'écologie radicale offre des moyens de se préparer au choc à venir, l'auteur, Aurélien Dupouey-Delezay, s'emploie à la définir au travers d'un dialogue familial. En prônant une véritable réconciliation avec la nature et une philosophie basée sur le respect de toutes les formes de vie, y compris non-humaine, il démontre que cette démarche ne vise pas seulement un bouleversement de notre organisation politique et sociale, mais conduit irrémédiablement à un renouvellement complet de nos mentalités. Commander. Editions du Panthéon - 176 pages - 14,90 euros - Juin 2018

Le Magasine n°20 « Nos poubelles débordent » vient de sortir !

Les Français produisent chacun en moyenne 590 kg de déchets par an, soit deux fois plus qu'il y a 40 ans. Que deviennent ces déchets une fois qu'ils sont récoltés ? Peu d'entre nous le savent, tant les techniques de stockage, incinération et recyclage semblent complexes, et parfois opaques. Pourtant, s'intéresser au devenir de nos déchets et un bon moyen de comprendre la nécessité de réduire leur quantité. UP le mag tente de remonter les filières et d'y voir plus clair. Le Comité 21 est partenaire de UP le mag. Pour en savoir plus. 5 euros

Eco-dates

2-7/07 à Marseille : 2ème école d'été des Objectifs de développement durable - Aix Marseille Université et IRD (Institut de Recherche et de Développement) - en savoir plus
3/07
à Paris : conférence « Politique de lutte contre les changements climatiques : 12 mesures à prendre au plus vite pour changer de cap » - Réseau Action climat - en savoir plus
3/07
à Paris : atelier transition énergétique et projet de territoire « Articulation des démarches de planification » - TEDIFF (Territoires, Environnement et Développement durable en Ile de France) - en savoir plus
5/07
à Paris : présentation des résultats de l'étude WWF France/ECOACT pour des métropoles alignées avec l'Accord de Paris - en savoir plus
5/07
à Paris : colloque « Les mots du climat » - MTES - en savoir plus
6/07
à Paris : conférence/débat « Bois et paille : comment les besoins en énergie et matériaux bouleversent la production » - pour en savoir plus
9/07
à Paris : petit déjeuner « changeons d'échelle ! Comment positionner la responsabilité au centre du projet d'entreprise » - Co-Vista - en savoir plus
9-18/07
à New York (USA) : Forum politique de haut niveau - en savoir plus
10/07
au Domaine de Longchamp : lancement de Act4 nature « Les entreprises pour la biodiversité » - EpE
12/07
à Paris : présentation des appels à projets du Programme d'investissements d'avenir - ADEME - en savoir plus
13-14-15/07
à Bataville (Moselle) : 14ème réunion internationale annuelle des Fablabs + Festival Learn&Fab - Fab Fondation - en savoir plus
3-4/09
à Paris : 11ème Forum mondial Convergences « Faire Société demain » - en savoir plus
6/09
à Paris : convention Lucie « Demain la rupture : avec ou sans vous ? » - en savoir plus
12-13/09
à Bordeaux : université d'été des Transitions - Fondation des Transitions - en savoir plus
19/09
à Paris : 18ème Conférence des Villes « Responsabilité sociale, autonomie discale : les villes s'engagent ! » - France Urbaine - en savoir plus
25/09
à New York : Climate Week NYC - en savoir plus