du 28/02/2018
n°186
Spécial Engagement sociétal et ODD
FOCUS
L'engagement sociétal, base culturelle de l'Agenda 2030

Même si l'on pressent que l'ODD 13, la lutte contre le changement climatique, distingué en fin d'année lors de la COP 23 et du One Planet Summit, reviendra sur le devant de la scène l'automne prochain à l'occasion de la parution du rapport du GIEC -que l'on annonce alarmant-, on peut constater, tout en le déplorant, que la période hivernale que nous venons de vivre a été l'occasion d'une certaine diversification des préoccupations planétaires et nationales : ODD 16, avec toujours des guerres atroces, comme on le voit ces jours-ci ; ODD 1 et 2, avec des images récurrentes de pauvreté, de migrations et de famine ; ODD 5, avec les révélations d'agressions sexuelles ; ODD 10, avec des inégalités toujours plus criantes ; ODD 15, avec les inondations...

Heureusement, cette période a aussi été marquée par des évolutions prometteuses : annonce de l'élaboration de la « feuille de route » nationale de mise en oeuvre de l'Agenda 2030 par le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID) du 8 février dernier ; pour l'ODD 7, lancement du débat public sur la révision de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) le 13 février ; pour l'ODD 11, démarrage en janvier des « Contrats de transition écologique et solidaire » (CTES), pour lesquels le Comité 21 a rédigé une note méthodologique ; pour les ODD 8 et 12, mais pas seulement, lancement de la concertation sur le « Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises » (PACTE).

Ce projet fait la Une des journaux, et pas seulement du « Monde » ou de « la Tribune », mais aussi du « Journal de rue », « l'Itinérant », dans son édition du 8 février ! Cet étonnant choix rédactionnel illustre l'attente que ce projet fait courir : bien au-delà de ses aspects techniques, il pourrait créer une véritable rupture culturelle, en parfaite concordance avec les transformations socio-économiques sous-jacentes aux ODD. Ce PACTE a en effet pour ambition de mettre en avant le partage de la valeur et l'engagement sociétal des entreprises, dans l'optique de la création d'emplois de qualité et de lutte contre la précarité. Dernier avatar de l'évolution progressive des entreprises, amorcée par la loi NRE de 2001 en passant par l'essor de la RSE, la modification possible de l'article 1831 du Code civil, ou même la création d' « entreprise à mission » sur le modèle des « benefits corporation » américaines, en serait l'aboutissement, et le symbole.

Mais l'engagement sociétal, pris dans son sens le plus large, ne concerne pas seulement les entreprises, loin de là. Il nous concerne toutes et tous : l'État bien sûr -n'est-ce pas une autre définition du service public ?-, les collectivités territoriales, le monde financier -si l'on en juge par la récente prise de position de la société américaine BlackRock, plus gros gestionnaire d'actifs au monde-, les associations, la société civile, chacun d'entre nous.

L'engagement sociétal constitue en fait la véritable base culturelle de l'Agenda 2030, sans laquelle aucun partenariat, aucune coalition se serait possible, rendant inopérant l'ODD 17.

Cette diversité d'acteurs engagés est parfaitement illustrée par les initiatives des adhérents du Comité 21, présentées dans ce numéro 186 d'Infos 21, consacré à l'engagement sociétal et aux ODD, et par les propos d'Axelle Davezac, directrice générale de la Fondation de France, et d'Arnaud Florent, responsable RSE du groupe Immochan, que nous remercions de leur contribution. Ce numéro prolonge les tables rondes organisées en 2017 et prépare la publication d'une note spécifique du Comité 21, dédiée à l'engagement sociétal et qui fera l'objet d'un débat en mars prochain.

Claire Videau, Chargée de mission RSE/RSO
videau@comite21.org

Actualités des adhérents
 
SNCF se mobilise pour le travail d’intérêt général

Depuis 2011, SNCF se mobilise aux côtés du ministère de la Justice pour mettre en oeuvre des actions de prévention, de lutte contre la récidive et de sortie de la délinquance. Un accord national a été signé fin 2016 en présence de la Ministre de la Justice. Il vise à favoriser l'accueil par l'entreprise de personnes condamnées à effectuer des Travaux d'Intérêt Général (TIG), en cohérence avec la politique d'engagement sociétal du groupe. Cet accord permet plus largement de porter au sein de l'entreprise la dimension « justice éducative » (stages de citoyenneté, mesures de réparations pénales...). En 2016, 173 personnes ont été accueillies pour effectuer des TIG soit 13 731 heures d'accueil dans nos établissements. Les personnes condamnées réparent les dégradations en gares (vitres brisées, bancs tagués, déchets, etc.), classent les archives ou nettoient les espaces extérieurs. Convaincue de son engagement et de son rôle social dans ce type de dispositif de justice réparatrice, SNCF est partenaire du 1er Tour de France des TIG organisé par l'association Chantier Passerelle, qui comportera 10 étapes en 2018. L'objectif est de mettre en relation les représentants du ministère de la justice, les acteurs judicaires, sociaux et les entreprises ou associations d'accueil. Au cours de cette journée, chacun peut exprimer son retour d'expérience et partager des voies de développement et promotion communes. Pour en savoir plus. Mickael Picard - mickael.picart@sncf.fr

Schneider Electric publie son baromètre Planète & Société connecté aux ODD

Schneider Electric a publié début 2018 son 5ème baromètre Planète & Société comprenant 21 nouveaux engagements à accomplir d'ici 2020. Ce baromètre augmente encore le niveau d'ambition du Groupe en matière de développement durable. Il est en outre connecté à des objectifs de plus long terme que le Groupe s'est fixé pour les années 2025, 2030, et 2050, en lien avec les 17 Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. A titre d'exemple : ODD 4 - Education de qualité : d'ici 2025, Schneider Electric s'engage à former 1 million de personnes défavorisées dans le monde sur les métiers de l'électricité et à former 10 000 formateurs sur ces métiers.
ODD 7 - Energie propre et abordable : d'ici 2025, Schneider Electric s'engage à faire accéder à l'énergie 50 million de personnes et à investir 10 milliards d'euros dans l'innovation et la R&D pour le développement durable.
ODD 12 - Consommation et production responsables : d'ici 2030, Schneider Electric s'engage à valoriser 100 % de ses déchets industriels, et utiliser 100 % de conditionnements et emballages à partir de sources recyclées ou certifiées.
ODD 13 - Changement climatique : d'ici 2020, Schneider Electric s'engage à éviter l'émission de 100 millions de tonnes de CO2 par ses clients grâce à ses offres ; d'ici 2025, à ne plus utiliser le gaz SF6 dans ses produits ; d'ici 2030, à atteindre la neutralité carbone en englobant ses fournisseurs et clients, atteindre 100 % d'électricité renouvelable et doubler sa productivité énergétique par rapport à 2005 ; d'ici 2050, à réduire de plus de 50 % ses émissions de CO2 en valeur absolue sur les scopes 1 et 2 par rapport à 2015, en cohérence avec les lignes directrices des Science-based targets.
Grâce aux publications trimestrielles de son nouveau baromètre Planète & Société 2018-2020, Schneider Electric pourra agir et suivre en toute transparence, dès maintenant, l'atteinte de ces objectifs. Pour en savoir plus. Véronique Moine - veronique.moine@schneider-electric.com

Utopies lance LOCAL GOALS, un outil d’évaluation de la soutenabilité des Départements

Les entreprises doivent résoudre le paradoxe d'adapter leur reporting et indicateurs non seulement aux spécificités locales mais aussi aux grands enjeux globaux tels que définis par les ODD. C'est ce que le Reporting 3.0 et la GRI nomment le « sustainability context gap ». Dans la continuité des travaux entrepris sur la mesure d'impacts locaux et la stratégie/reporting « in context », Utopies a développé LOCAL GOALS, un outil permettant d'évaluer le niveau de soutenabilité de chaque département français en analysant près de 70 indicateurs contribuant aux différents ODD. Cette méthodologie « bottom-up » fondée sur l'analyse quantitative du territoire permet de : identifier les forces et les faiblesses de l'ensemble des départements français pour chacun des ODD; contextualiser la contribution d'une entreprise ou organisation par rapport aux besoins du territoire; déterminer quels sont les ODD stratégiques sur son territoire sur lesquels une entreprise ou une organisation peut s'engager. Arthur Binninger - binninger@utopies.com

Finistère : l’engagement et la prise d’initiatives des agents encouragés Le Conseil départemental du Finistère

Le Conseil départemental du Finistère développe de nouvelles pratiques managériales afin d'encourager la participation et l'engagement des agents dans la mise en oeuvre du projet d'administration. Lancés en 2017, plusieurs niveaux de participations sont proposés. Les « fabriques de terrain » regroupent des agents réunis en petit nombre pour faire des propositions concrètes d'amélioration ou de transformation des pratiques professionnelles. Ce dispositif vise à simplifier, favoriser le construire ensemble et à libérer l'imagination et l'innovation. La « fabrique des chef.fe.s de projet » vise, quant à elle, à partager les pratiques innovantes développées. Elle peut aussi émettre de nouvelles propositions. Enfin, une boîte à idées fonctionnant par mail et accessible à tout agent de la collectivité vient compléter les dispositifs. L'ensemble des propositions sont ensuite transmises et examinées par le «laboratoire» qui valide les expériences issues de ces dispositifs. Les retours en interne sont très positifs, à la fois de la part des managers comme des agents en contact direct avec le terrain. Un bilan d'avancement est prévu le 13 mars prochain à l'occasion du prochain «laboratoire». Youen GRALL - Youen.GRALL@finistere.fr

La CARENE : des ateliers citoyens pour contribuer au PDU de l’agglomération nazairienne

Le Conseil de développement de la CARENE, instance citoyenne consultative, a contribué au Plan Déplacements Urbains de l'agglomération nazairienne sur le thème des alternatives à la voiture individuelle, à partir d'une méthode engageante et innovante. Les participants à la réflexion (22 membres du Conseil et 14 élèves apprentis) partageaient trois objectifs : dépasser les idées préconçues sur les alternatives, les inviter à s'interroger sur leur usage de la voiture et comprendre les leviers d'action d'un citoyen pour devenir acteur du changement. Ils ont ainsi défié leurs habitudes à partir d'une aventure appliquée au quotidien, en troquant leur voiture par un mode alternatif. Leurs préconisations sont à retrouver sur la contribution, sous format poster, du Conseil de développement. Pour en savoir plus. Marine Resson - ressonm@agglo-carene.fr

Ayen s’empare des ODD pour la mise en oeuvre de l’Agenda 2030

Reconnue nationalement Agenda 21 en 2007 et 2013, la commune d'Ayen s'engage depuis 2017 dans un Agenda 2030. Accompagné par la DREAL Nouvelle Aquitaine et le Comité 21, le nouveau plan d'actions comporte aujourd'hui 43 actions ou thématiques dans 14 ODD pour 24 cibles. Un temps d'agents (0,3 ETP) est dédié par la collectivité (750 habitants) pour élaborer la nouvelle méthodologie et mettre en place de très nombreux outils d'appropriation et de porté à connaissance des ODD par la population, les associations et services (centre de loisirs, écoles, mairie...). Cet engagement est aussi présenté systématiquement aux très nombreux partenaires de la collectivité (réunions, visites, groupes de travail...). L'écho très favorable rencontré participe à une véritable prise de conscience et à la mise en place d'actions très concrètes et significatives sur le territoire. Pour en savoir plus. Jérôme Perdrix - jerome.perdrix@laposte.net

AFD : quelle nouvelle stratégie au prisme des ODD ?

Le 12 février dernier, l'Agence française de développement a lancé une consultation numérique ouverte pour permettre à toutes ses parties prenantes, en France comme dans les pays du Sud, de donner leur avis sur le nouveau plan d'orientation stratégique de l'AFD « Un monde en commun ». Il s'agit d'une démarche inédite dans le secteur des agences de développement. L'une des évolutions majeures consiste à décliner la vision stratégique et l'organisation du groupe AFD selon les 17 Objectifs du développement durable regroupés en cinq transitions : démographique et sociale, énergétique, territoriale et écologique, numérique et technologique, politique et citoyenne. La notion de transition permet d'aller au-delà du discours trop simple de rattrapage, inadapté au moment où tous les pays du monde doivent définir de nouveaux modèles de développement durable conciliant préservation du climat et des écosystèmes, qualité du lien social et prospérité économique pour tous. Pour relever les défis de ce nouvel agenda, l'AFD sait qu'elle ne peut agir seule. Comme elle l'a fait à travers cette consultation ouverte jusqu'au 27 février, elle prend l'engagement d'adopter un réflexe partenarial dans la mise oeuvre de sa stratégie. Consultation. Jérôme Dupuis - dupuisj@afd.fr

Atelier21 crée un station E, un espace culturel expérimentations énergétiques

L'équipe de l'Atelier21 inaugure une « station E » culturel expérimentations énergétiques au 236 rue de Paris, près du métro Robespierre sur la commune de Montreuil. Mise à disposition dans le cadre du programme Tempo de Est-Ensemble et soutenue par la ville de Montreuil, la Station E ouvrira dès ce printemps. Pour la première fois, tous les écoprojets de l'Atelier21 SolarSoundSystem, web radio solaire, Paléo-énergétique, RegenBox, OpenPicnic... y seront présentés. Animée par une programmation culturelle « art et science » incluant rencontres, ateliers créatifs, concerts et expositions, la Station E entraînera le public dans une expérience énergétique et collective où les problématiques contemporaines sont abordées sous un angle optimiste, parfois surprenant et où chacun peut trouver un rôle à jouer. Avec la Station E, Atelier21 souhaite construire un autre discours et des recherches-actions sur le changement climatique, proposer des alternatives ludiques et créatives, tester et expérimenter, faire ensemble. Pour en savoir plus. Cédric Carles - hello@atelier21.org

L'équipe de l'Atelier21 inaugure une « station E » culturel expérimentations énergétiques au 236 rue de Paris, près du métro Robespierre sur la commune de Montreuil. Mise à disposition dans le cadre du programme Tempo de Est-Ensemble et soutenue par la ville de Montreuil, la Station E ouvrira dès ce printemps. Pour la première fois, tous les écoprojets de l'Atelier21 SolarSoundSystem, web radio solaire, Paléo-énergétique, RegenBox, OpenPicnic... y seront présentés. Animée par une programmation culturelle « art et science » incluant rencontres, ateliers créatifs, concerts et expositions, la Station E entraînera le public dans une expérience énergétique et collective où les problématiques contemporaines sont abordées sous un angle optimiste, parfois surprenant et où chacun peut trouver un rôle à jouer. Avec la Station E, Atelier21 souhaite construire un autre discours et des recherches-actions sur le changement climatique, proposer des alternatives ludiques et créatives, tester et expérimenter, faire ensemble. Pour en savoir plus. Cédric Carles - hello@atelier21.org

C3D : un guide des Droits Humains pour la gestion des risques des entreprises

Le C3D, collège des directeurs du développement durable, convaincu que la RSE en général et le respect des Droits Humains en particulier sont des atouts pour la pérennité des activités économiques, publie son premier guide des Droits Humains. A travers ce guide numérique, le C3D veut aider les entreprises à s'emparer du sujet comme un axe d'amélioration stratégique pour opérer leur transformation. Ce guide est directement issu des questionnements des acteurs au sein de l'entreprise lors de la mise en place d'un plan de vigilance. Véritable outil pratique pour les professionnels, le guide se structure autour d'un processus transversal, avec la définition des organes de gouvernance, des indications pour la mise en place du dialogue avec les parties prenantes indirectes et directes, et la structuration d'un processus de réclamation. En 5 étapes concrètes, il prévoit la mise en oeuvre depuis la prise en main du sujet, avec outils, plans, textes de références, exemples et bonnes pratiques. Il s'appuie sur des textes de référence majeurs, et notamment celui des Principes directeurs des Nations Unies relatif aux entreprises et aux Droits de l'Homme, dont il s'inspire. De plus, de nombreux exemples de bonnes pratiques d'entreprises illustrent ces démarches. Ils seront renouvelés au fil des années, car ce guide sous forme de site web sera vivant et évolutif pour accompagner les entreprises dans leur démarche d'amélioration continue. A lire. Marine Diers - contact@cddd.fr

Ecophylle : un projet participatif sur la gestion des déchets dans un quartier prioritaire

Le Contrat de ville 2015/2020 de la ville de Saint Maur (94) est une opportunité pour que l'environnement et le développement durable soient l'affaire de tous. Prenant appui sur deux piliers du cadre stratégique - la Cohésion sociale et le Cadre de vie l'association d'éducation au développement durable, Ecophylle a proposé un projet participatif sur la propreté et la gestion des déchets. L’objectif était de changer le quotidien, de permettre à chacun de se sentir investi et reconnu dans son lieu de vie, renforcer les relations intergénérationnelles. En étroite collaboration avec les différents acteurs du quartier prioritaire des Rives de la Marne (habitants, élus, techniciens, bailleurs, Conseil citoyen, centre de loisirs et commerçants du quartier, ...) et un groupe d'étudiants en Master 2 Insertion et Intervention Sociale sur le Territoire de l'Université Paris 13, Ecophylle a organisé 3 temps forts. Tout d’abord, une réunion de présentation du projet et des enjeux a été organisée à partir d'une exposition interactive. Ensuite, un diagnostic a été fait en marchant pour traquer les déchets et les remplacer par des ballons de couleur. Cette action a permis à chacun d'adopter un autre regard sur son environnement. Les enfants, tout comme les adultes, étaient ravis de partir à la pêche aux déchets, l'aspect ludique de l'action avec les pinces et les ballons les a mobilisés sur tout le parcours. Et pour finir, une réunion bilan sur la base d'un world café a permis de décider ensemble des actions à venir. Pour en savoir plus. Brigitte Vigroux - bvigroux@ecophylle.org

Global Compact : un Tour de France PME sur l’engagement sociétal

À travers son Tour de France PME, le Global Compact France a réuni plus de 600 participants depuis son lancement. Ce Tour de France nous enseigne sur la manière dont les entreprises affirment et font vivre leur engagement sociétal. En région, les entreprises et surtout les PME expriment un besoin d'avoir accès à des interlocuteurs, à des espaces d'échanges et de mise en réseau autour des thématiques de responsabilité sociétale, en plus des solutions déjà proposées par les acteurs généralistes, organisation patronales ou chambres consulaires. Un enseignement important identifié est le levier d'engagement des dirigeant.e.s des PME, en effet la question du sens, des valeurs et des convictions sont les principaux éléments mis en avant, la question de la performance économique est moins souvent citée. La demande d'actions plus locales va dans le sens du résultat du Global Shaker -une consultation des membres du Global Compact France pour déterminer les priorités du réseau- où ces actions locales ont été identifiées comme un enjeu clé pour les territoires. En continuant son Tour de France et en participant à des actions plus territorialisées, le Global Compact France continue de faire vivre la RSE des entreprises au niveau local et de sensibiliser sur les ODD, avec les PME comme coeur de cible. Les objectifs sont de valoriser la RSE locale et de démontrer l'intérêt économique que représente pour les entreprises la contribution aux ODD. Pour en savoir plus. Florian Burel - florian.burel@globalcompact-france.org

ODD et RSO : l’amélioration continue des démarches existantes

17 ODD et 169 cibles, cela peut impressionner ! A la suite des fameuses «5 finalités», ce n'est pourtant qu'une nouvelle grille de lecture pour identifier des enjeux à traiter et valoriser les impacts des politiques territoriales. Concrets et bien perçus dans les collectivités, ce peut être le nouvel objet politique facilitant la mobilisation et la contribution de tous les acteurs d'un territoire. Participation, transversalité, évaluation... la RSO couvre ces éléments déterminants et les renforce : cartographie des parties prenantes, sphère d'influence, communication responsable, lutte contre la corruption, respect des droits humains... Leur intégration dans le management courant est nécessaire à une action publique performante. Elle doit répondre aux attentes des habitants et de la société avec des ressources durablement contraintes. Depuis 2011, Interactions Durables croise les démarches des collectivités et des entreprises. ODD et RSO peuvent compléter l'analyse des démarches existantes (évaluation des Agendas 21 locaux, rapports annuels) ou construire un projet stratégique global, politique et managérial. Pour en savoir plus. Guillaume Serre - serre@interactions-durables.fr

Unis-Cité « diffuse la solidarité » grâce à un nouveau programme soutenu par la MACIF

Ce programme « Diffuseurs de solidarité », co-construit et co-porté avec le groupe Macif, partenaire historique d'Unis-Cité, pourrait concerner à terme plusieurs centaines de jeunes par an et couvrir tout le territoire national. Dans un premier temps, il s'agit d'une expérimentation avec 100 jeunes « Diffuseurs de Solidarité », qui ont débuté le 8 janvier sur 5 territoires pilotes (Tours, Niort, Mulhouse, Alfortville/Créteil, et Lyon) avec chacun 20 jeunes mobilisés pendant 6 mois (jusque fin juin 2018). Engagés en équipes (constituées selon les principes de diversité d'Unis-Cité), les volontaires ont pour mission de faire le lien entre les besoins des associations locales et le désir d'engagement des citoyens à travers l'organisation de défis solidaires : collecte de téléphones portables usagés, nettoyage des berges d'un fleuve, course solidaire au profit d'une association... L'objectif ? Activer la solidarité locale et moderniser l'engagement en : promouvant des actions solidaires mieux adaptées aux modes de vie actuels et adaptant les pratiques des associations à ces nouvelles formes d'engagement. Avec cette mission nationale, le groupe Macif devient le premier groupe d'assurance mutualiste engagé pour le Service Civique et donne le pouvoir d'agir à 100 jeunes en favorisant leur engagement solidaire. C'est aussi pour Unis-Cité l'occasion de réaffirmer son ambition de continuer à jouer le rôle de laboratoire d'innovation et structure de référence pour le Service Civique. Crédit photo: Thierry Borredon. Pour en savoir plus. Ana Hours - ahours@uniscite.fr

L’accompagnement au changement des ESAT par l’ESSCA-School of Management

Les conditions de l'activité des Etablissements et Services d'Aide par le Travail (ESAT) sont en évolution forte : retrait d'une partie des donneurs d'ordres traditionnels du secteur ; évolution du cadre législatif modifiant le cahier des charges ; évolution du contexte institutionnel ; évolution des publics (type et complexité des handicaps, vieillissement des personnes). Dans le cadre d'une recherche-action, des enseignants-chercheurs de l'ESSCA accompagnent l'Association de parents et amis de personnes handicapées mentales du département du Maine-et-Loire (ADAPEI 49) à conduire une réflexion sur le devenir des ESAT en matière économique et commerciale en intégrant leur mission règlementaire, les besoins et attentes des travailleurs handicapés et du personnel de l'institution. Cette réflexion considère également l'environnement socio-économique, les modèles porteurs de développement ainsi que les dynamiques territoriales dans lesquelles s'inscrit la fonction économique des ESAT. A partir d'un travail de terrain et d'organisation d'ateliers, l'objectif de cette recherche est double : mieux identifier les idées porteuses d'innovations sociales tant en interne qu'en externe, et mieux accompagner ces initiatives pour qu'elles assurent le développement et la pérennité de l'ADAPEI 49 et de son réseau d'ESAT. Pour en savoir plus. Pascale Beldent - Pascale.BELDENT@essca.fr

Le Comité 21 en action
AU NATIONAL
Le Comité 21 contribue au projet de loi PACTE

La Plateforme RSE a publié le 5 février dernier son avis sur le plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE). L'avis est une synthèse des contributions des différents pôles qui composent la Plateforme et dont le Comité 21 est un membre actif. L'avis se prononce sur les champs suivants : les entreprises à mission, la révision des articles 1832 et 1833 du code civil et sur les enjeux de gouvernance. Il recommande de prendre des mesures incitant les entreprises à développer des démarches RSE, notamment à travers des initiatives sectorielles. Dans le cadre de l'élaboration de ce projet de loi, la présidente du Comité 21, Bettina Laville, a été entendue le 22 février par la mission Notat/Sénard sur l'élargissement de l'objet social de l'entreprise et sa possible modification dans le Code civil ainsi que sur les attentes du Comité 21 vis-à-vis des propositions formulées par Nicole Notat et Jean-Dominique Sénard. Le rapport de la mission sera rendu aux ministres le 1er mars. A l'occasion de la sortie de la note « ODD, une opportunité pour accroitre l'engagement sociétal », le Comité 21 organise en mars un débat sur « Le projet PACTE va-t-il révolutionner la finalité des entreprises». Claire Videau- videau@comite21.org

Découvrez la note du Comité 21 «Les contrats de transition écologique et solidaire : pour une méthode territoriale partagée »

Alors que les premiers contrats de transition écologique et solidaire seront signés en 2018 en vue d'une expérimentation dans une quinzaine de territoires, le Comité 21 publie une note sur « Les contrats de transition écologique et solidaire : pour une méthode territoriale partagée ». Il y propose quelques recommandations qui pourraient servir au déploiement des contrats de transition écologique. Sans reprendre les recommandations formulées par le CESE que le Comité 21 partage largement, ce sont ici quelques éléments complémentaires, éléments qui s'attachent plutôt à la méthodologie qu'au contenu technique des contrats. Le Comité 21 voit dans ce nouvel instrument au service de la transformation durable des territoires, l'occasion rare d'organiser un dialogue de qualité entre les acteurs, au service d'une responsabilité territoriale partagée. L'opportunité également de mieux accompagner les collectivités qui s'engagent en s'appuyant sur des outils et les dynamiques locales qui pourront converger vers la réalisation des contrats. Un débat sur les contrats de transition écologique aura lieu en avril (date à confirmer). Note réservée à nos adhérents. 12 pages. A lire. Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org

La prochaine étape du Tour de France des ODD se déroulera à Amiens le 15 mars prochain

Dans le cadre de la 2ème édition du séminaire régional « Territoires en Transition » porté par le CERDD, et soutenu par la DREAL Hauts-de-France, le Conseil régional Hauts de France, l'ADEME et Amiens Métropole, le Comité 21 organise la 3ème étape du Tour de France des ODD (après celles de Nouvelle Aquitaine et de Bourgogne Franche-Comté). Cette journée, destinée aux élus et agents des collectivités mais aussi aux développeurs de territoires, est LE temps fort régional pour promouvoir les projets et démarches de transitions écologique, économique, énergétique et sociale vers le développement durable. L'opportunité de présenter aux participants l'Agenda 2030 et de valoriser et renforcer la contribution des acteurs locaux à sa réalisation en France. Avec les contributions de : Sébastien Alavoine, directeur de la Prospective et de la stratégie régionale, Région Hauts-de-France ; Martin Bortzmeyer, adjoint au chef de la Délégation au développement durable, Commissariat général au développement durable ; Christiane Bouchart, vice-présidente en charge du développement durable, Métropole Européenne de Lille ; Aurore Colson, conseillère régionale des Hauts-de-France, présidente du CERDD ; Philippe De Mester, préfet de la Somme ; Patrick Desseaux, 1er Vice-Président d'Amiens-Métropole en charge du développement durable et de la politique déchets ; Elisabeth Hege, chercheure à l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) ; Bettina Laville, présidente du Comité 21 ; Hervé Pignon, directeur régional de l'ADEME ; Agnès Potel, vice-présidente en charge du développement durable et de la transition énergétique, Communauté d'Agglomération du Saint-Quentinois. Pour découvrir le programme et en savoir plus. Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org

Contribution du Comité 21 au 2ème MOOC sur le sens de l’action publique du CNFPT

Le CNFPT lance à compter du 5 mars prochain la deuxième session du MOOC sur le sens de l'action publique. L'action publique est au coeur d'une crise du sens. Ainsi, le CNFPT propose de réfléchir ensemble à ce qui caractérise cette crise et ses origines et d'identifier ce qui peut permettre de réaffirmer un sens pour l'action publique, pour mieux préparer l'avenir. Quelle action publique souhaitons-nous pour le futur ? Quels sont les défis à relever ? Qu'est-ce qui doit guider le fonctionnement et les actions des services publics au quotidien ? La première session a réuni près de 8 000 inscrits, principalement en France et au Maroc. La deuxième session comprendra quelques évolutions, en particulier l'ajout de vidéos sur les évolutions législatives récentes en matière de déontologie par Pierre Villeneuve, et des vidéos de synthèse à l'issue de chaque séance. Bettina Laville, présidente du Comité 21, y intervient dans la séance 5 sur « les responsabilités sociétales et finalités ». Ce MOOC est destiné prioritairement aux hauts fonctionnaires et cadres de direction de l'Etat, des collectivités territoriales et de la fonction publique hospitalière, en France et dans les pays du pourtour méditerranéen. Il concerne plus largement toute personne voulant se forger des points de repères dans les débats actuels sur l'action publique, les services publics et les défis à relever pour l'avenir de notre société. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 23 mars sur la plateforme FUN-MOOC. Inscription

22-23 mars : Le Comité 21, partenaire de l’Université « Faire ensemble 2030 » de la FONDA

La FONDA organise son Université de la Prospective sur « Faire ensemble 2030 », consacrée aux ODD, les 22 et 23 mars prochains à Paris. Face à de profonds bouleversements, les associations et les acteurs de l'économie sociale et solidaire font l'objet de tensions sans précédent. Il est devenu urgent d'améliorer les fonctionnements et de s'adapter. Pour réussir, cela exige de se projeter vers l'avenir, d'anticiper pour mieux construire demain ensemble ! Pour préparer l'Université, un comité de pilotage a été mis en place autour de la Fonda, composé du Comité 21, de Futuribles, de Coordination Sud et du Mouvement associatif. Il a élaboré le programme et le contenu des ateliers, avec la contribution de membres de la Fonda qui ont apporté leurs positions sur l'Agenda 2030. Pour sa part spécifique, l'équipe du Comité 21 participera à l'animation des ateliers et mobilisera un certain nombre d'adhérents pour apporter leur éclairage et valoriser leurs initiatives. Pour la Fonda et le Comité 21, l'exercice ne s'arrêtera pas au soir de l'Université. D'autres ateliers seront organisés en 2018 et 2019 pour «faire ensemble 2030». Tous les adhérents sont bienvenus pour y participer. Déposez vos « Solutions d'associations ». Programme - Inscription. Georges Ribière - ribiere@comite21.org

Le Comité 21 recherche activement de nouveaux locaux !

L'équipe parisienne du Comité 21 cherche activement de nouveaux locaux à intégrer d'ici la fin avril 2018. Nous recherchons dans l'idéal un local situé préférentiellement sur la rive droite de Paris, à proximité d'une station de métro, d'environ 100 m² pouvant accueillir une dizaine de postes de travail, une salle de réunion, et disposant d'un accès Internet Haut Débit. Si vous avez connaissance de bonnes pistes, nous sommes preneurs ! N'hésitez pas à contacter Anne Page - page@comite21.org

AU GRAND OUEST
Première rencontre du comité d’experts du Comité 21 Grand Ouest

Le 2 février dernier se sont réunis pour la première fois les membres du comité d'experts du Comité 21 Grand Ouest. Après un temps d'interconnaissance, ils ont pu (re)découvrir la mission et les activités de l'association avant d'échanger sur le rôle et les perspectives du comité d'experts. Ces professionnels réputés pour leur savoir-faire, leurs parcours et leur expertise d'un champ du développement durable soutiendront le Comité 21 dans son action. Ils auront pour mission d'anticiper les transitions écologiques, économiques et sociales du Grand Ouest, d'élaborer des recommandations, de faciliter les prises de position et de contribuer à l'avenir du réseau. Ils seront par ailleurs consultés pour la préparation du programme d'activité, sur les travaux de prospective, les prises de positions du Comité, et contribueront à l'animation des ateliers. Ce seront finalement les ambassadeurs de l'association dans leurs structures et dans les instances auxquels ils participent. Une trentaine d'experts composent le comité, qui se réunira trois fois par an. Charte des experts. Antoine Charlot - charlot@comite21.org

A l’INTERNATIONAL
Europe et ODD : le Comité 21 reçu par Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne

Le 23 février dernier, une délégation d'Europe Ambition 2030 (groupe de travail informel de plaidoyer ODD auprès des institutions européennes) composée du Comité 21, de l'Alliance italienne pour le développement durable et de European Partners for the Environment, était reçue par Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne pour évoquer la place des ODD au sein de l'Europe. Il a reconnu affronter des difficultés internes pour placer les ODD comme une priorité de l'administration européenne qui place l'échéance 2020 avant toute chose et considère que la période 2020-2030 relève davantage de la responsabilité du prochain exécutif issu des élections de 2019. Il a clairement demandé appui à la société civile européenne organisée pour identifier des événements et des occasions pour faire entendre la voix et l'intérêt de la Commission sur l'Agenda 2030. Car Frans Timmermans est profondément convaincu que l'Europe doit se mettre en ordre de marche dès maintenant pour accomplir en 2030 les 17 Objectifs de développement durable. Il a demandé à notre groupe de travail, Europe Ambition 2030, de lui fournir une étude sur les ODD prioritaires pour l'Europe, faisant l'analyse que se concentrer sur les ODD les plus difficiles à atteindre entrainera forcément des progrès sur les ODD les plus « faciles ». Enfin, Frans Timmermans a accepté notre invitation le 31 mai prochain à Milan : Europe Ambition 2030 organise en partenariat avec l'Alliance Italienne pour le Développement Durable une consultation citoyenne sur l'avenir de l'Europe au prisme de l'Accord de Paris et de l'Agenda 2030 (voir article ci-dessous pour plus de détails). Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

31 mai à Milan : le Comité 21, co-organisateur d’une conférence sur l’avenir de l’Europe au prisme de l’Accord de Paris sur le climat et de l’Agenda 2030

Europe Ambition 2030 (groupe de travail informel de plaidoyer ODD auprès des institutions européennes) et l'Alliance italienne pour le développement durable organisent le 31 mai prochain à Milan une conférence internationale ayant pour objectif de donner des orientations sur l'avenir de l'Union européenne compte tenu des deux nouveaux cadres internationaux que constituent l'Accord de Paris sur le climat et l'Agenda 2030. En effet, cet Agenda 2030, sous-titré « Transform our World » est une invitation à transformer aussi notre Europe : la rapprocher de ces citoyens et, comme l'a souligné E. Macron l'été dernier, réinsuffler le désir d'Europe dans une période marquée par le Brexit, et des défiances multiples face aux institutions supranationales. Cette conférence proposera un nouveau « narratif » pour l'Europe qui est en cours d'élaboration ; travail auquel le Comité 21 prend part. Le 31 mai sera aussi l'occasion de présenter aux institutions européennes, aux Etats membres et à l'ensemble des acteurs non étatiques européennes les contours d'un partenariat renforcé entre tous, allant au-delà de la traditionnelle approche « bottom-up » et « top-down » afin de mettre en oeuvre conjointement l'Agenda 2030 et aboutir d'ici 12 ans à la réalisation des 17 ODD partout en Europe. Le Comité 21, en tant que membre d'Europe Ambition 2030, sera co-organisateur de l'événement, qui s'inscrira également dans la semaine européenne pour le développement durable et le Festival italien des ODD. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

3 questions à ...
Axelle Davezac, Directrice générale de la Fondation de France

Comment la Fondation de France contribue-t-elle par ses missions à promouvoir l'engagement sociétal ?

Promouvoir l'engagement sociétal, c'est l'ADN de la Fondation de France depuis sa création. C'est la mission que lui ont confiée ses créateurs, il y a presque 50 ans : encourager la générosité privée en faisant le lien entre les donateurs et les projets sociétaux dans tous les domaines. Grâce à l'expertise de nos programmes, nous garantissons à nos donateurs quelle que soit la cause qu'ils choisissent, que leur don sera utilisé pour financer des projets utiles et innovants sur le terrain. Nous leur permettons également de s'engager directement en créant leur propre fondation sous notre égide. Ils peuvent ainsi choisir eux-mêmes les projets qu'ils souhaitent soutenir tout en bénéficiant du support et de l'expertise de la Fondation de France pour les accompagner.

D'une manière générale, dans tous les projets financés par la Fondation de France à travers ses propres programmes, la participation des citoyens et des bénéficiaires est un critère de sélection essentiel. Certains de nos appels à projets sont même centrés sur ce thème comme par exemple « la transition écologique ici et ensemble » dont l'objectif est de soutenir dans les territoires, des projets collectifs, au service de la transformation écologique de notre société.

Quelle est votre vision de l'engagement sociétal des entreprises et organisations aujourd'hui ?

C'est un engagement indispensable dans la société actuelle. Il est désormais évident que l'intérêt général ne peut plus être porté par la seule puissance publique, d'une part car elle manque de moyens et d'autre part car l'ensemble des acteurs de la société se sent aujourd'hui directement concerné. Au regard de l'ampleur des enjeux sociétaux et environnementaux, particulier ou entreprise, chacun a sa place dans l'action. Les entreprises, poussées par des consommateurs de plus en plus exigeants, développent des politiques de responsabilité sociale et environnementale et investissent de nouveaux champs à côté de leur activité productive classique. Par ailleurs, toutes les organisations, y compris celles dont l'objet même est d'agir pour l'intérêt général, doivent démontrer que dans leur fonctionnement interne elles s'appliquent d'abord à elles-mêmes les principes du développement durable. Tout cela se traduit par de profondes mutations que nous constatons tous les jours dans le domaine du mécénat. C'est très stimulant et cela produit beaucoup d'innovations dans la manière de traiter les enjeux sociétaux. Ce foisonnement est également parfois source de confusion, car on ne sait plus vraiment dans quel monde on se trouve (lucratif ou non lucratif? Don ou sponsoring ? Mécénat ou RSE ?). C'est la raison pour laquelle, sans freiner ce mouvement, il est important que la puissance publique fasse évoluer son cadre pour s'adapter aux évolutions actuelles.

Pensez-vous que les Objectifs de développement durable renforcent l'implication sociétale de ces acteurs ?

Oui, les ODD sont un levier puissant car ils constituent un référentiel mondial qui permet de partir d'une base commune pour la résolution des problèmes sociétaux. De plus c'est un cadre souple que chaque organisation peut adapter en fonction de sa propre activité. Les ODD peuvent être une excellente façon d'accompagner les politiques d'implication sociétale des organisations, à condition d'être déclinés en objectifs concrets qui font l'objet d'un pilotage régulier. Il ne suffit pas de dire : voilà ce que nous faisons déjà pour les ODD, il faut déterminer où l'on veut aller et se donner les moyens d'y arriver. C'est un travail compliqué, mais passionnant, dans lequel la Fondation de France s'est engagée !

www.fondationdefrance.org/fr

3 questions à ...
Arnaud Florent, Responsable RSE du Groupe Immochan

Comment définiriez-vous l'engagement sociétal d'Immochan ?

L'engagement sociétal d'Immochan fait maintenant partie intégrante de notre vision d'entreprise « We link people by creating sustainaible, smart and lively places to brighten up everyday life».

Créer du lien, des connexions, des synergies et des relations positives est donc au coeur de notre mission. Nous cherchons à produire non pas de simples espaces mais proposer une véritable qualité de vie et d'usage en s'inscrivant dans une vision à long terme d'acteurs publics et privés au sein des territoires et ce, dans une démarche écoresponsable.

L'engagement sociétal d'Immochan s'est renforcé notamment grâce à notre nouvelle organisation : la création d'une Direction du Développement et de la Diversification pour positionner Immochan de manière prospective sur de nouveaux marchés en réponse aux attentes du territoire et dans une démarche de co-construction. Et la création d'une Direction de la Stratégie de l'Innovation et de la RSE, preuve de la volonté du groupe de développer la RSE au coeur de la stratégie d'entreprise.

Comment cet engagement sociétal se traduit-il dans le coeur de métier du Groupe ?

L'engagement sociétal de proximité fait partie de notre ADN commerçant. Il se traduit par la considération et la proximité que nous entretenons avec les collectivités locales, les habitants, les enseignes, tous nos partenaires, les clients mais aussi au sein de l'entreprise même, entre collaborateurs. Créateur d'emploi sur l'ensemble du territoire, nous menons également de nombreux partenariats avec les autorités locales et organismes d'emploi (Mission locale, Maison de l'emploi, ANPE...) afin d'aider des personnes à réintégrer la vie active. Quelques chiffres de notre dernier projet : plus de 6 600 heures réservées à ce public lors du chantier ; 230 emplois pourvus par des demandeurs d'emplois sur les 299 personnes recrutées lors de job dating avec les Enseignes, avec plus de 65 actions de formation.

Active depuis 2010, notre Fondation Immochan pour l'entrepreneuriat social a pour objectif de contribuer durablement au développement de l'entrepreneuriat social. La Fondation vise à aider les entrepreneurs sociaux dans toutes leurs problématiques d'entreprise, à accompagner les réseaux d'appui aux entrepreneurs sociaux, à aider à la création et au développement d'entreprises sociales. Chaque projet soutenu est parrainé par un collaborateur de l'entreprise. Le rôle du parrain Immochan est de comprendre et d'accompagner l'entrepreneur dans sa demande, éventuellement de le mettre en lien avec d'autres expertises dans la société Immochan pour apporter un mécénat de compétence.

Pour finir, plus de 750 jours d'animations sociétales ont eu lieu dans nos galeries pour faire connaitre des « causes sociétales » telles que le handisport, les problèmes des enfants dans les pays en voie de développement avec l'Unicef ou la sensibilisation aux premiers secours avec la Croix Rouge.

Quelles perspectives envisage Immochan pour renforcer cet engagement ?

Nous souhaitons développer des relations plus étroites avec nos parties prenantes présentes sur nos territoires d'implantation par la mise en place de partenariats. Nous prévoyons également d'accroitre le mécénat de compétence en élargissant le périmètre d'accompagnement des collaborateurs Immochan auprès d'associations solidaires par exemple.

De plus, l'organisation d'une concertation avec nos parties prenantes en janvier dernier par le Comité 21, nous a permis de challenger notre politique vis-à-vis de leurs attentes. Nous allons continuer à les solliciter dans le cadre de la rédaction de nos nouveaux engagements RSE. Nous nous attachons également à déployer les initiatives locales pour donner plus de force à notre engagement sur tous les territoires.

www.immochan.fr/fr

Pour aller plus loin
ONU Femmes : l’égalité de genre, un impératif pour l’atteinte des ODD

ONU Femmes vient de publier un nouveau rapport qui étudie l'impact de l'égalité de genre sur la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) à l'horizon 2030. Intitulé «Traduire les promesses en action : l'égalité de genre dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030», ce rapport souligne, une nouvelle fois, l'omniprésence généralisée des discriminations à l'encontre des femmes et des filles, et notamment dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), tout en proposant des recommandations pratiques pour atteindre les Objectifs de développement durable. Le rapport examine du point de vue de l'égalité des sexes les progrès et les obstacles liés à la mise en oeuvre des ODD. Ce programme s'attaque à un large éventail de défis internationaux et offre à travers 17 objectifs un contrepoids en mettant l'accent sur la paix, l'égalité et la durabilité. Dans tous ces domaines, les femmes se retrouvent confrontées à un ensemble de défis qui pourront impacter le processus de réalisation de ces objectifs. Côté chiffre, le rapport observe également que plus de 50% des femmes et des filles vivant en milieu urbain dans les pays en voie de développement n'ont pas accès à au moins l'un des éléments suivants : eau potable, installations sanitaires améliorées, logement durable et espace habitable suffisant. Pour en savoir plus

Objectifs planète durable : jouons ensemble pour transformer le monde !

Le Centre régional d'information des Nations Unies (UNRIC), en partenariat avec Yacine Ait Kaci (YAK), créateur d'Ely, vient de diffuser un « jeu de l'oie des ODD », pour les enfants de 7 à 77 ans, universel, gratuit, téléchargeable et décliné dans plusieurs langues. Sur la base d'un jeu de société, cet outil pédagogique a vocation à sensibiliser les enfants (et les plus grands) aux enjeux du développement durable. Au fur et à mesure de la partie, chaque joueur sera amené à appréhender les différentes thématiques composant les ODD, dans le cadre d'un moment ludique et convivial. L'appropriation progressive de ces Objectifs est fondamentale, notamment pour les jeunes générations, afin de leur permettre ensuite de s'engager et de prendre pleinement part aux changements en cours et à venir vers un développement plus soutenable. La réussite de l'Agenda 2030 dépend en effet largement de la mobilisation de tous les acteurs ! Pour en savoir plus

Rapport « Entreprises engagées : comment concilier l’entreprise et les citoyens ?»

Alors que le gouvernement prépare son projet de loi PACTE (Plan d'action pour la croissance et la transformation de l'entreprise) et questionne la finalité de l'entreprise, la Fondation Jean Jaurès publie un rapport qui entend dépoussiérer le concept de responsabilité sociale et environnementale (RSE) de l'entreprise et propose 10 mesures visant à dresser le portrait de l'entreprise de demain : un « projet collectif où tout le monde a sa part ». Comment réconcilier l'entreprise et la société ? Comment faire valoir l'engagement de certaines entreprises dans des « missions » sociétales ? 23 pages. A lire

Rendez-vous du Comité 21
15 mars : journée sur « L’écologie industrielle et territoriale : de la théorie à la pratique… »

Le Comité 21 Grand Ouest organise une journée dédiée à l'écologie industrielle et territoriale (EIT) le 15 mars 2018 à Beaupréau-en-Mauges (49) de 9h à 16h30. Fondée sur une approche systémique, l'écologie industrielle et territoriale s'inspire du fonctionnement des écosystèmes naturels pour recréer un système dans lequel les déchets des uns deviennent des ressources pour les autres. En permettant une gestion optimale des ressources et un fort taux de réutilisation de la matière et de l'énergie, elle se traduit par des bénéfices économiques et environnementaux importants. Comment concevoir et pérenniser une démarche d'EIT ? Comment mobiliser les acteurs du territoire ? Comment aller plus loin ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées lors de cet atelier. Réservé aux adhérents du Comité 21. Inscription. Mathilde Bres - bres@comite21.org

21 mars : atelier entreprises « La Qualité de Vie au Travail (QVT) : par où commencer ? »

Le Comité 21 Grand Ouest propose une série d'atelier autour de la QVT le 21 mars 2018. Engagées ou non dans une démarche RSE, les entreprises ont aujourd'hui un nouveau défi à relever : celui d'une vraie politique de qualité de vie au travail, dont font partie la recherche d'un meilleur équilibre vie professionnelle / vie privée, l'innovation, la concertation ou encore la co-construction. Comment s'engager dans une démarche de QVT ? Quel intérêt pour les entreprises à mettre en place une démarche ? Comment mesurer la QVT ? Quelles bonnes pratiques inspirantes sur le territoire ? Ces ateliers entreprises se basent sur un partenariat entre le Comité 21 Grand Ouest et le réseau Anact-Aract : Agence Nationale/Régionale pour l'Amélioration des Conditions de Travail. Réservé aux adhérents. Programme. Mathilde Bres - bres@comite21.org

Agenda du Comité 21

7/03 à Paris : comité de pilotage de Climate Chance pour la coalition « Gouvernance culti-acteurs »
13/03
à Paris : lancement du Prix Energies Citoyennes d'ENGIE Cofely avec Bettina Laville comme présidente du Jury
15/03 à Amiens : 3ème étape du Tour de France des ODD dans le cadre de la 2ème édition du séminaire régional « Territoires en Transition » porté par le CERDD
15/03 à Beaupréau-en-Mauge : atelier Comité 21 Grand Ouest « L'écologie industrielle et territoriale : de la théorie à la pratique... »
21/03
: atelier Comité 21 Grand Ouest « La Qualité de Vie au Travail (QVT) : par où commencer ? »
22-23/03
à Paris : contribution à l'Université de la prospective « Faire ensemble 2030 » organisée par la Fonda
26/03
à Paris : Conseil d'administration du Comité 21
27/03
à Paris : participation à l'atelier CGDD sur l'élaboration du point d'étape officiel des ODD en France auprès de l'ONU

Le Comité 21 partenaire
6-8 mars à Lille : rencontres nationales de la participation

Les Rencontres nationales de la participation, du 6 au 8 mars à Lille, visent à réunir et à questionner les acteurs de la participation et de la concertation sur leurs pratiques et sur les évolutions qu'ils pressentent pour leurs secteurs. Cette année, les rencontres auront pour thème « l'innovation démocratique au service des territoires »; ce sera l'occasion de réfléchir ensemble à la concertation, la participation citoyenne et le dialogue partie prenante sous plusieurs angles : le terrain « Quelles spécificités pour faire participer ? » ; les dispositifs et méthodes « Comment choisir, mettre en place et faire vivre ces procédés ? » et les thèmes « Quels apports de la concertation dans ces domaines et inversement ? ». Pour en savoir plus

4-5 avril à Porte Maillot : le Comité 21 est à PRODURABLE

Depuis plus de 10 ans, PRODURABLE est comme l'événement professionnel phare dans l'agenda du Développement Durable et de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Organisé sous le haut patronage du Ministère de la Transition écologique et solidaire, soutenu par les principaux réseaux professionnels, la 11ème édition aura lieu les 4 & 5 avril 2018 au Palais des Congrès de Paris, avec le fil conducteur « Primum Non Nocere » (en premier lieu, ne pas nuire...). Le secteur à l'honneur : Agro-alimentaire. Juste rémunération, alimentation saine, traçabilité et sécurité, mais aussi chasse au gaspillage, biosolutions, et bien-être animal, tous ces enjeux se croisent et ne fon qu'un : il s'agit de renouer la confiance au coeur de la chaîne. Près de 5 000 professionnels assisteront aux 90 plénières, tables rondes, keynotes et ateliers. Le 5 avril, à 16h30, le Comité 21 organise une table-ronde sur la « Responsabilité sociétale climatique des entreprises : où en sommes-nous deux ans après la COP21 ? » avec Cécile Renouard, professeur de philosophie au Centre Sèvres, et professeur à l'Ecole des Mines de Paris, à l'ESSEC et à Sciences Po, Jonathan Guyot, responsable développement Solidarité Climatiquet, Antoine Doussaint, directeur adjoint RSE du Groupe La Poste, et Gérald Maradan, directeur général d'Ecoact. Le Comité 21 a le plaisir d'offrir une invitation pour le salon à ses adhérents. Programme - Pour en savoir plus. Christine delhaye - delhaye@comite21.org

Appel à projet
Semaine européenne du développement durable (SEDD) 2018 : participez dès à présent !

La semaine européenne du développement durable (SEDD) fête son 4ème anniversaire, du 30 mai au 5 juin 2018. L'année dernière, 4 031 événements ont été enregistrés couvrant 30 pays européens et attirant environ 360 000 participants !. La SEDD se concentrera à nouveau sur les événements et les activités liés aux Objectifs de développement durable (ODD) dans le but de mieux sensibiliser et soutenir ces objectifs. L'accent sera mis sur les ODD qui seront couverts par le Forum politique de haut niveau des Nations Unies (HLPF) 2018, qui aura lieu du 9 au 18 juillet 2018 à New York. Le thème du FPHN de cette année est «Transformation vers des sociétés durables et résilientes » et portera sur les ODD suivants : 6, Eau & Assainissement ; 7 Energies propres ; 11 Villes et Communautés durables ; 12 Production et consommation responsables ; 15 Biodiversité terrestre ; 17 Partenariats mondiaux. Cependant, des événements peuvent être enregistrés pour tous les ODD ! Pourquoi participer ? Devenir partie d'une initiative à l'échelle européenne ; votre soutien est important dans la mise en oeuvre des ODD à différents niveaux (UE, national, régional et local) ; votre événement, avec tous les autres événements, montre que l'Europe peut faire la différence, etc. En France, le thème porte sur « Villes et Territoires de demain » et toutes les organisations peuvent enregistrer dès maintenant leurs événements sur le site dédié. Pour en savoir plus sur le site européen SEDD

7ème édition du Concours « S’engager pour les quartiers »

L'ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) et la Fondation FACE (Fondation Agir Contre l'Exclusion) ont lancé la 7ème édition du concours « S'engager pour les quartiers ». Ce concours à l'échelle française est destiné aux porteurs d'un projet d'innovation économique, sociale et/ou environnementale dans l'un des nombreux quartiers en rénovation urbaine. Ces projets valorisent les innovations les plus structurantes qui génèrent concrètement de l'innovation sociale, du développement économique et de la cohésion sociale. Ils mettent en lumière les milliers de réussites dans les quartiers et la diversité des fonctions et des types d'habitat, l'ouverture sur le reste de la ville, la qualité des espaces publics, la possibilité pour leurs habitants d'être des citoyens à part entière. Le concours est organisé en partenariat avec le Groupe Actual, le CGET, ENGIE, la Fondation Mutualia Grand Ouest, l'Union Sociale pour l'Habitat, Vinci et la Fondation Ippon, tous parrains d'un prix pour l'engagement. Pour en savoir plus

Appel à projets pour les jeunes « DIGITALENVIRONNEMENT »

Pour sa treizième année consécutive, Entreprises pour l'environnement lance un appel à candidature pour son prix « Jeunes pour l'environnement » sur le thème cette année des relations entre digital et préservation de l'environnement « Digital et environnement, quelles connexions ? ». Les jeunes de moins de 30 ans sont invités à présenter des solutions de services, d'applications, d'objets connectés visant à valoriser l'environnement ou à réduire l'impact écologique. 4 prix seront décernés par les partenaires de cette treizième édition : Total, InVivo, Deloitte et Actu-Environnement. L'appel est ouvert jusqu'au 17 mars 2018. Pour en savoir plus

A lire
Vers un 2ème plan d’adaptation au changement climatique pour la France

Cet ouvrage de l'ONERC rassemble les recommandations issues de la concertation nationale pour un deuxième plan national d'adaptation au changement climatique (PNACC). Celle-ci s'est largement appuyée sur les évaluations du premier PNACC 2011-2015 permettant d'avoir un retour d'expériences d'un cycle complet de politique publique. Cette situation fait de la France un des pays les plus avancés en matière de planification de l'adaptation au changement climatique. La concertation a également bénéficié d'une prise de conscience renforcée, en grande partie grâce à l'Accord de Paris qui met en avant, dans son article 7, la nécessité d'un engagement accru en matière d'adaptation. C'est dans ce contexte international renouvelé et ambitieux que s'est déroulée la concertation nationale pour un nouveau PNACC qui a permis à près de 300 participants d'horizons variés d'élaborer collectivement entre l'été 2016 et l'été 2017 des recommandations visant à renforcer l'adaptation de la France au changement climatique. Ces recommandations ont vocation à alimenter le deuxième PNACC, annoncé dans l'axe 19 du plan climat de la France. 229 pages - A télécharger

Territoires en transition énergétique et sociétale : quel rôle pour les dynamiques collectives en Pays de la Loire ?

La temporalité des décisions et des actions de la communauté internationale est loin d'être à la hauteur des échéances climatiques. Il va donc falloir, sur une génération, négocier en profondeur nos modes de vie. Comment faire émerger des projets locaux portés par des collectifs d'entreprises, d'agriculteurs, d'habitants, en articulation avec des politiques publiques engagées plus particulièrement en Pays de la Loire ? Ouvrage collectif sous la direction de Samuel Aubin, Carine Dartiguepeyrou, Bernard Lemoult. Editions Harmattan - 164 pages - 17 euros. Pour en savoir plus

Eco-dates

5/03 à Paris : conférence « Présentation du référentiel français de gestion forestière FSC adapté à la France métropolitaine» - FSC - en savoir plus
5/03
à Paris : conférence « Métropole d'intelligences » - Métropole du Grand Paris - en savoir plus
6/03
à Paris : conférence « Les assurances en agriculture : quelle gestion des risques pour quel modèle agricole européen ? » - IDDRI - en savoir plus
6-8/03 à Lille : rencontres nationales de la participation - Décider ensemble - en savoir plus
8/03 à Paris : petit déjeuner débat sur l'entrepreneuriat féminin - ORSE - en savoir plus
8/03 à Paris : lancement du guide Reporting RSE/Transposition de la Directive européenne - OREE - en savoir plus
12/03 à Paris : conférence sur la présentation de l'étude de Bpifrance Le Lab sur les PME-ETI et la RSE - Bpifrance - en savoir plus
12/03 à Paris : 16e Forum mondial du développement durable : les bombes démographiques - Passages-ADAPes et France-Amériques - en savoir plus
13/03 à Paris : conférence « Agissons pour la qualité de l'air : comment accompagner les territoires franciliens ? - Arene Ile-de-France - en savoir plus
14/03 à Paris : conférence « Eau : quels défis et quelles solutions pour la ville de demain ? » - Agence Française de Développement - en savoir plus
14/03 à Paris : rencontre nationale du Club des villes et territoires cyclables - Club des villes et territoires cyclables - en savoir plus
14/03 à Paris : conférence « Construction Durable : penser frugal dans un monde high-tech » - ESTP CHD - en savoir plus
15/03 à Paris : conférence « Et si l'Europe décidait de mettre la finance au service du climat? » - collectif Pacte-Fiance Climat - en savoir plus
15/03 à Nantes : dîner-débat « Financer la transition énergétique » - ATEE Ouest - en savoir plus
19/03 à Paris : atelier participatif de débats et de controversesCivic Tech et les transitions - Explo'rables/CGDD - en savoir plus
19/03 à Paris : soirée de lancement du Livre Blanc « Numérique et environnement »- IDDRI, la FING, WWF, Greenit.fr - en savoir plus
20/03 à Paris : 11ème Forum des Achats responsables - ObsAR - en savoir plus
20/03 à Paris : Forum BioRESP « Qui finance la transition bioéconomique? Avec quelles boussoles ? » - en savoir plus
21/03 à Paris : conférence digitale « Les villes connectées, nouvel eldorado ? » - en savoir plus
22/03
à Lille (59) : colloque « agricultures en villes, agricultures et villes » - GRECAT - en savoir plus
22/03
à Amiens (80) : RET « Les boucles locales d'économie Circulaire » - ADEME et la Région Hauts-de-France - en savoir plus
27/03
à Paris la Défense : journée de restitution du projet AdaMont « Vers une approche intégrée de l'adaptation au changement climatique dans les territoires ? » - en savoir plus
29/03
à Paris : forum national des Eco-entreprises 2018 - Pexe et ADEME - en savoir plus

5/03 à Paris : conférence « Présentation du référentiel français de gestion forestière FSC adapté à la France métropolitaine » - FSC - en savoir plus