du 26/11/2013
n°145
Spécial Dialogue parties prenantes
FOCUS
Dialoguer avec ses parties prenantes : un signe de maturité
Le développement durable appelle à la régénération des relations entre les acteurs, à des formats qui favorisent la co-construction de nouveaux modèles de fonctionnement des écosystèmes. Le dialogue avec les parties prenantes est une démarche au long cours qui permet d'instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs, favorisant la mise en perspective d'intérêts divers et d'éventuelles contradictions en jeu. A condition d'être bien mené, il est source d'évolution positive pour l'organisation qui l'initie, et pour les parties prenantes qui les poussent à agir. Le dialogue avec les parties prenantes est ainsi devenu l'un des piliers d'une démarche de Responsabilité Sociétale d'Entreprise (RSE). Il conditionne la légitimité et l'efficacité des stratégies menées, sous réserve qu'il dépasse le simple exercice de communication et d'information.

Depuis de nombreuses années maintenant, les entreprises ont pris conscience qu'elles agissent dans un environnement composé de multiples acteurs qui interagissent avec elles. Il n'est plus concevable qu'elles conçoivent leur stratégie et déploient leurs activités sans s'ouvrir à l'extérieur.

Sur les territoires également, les collectivités ne peuvent plus se contenter d'une dynamique descendante pour construire leur projet territorial. Elles ont un rôle majeur dans le fait de fédérer et intégrer tous les acteurs socio-économiques et sont de plus en plus nombreuses à organiser ce dialogue avec eux et entre eux comme le démontrent les multiples initiatives présentées dans cet Infos 21.

L'organisation socialement responsable s'engage dans une démarche de progrès continu. L'évolution de son mode de gouvernance est centrale en la matière, ainsi que le pilotage de sa stratégie et de ses projets. Ecouter ses parties prenantes et rendre compte auprès d'elles de ses décisions et de ses impacts sont au coeur de cette évolution.

Or, comme le souligne Olivier Berducou dans l'entretien, les démarches de dialogue avec les parties prenantes se multiplient, ce qui est à la fois très positif mais peut aussi avoir des effets pervers : sur-sollicitation des parties prenantes, multiplication des méthodes, risque d'utilisation de la démarche à des fins purement de communication etc. Afin de poser un cadre clair et de mettre autour de la table les différents protagonistes de ce dialogue (entreprises, tiers facilitateurs et parties prenantes), le Comité 21, qui propose et anime des démarches de concertation entre entreprises et parties prenantes depuis près de dix ans, a initié un projet visant à l'élaboration d'un référentiel, co-construit par ces différents acteurs, sur le dialogue parties prenantes. Cet outil qui verra le jour fin 2014, aura vocation à être largement diffusé pour encourager le développement de ces démarches, en veillant à les organiser dans les meilleures conditions pour tous. Ces travaux, cohérents avec le programme de travail de la Plateforme nationale RSE, feront l'objet d'une communication spécifique.

Je terminerai par ces mots d'Edward Bulwer-Lytton (homme politique et romancier britannique) « Le dialogue véritable consiste à s'appuyer sur l'idée de son interlocuteur, non à la démolir ».

Bonne lecture
Catherine Decaux
decaux@comite21.org
Pour en savoir plus sur le Dialogue parties prenantes du Comité 21
Actualités des adhérents
CONCERTATION DES PARTIES PRENANTES DANS L’ENTREPRISE
AFNOR Certification développe un schéma d’évaluation de la concertation
A la demande d'un client qui souhaitait faire intervenir un tiers de confiance dans un projet spécifique, l'AFNOR Certification a construit un outil d'évaluation de la concertation exhaustif et efficace. Un questionnaire évaluatif a été créé portant sur les objectifs et la définition de la concertation, puis sur les modalités de la concertation elle-même, et enfin sur les résultats observés. Des parties prenantes externes à l'entreprise ont été associées par des interviews notamment. Cette évaluation conduit à une note sur 100 qui évalue la maturité du processus de concertation sur un des quatre niveaux. Elle est adaptable en fonction de l'étape à laquelle elle est menée : pendant le projet, en amont (ex-ante), ou à la fin de celui-ci (ex-post). La principale difficulté a été d'inclure des critères de résultats dans ce schéma, c'est-à-dire de mesurer la pertinence, l'efficacité, l'efficience, la cohérence et l'impact de la concertation sur le projet ; c'est particulièrement vrai pour l'évaluation ex-ante. L'AFNOR Certification s'est également appuyée, entre autre, sur le guide FD X30-031 « Gouvernance et responsabilité sociétale - ISO 26000 ». Il donne des précisions sur le thème central de gouvernance de l'ISO 26000, qui aborde largement la question de l'organisation du dialogue avec les parties prenantes autour de trois étapes : identifier les parties prenantes prioritaires, comprendre leurs intérêts, et intégrer ces intérêts dans les décisions.
Magali Tralan - magalie.tralan@afnor.org
EDF : des panels indépendants pour capter des signaux et challenger les pré-établis
Pour EDF, le dialogue avec ses parties prenantes est une priorité et peut contribuer largement à la performance et à la réussite de projets. Depuis une dizaine d'années, l'entreprise a instauré un espace de dialogue organisé, le « Sustainable development group panel », qui rassemble des personnalités internationales et indépendantes, spécialistes d'économie de l'énergie, du climat, etc. ou représentants des intérêts de la société civile. Il a la double responsabilité de fournir une appréciation critique des engagements d'EDF en matière de développement durable et de leur mise en oeuvre mais aussi d'apporter aux dirigeants du Groupe d'autres points de vue pour stimuler l'innovation. Ce panel, tout comme son homologue au périmètre France, le Conseil développement durable, se réunit deux fois par an et dialogue sur des thèmes précis comme la stratégie CO2 du groupe, le stockage des déchets nucléaires, les ambitions sur les énergies renouvelables, ou encore la lutte contre la précarité énergétique. Le choix des sujets de réflexion est établi en commun ; les membres de ces panels sont associés à la préparation des dossiers travaillés en séance. L'avis du panel développement durable est par ailleurs rendu public in extenso chaque année. Pour en savoir plus - Jean-Christophe Mollaret - jean-christophe.mollaret@edf.fr
La Poste mobilise 150 000 collaborateurs pour la construction du nouveau plan stratégique
Une des ambitions de la stratégie de Responsabilité sociale et environnementale (RSE) du groupe La Poste est d'être un acteur investi avec ses parties prenantes externes dans une performance durable partagée. De par sa taille, 266 000 salariés, et par son maillage territorial, 17 000 points de contacts, le groupe La Poste ne peut pas se passer de l'avis, des idées, des opinions de ses parties prenantes et ce, à tous les niveaux de l'entreprise. Au niveau national, La poste a décidé il y a plus d'un an d'impliquer ses principales parties prenantes dans la conception du nouveau plan stratégique 2013/2018. Pour la première fois, ce sont près de 24 000 ateliers qui ont été organisés partout en France. En moins de 100 jours, plus de 150 000 postiers ont proposé près de 46 000 idées pour contribuer à bâtir les grandes orientations stratégiques du groupe La Poste pour les cinq années à venir. Les élus et les associations de consommateurs ont, eux aussi, été consultés lors de tables rondes. Riche de ces travaux et de ces échanges, le nouveau plan stratégique sera dévoilé au premier trimestre 2014. Pierre-Olivier Bernière - pierre-olivier.berniere@laposte.fr
Sanofi concerte ses parties prenantes
En 2012, Sanofi s'est engagé dans un processus de dialogue avec ses parties prenantes françaises sous la forme d'un Comité de parties prenantes. L'objectif est d'être à l'écoute des attentes et de répondre aux interrogations de ces parties prenantes, de débattre avec elles autour d'enjeux qu'elles estiment être importants en termes de RSE et enfin de s'engager avec elles dans une démarche de co-construction pour aboutir à des actions concrètes. Le Comité de parties prenantes est composé de personnalités françaises émanant de domaines divers (ONG humanitaires et environnementales, associations de patients, acteurs institutionnels et politiques, professionnels de la santé, universitaires des sciences humaines, représentants de la sphère économique et financière, fonds d'investissement socialement responsable (ISR), syndicats, philosophes, sociologues, etc.). Sanofi est représenté par des collaborateurs issus des différentes activités et métiers de l'entreprise (R&D, Affaires industrielles, Finance, Affaires publiques, Affaires médicales, Ressources humaines, RSE, etc.). Le Comité se réunit deux fois par an. Chaque réunion est animée par un tiers facilitateur neutre spécialisé dans la conduite de concertations, le Comité 21, et fait l'objet d'une synthèse publique consultable sur ce site. Des thématiques telles que l'ancrage territorial de Sanofi en France, l'accès aux soins, les liens d'intérêt avec les politiques et les professionnels de Santé ou encore les ruptures d'approvisionnement ont fait l'objet de débats. Afin d'aller plus loin dans la réflexion et passer au mode concret, le Comité de parties prenantes France de Sanofi a travaillé également en 2013 en format resserré sous la forme d'ateliers thématiques donnant lieu par exemple à des avis et recommandations très concrets proposés à l'entreprise par les parties prenantes. Agnès Gougeon-Chamayou - agnes.gougeon-chamayou@sanofi.com
FIR : quand les investisseurs responsables ouvrent le dialogue !
Le Forum pour l'Investissement Responsable (FIR) pilote depuis 2010 une plateforme de dialogue avec les entreprises, intitulée CorDial pour « Corporate Dialogue », dans le cadre de sa commission relation avec les émetteurs, présidée désormais par Xavier Desmadryl en charge de la recherche ESG (environnement-social-gouvernance) chez HSBC GAM. Concrètement les membres du FIR (investisseurs, gestionnaires d'actifs agences de notation extra-financière, courtiers), organisés en binôme, vont rencontrer et interroger des entreprises sur une thématique choisie collégialement. L'objectif de CorDial est d'amener les entreprises à s'interroger sur leurs pratiques et à les faire évoluer. Les trois premières campagnes menées dans le cadre de CorDial étaient axées sur le rôle des assemblées générales d'entreprises, sur les politiques RH et sur le management, et le reporting des risques environnementaux. Pour en savoir plus. Grégoire Couste - gregoire.couste@frenchsif.org
FNE s’engage dans le dialogue parties prenantes
Le déploiement d'une démarche RSE au sein de l'entreprise incite actuellement de plus en plus les entreprises à dialoguer avec leurs parties prenantes. Il en va de leur intérêt (dans un contexte de défiance croissante envers le pouvoir économique) et de l'intérêt de la collectivité. France Nature Environnement encourage les entreprises à s'ouvrir ainsi à des acteurs de la société civile dans leur démarche de réduction et de prévention des externalités négatives de leur activité. Il est important de promouvoir une troisième voie à la confrontation et au partenariat, modes qui émaillent traditionnellement les relations entre organisations de la société civile et entreprises. Pour y parvenir, il paraît essentiel d'édicter des règles claires et surtout de promouvoir la transparence. FNE souhaite s'engager à dialoguer avec des entreprises qui créent un lien de confiance, un lien qui se construit dans la durée et avec une gestion transparente du dialogue entre les acteurs concernés. Rita Fahd - ritafahd@yahoo.fr
L’Institut RSE management, tiers expert pour le dialogue de Gecina avec ses parties prenantes
Sept experts français des questions d'immobilier et d'urbanisme durable ont participé, le 1er octobre 2013, à la première réunion de dialogue de Gecina avec ses parties prenantes. Le principal message de conclusion adressé à la foncière est de dépasser un état de reporting jugé complet et satisfaisant, bien incarné dans le suivi qui est fait des performances durables de chaque bâtiment, pour développer une démarche plus globalisante : la recherche, par l'innovation dans l'offre et la collaboration avec les autres acteurs concernés, d'un modèle économique dépassant la logique m² loués pour développer la notion de services rendus (services liés au bon usage des surfaces partagées). Cette réunion a été conduite selon une méthodologie de dialogue parties prenantes pilotée et suivie par un tiers expert, l'Institut RSE management, qui a veillé à ce que les choix d'experts concernés, la préparation sur le fond, le déroulement ouvert et la restitution répondent toujours aux exigences d'indépendance des participants et de construction d'un dialogue authentique, sans exclusion de sujets et attaché à faire avancer une vision durable d'intérêt collectif. Pour en savoir plus sur la démarche RSE de Gecina - Pour en savoir plus sur l'Institut RSE management - Charlotte Barbe - cb@institutrse.com
Critical Friends International, le centre de ressources de référence sur le dialogue avec les parties prenantes
Co-élaboré par Rever, Uniethos et Utopies avec le soutien financier et la participation de 11 partenaires (notamment en France : Total, Schneider Electric, Danone et Egis), Critical Friends International (www.criticalfriendsinternational.com) est une plateforme de ressources en ligne consacrée aux pratiques de dialogue avec les parties prenantes dans les entreprises. Des plus traditionnelles aux plus innovantes, les différentes formes de dialogue y sont présentées, analysées et illustrées par des études de cas. Ce projet s'inscrit dans le prolongement de « Critical Friends », un rapport produit en 2007 par Utopies (avec AccountAbility) sur les panels de parties prenantes. Depuis lors, les entreprises ont continué partout dans le monde à recourir à de tels comités consultatifs externes et ont en parallèle développé leurs relations avec les parties prenantes. Six tendances émergentes ressortent plus particulièrement : les panels internationaux, le dialogue avec les parties prenantes locales, les partenariats opérationnels avec des ONG, la co-innovation, le co-lobbying et enfin la gouvernance intégrant les parties prenantes. La phase 2.0 du projet, qui s'amorce actuellement, vise à rendre cette plateforme plus mondiale, collaborative et pédagogique, avec de nouveaux développements et contenus prévus pour 2014. Patricia Cortijo - cortijo@utopies.com
DIALOGUE PARTIES PRENANTES A L’ECHELLE D’UN TERRITOIRE
L’Auvergne lance une charte de la concertation
En 2013, le Conseil régional de l'Auvergne a souhaité évaluer son fonctionnement, ses politiques publiques et, plus largement, le rayonnement du territoire régional en matière de développement durable. Elle a ainsi fait le choix de se soumettre à un processus de notation extra-financière. A l'issue de celui-ci, une note de 70,4 sur 100, soit l'équivalent d'un A+, a été attribuée à la collectivité. Parallèlement, un plan de 41 préconisations va permettre à la région Auvergne d'optimiser ses pratiques et d'améliorer sa performance à long terme en matière de développement durable. La préconisation numéro 8 propose ainsi de « structurer et déployer une méthodologie participative reproductible aux différentes politiques et schémas régionaux. La formalisation d'une charte de la concertation pourrait être une première étape ». En s'engageant dans une démarche de concertation, la région Auvergne souhaite réfléchir aux moyens de repenser et d'améliorer la démocratie participative sur son territoire. Il s'agit de développer tous les projets régionaux, de manière partagée, en associant l'ensemble des acteurs concernés (agents, élus, partenaires, citoyens) et de redynamiser le processus de participation des Auvergnats aux politiques régionales (consultation, information, évaluation). Ainsi, par la rédaction et la mise en oeuvre d'une Charte de la Concertation, la région Auvergne s'assure que le processus de concertation régional soit identique quel que soit le sujet ou la politique en question. Sandrine Theillard - s.theillard@cr-auvergne.fr
L’Agenda 21 de la Franche-Comté évalué par un comité participatif
La région Franche-Comté a mis en place une évaluation participative de la démarche Agenda 21 sous la forme d'un comité évaluatif. Il se compose de cinq conseillers régionaux, cinq membres du CESER (Conseil économique, social et environnemental régional), cinq experts et quinze citoyens volontaires. Leur sélection s'est faite par un appel à candidature, selon des critères géographiques (en fonction de leur département) et de parité. Il a pour objectif de produire une évaluation indépendante qui doit permettre d'enrichir la réflexion du Conseil régional pour son Agenda 21 deuxième génération 2013-2015. Le Comité évaluatif s'est donc réuni à cinq reprises en 18 mois, afin de produire un rapport d'étape, qui préconise entre autres : une vision plus globale et prospective, le changement de l'existant, la mise en cohérence des politiques territoriales entre-elles, et la vision de l'Agenda 21 comme processus d'amélioration continue et non comme un programme d'action supplémentaire. Autant de préconisations qui construiront l'Agenda 21 2ème génération de la Franche-Comté. Pour en savoir plus - Sylvie Delorme - sylvie.delorme@franche-comte.fr
Les Ecociliens : la démarche participative de la région Ile-de-France
Afin d'assurer sa conversion écologique et sociale, la région Ile-de-France a mis en place Les Ecociliens. Véritables États généraux qui ont réuni experts, entrepreneurs, élus, associations et citoyens et qui avaient pour objectif de faire émerger des propositions autour de trois axes : réduire l'empreinte écologique, rechercher un développement à haute qualité sociale, et diminuer les inégalités. 20 mois de concertation, 100 experts et 300 acteurs territoriaux ont permis de définir près de 100 propositions concrètes en 2011-2012. En 2013, c'est la mise en oeuvre progressive des préconisations qui est à l'ordre du jour. Plusieurs d'entre elles sont d'ores et déjà prises en compte par le Conseil régional, avec par exemple, des actions pour la filière agricole ou les dispositifs d'aides aux entreprises locales. Les franciliens ont été mobilisés grâce, entre autres, à la mise en ligne d'un site internet participatif : www.ecociliens.fr. Pour en savoir plus - Guillaume Cantillon - guillaume.cantillon@iledefrance.fr
Le Nord-Pas de Calais et RCT développent une culture de débat
La région Nord-Pas de Calais a récemment créé l'Instance régionale de débat public (IRDP) afin d'affirmer une ambition politique régionale et établir des règles en matière de débat public. Elle s'est fixée comme objectif prioritaire de développer une culture du débat public parmi les citoyens et les parties prenantes. Le premier débat organisé par l'IRDP doit permettre au Pays de Saint-Omer de définir et préciser sa stratégie numérique afin de comprendre comment utiliser au mieux les nouvelles technologies pour un territoire numérique durable. RCT accompagne ce projet en étroite collaboration avec l'Agence d'urbanisme et de développement du Pays de Saint-Omer en mettant en place plusieurs formes de débats destinés à des publics variés : rencontres spontanées avec les habitants, groupe de créativité avec des volontaires, journée d'information des élus, grand forum numérique, etc. Pour en savoir plus - Caroline Bataillon - c.bataillon@rct-territoires.com
La Région interroge ses citoyens : Vivre bien en Rhône-Alpes
La région Rhône-Alpes a fait appel à un panel de citoyens, représentatifs de la diversité rhônalpine. Ainsi, 50 citoyens tirés au sort et composés d'un panel d'origines sociales et territoriales diverses ont travaillé à la production d'un avis citoyen informé et argumenté sur la question « Vivre bien en Rhône-Alpes, comment définiriez-vous cette notion ? ». Ce travail collectif a été accompagné par une équipe d'animateur et alimenté par des échanges avec des grands témoins et des parties prenantes. Ces échanges leur ont permis de mettre en avant la maxime suivante : « Vivre c'est bien, vivre bien c'est mieux. » sous entendant que le préalable indispensable repose sur la satisfaction des besoins vitaux. Les Rhônalpins aspirent à vivre dans un système qui leur permet d'être acteur et d'avoir le choix, qui les invite à une participation citoyenne réelle et qui développe une économie plus solidaire. Trois thèmes prioritaires ont donc été retenus : « Activités et travail », « Territoire et nature » et « Lien social et engagement ». Pour en savoir plus - Myriam Poitau - mpoitau@rhonealpes.fr
Pour une participation citoyenne : la démarche du Vivre ensemble du département de l’Allier
Le Conseil général de l'Allier accorde une grande importance à la participation citoyenne. Différentes démarches sont mises en oeuvre dont les rendez-vous de l'Allier qui ont invité, d'octobre à novembre, les habitants à discuter autour d'ateliers participatifs sur des thèmes (habiter, produire et vivre ensemble). Un temps sera consacré à une restitution publique le 5 décembre 2013. Les contributions viendront nourrir le projet stratégique départemental « la démarche du Vivre-ensemble » avec un comité départemental et des comités locaux qui regroupent élus, habitants, associations et qui réalisent des actions. Un des comités a organisé la caravane du Vivre-ensemble pour consommer et produire autrement en 2013. Enfin, un comité départemental du développement durable invite la société civile à prendre part à la démarche d'Agenda 21 de la collectivité. Pour en savoir plus - Emilie Mauroy - mauroy.e@cg03.fr
Le Conseil général de la Gironde lance un débat citoyen élargi à tous les Girondins
Le Conseil général de la Gironde lance un débat citoyen élargi à tous les girondins lors d'une tournée sur le territoire à la rencontre des habitants, et sur un site internet dédié animé par une équipe d'animation indépendante du Département. Le site internet suit la tournée terrain en mettant en ligne des vidéos, interviews, cartes et documents permettant aux girondins de réagir dans une rubrique « S'exprimer ». Cette rubrique recense les réponses des habitants du territoire aux questions posées par le Département ou les habitants eux-mêmes : « En 2033, comment allons-nous nous déplacer ? », « En 2033, comment dépenser moins ? » ou encore « En 2033, pour quelles raisons serons-nous fiers d'être girondins ? ». Pour guider les citoyens dans leur réflexion, des ressources pédagogiques leur sont proposées. L'analyse et la synthèse des différentes visions élaborées par les girondins seront proposées lors de six réunions en avril 2014. www.33tours.fr - Julie Chabaud - j.chabaud@cg33.fr
La participation citoyenne, le défi du Grand Nancy
Le Grand Nancy, engagé dans une démarche d'exemplarité et de responsabilité, s'attache à développer la participation citoyenne et à renforcer le dialogue avec ses habitants. L'enjeu est double : améliorer la compréhension de ce qu'est une agglomération durable et faire partager le sens de l'action communautaire. Favorisant une nouvelle manière de conduire l'action publique, l'introduction de la participation au sein des politiques publiques permet de mieux les articuler entre-elles et d'évaluer leur pertinence au regard des besoins réels des citoyens. Ainsi, le Conseil de développement durable et le Conseil de la vie étudiante sont de véritables laboratoires d'idées au service de la collectivité. Le territoire a également été divisé en « pôles attractifs » qui appellent une large concertation pour réussir leur transition. Se déployant sur plusieurs communes, ces territoires stratégiques organisent des ateliers thématiques avec leurs parties prenantes. Pour en savoir plus - Ludovic Entemeyer - ludovic.entemeyer@grand-nancy.org
Besançon organise une concertation sur la réforme des rythmes scolaires
La ville de Besançon a décidé d'anticiper les conséquences d'une réforme des rythmes scolaires qui concerne de nombreux acteurs à l'échelle d'une commune que ce soit les familles, les enseignants du premier degré, les associations ou les agents territoriaux travaillant dans les écoles (ATSEM, agents d'entretien, animateur, etc.). Afin de prendre le temps de la concertation, la ville a choisi d'appliquer la réforme à partir de la rentrée 2014. Au cours du premier semestre 2013, des rencontres individuelles avec les membres de la communauté éducative, un questionnaire aux familles sur le schéma horaire, des groupes de travail avec les directeurs d'école, les agents et les associations ont été initiés. Ces concertations ont permis à la Ville d'établir ses premiers choix sur l'organisation horaire qu'elle souhaite mettre en place à la rentrée 2014. A l'heure actuelle, la concertation se poursuit pour affiner la construction de l'offre périscolaire et élaborer un projet éducatif de territoire ambitieux. Rokaya Toubale - rokaya.toubale@besancon.fr
Carquefou : un Forum Ouvert pour la participation des habitants à la conception de nouveaux projets
La ville de Carquefou a inscrit dans la fiche 20 de son Agenda 21 une action spécifique sur la proximité et la concertation avec les acteurs du territoire. L'objectif est de mobiliser les habitants sur des projets contribuant au bon développement durable de la Ville. Ils ont été invités à participer à un Forum Ouvert, afin d'échanger sur l'avenir de l'éco-site des Renaudières. La méthode du Forum Ouvert permet d'organiser des discussions et débats entre participants (habitants, associations et entreprises) qui peuvent exprimer leurs attentes sur le projet. Le Forum a permis d'aborder de nombreuses thématiques, telles que la biodiversité, le tourisme, l'éducation à l'environnement et au développement durable, le lien social au sein du quartier... L'ensemble des sujets explorés par les participants s'est concrétisé par des propositions d'aménagements, d'organisation et d'activités. Certaines de ces propositions seront reprises dans le programme d'aménagement. Le Forum Ouvert est un travail convivial de concertation pour élaborer un projet par tous et pour tous. Annabelle Duval - a.duval@mairie-carquefou.fr - Invitation au forum ouvert
Colombes organise une concertation citoyenne pour la piétonisation du centre ville
La ville de Colombes dans le cadre du projet de piétonisation de son centre ville (rue Saint Denis) a mis en place une large concertation avec les riverains, les commerçants et les conseils de quartier tout au long de l'élaboration du projet (2011-2012). Réunions de présentation du pré-projet, recueil des questionnements, enquêtes auprès de l'ensemble des commerçants concernés et sondage téléphonique sont autant d'outils utilisés. Des groupes de travail ont également été organisés avec la population (riverains et commerçants) afin de faire évoluer les différents aspects du projet (modalités d'accès, horaires....). En terme de communication et d'information, de 2011 à 2013, différents articles dans le journal municipal, sur le site Internet de la Ville, ainsi que la tenue de stands lors de manifestations (Fête de la Cerise / Forum des Entreprises) ont permis d'informer les habitants sur le projet. Des brochures ont également été distribuées et des panneaux d'exposition installés en centre ville. Actuellement, des ambassadeurs circulent dans la rue et informent les passants sur le fonctionnement de l'aire piétonne. Pauline Leguern - pauline.leguern@mairie-colombes.fr
Le Havre : des parties prenantes engagées sur le terrain pour le devenir du quartier Danton
La ville du Havre se lance en 2012 dans un processus de co-construction afin d'élaborer un projet partagé de restructuration du site de l'ancienne maison d'arrêt et de ses abords situé dans le quartier Danton, et créer un véritable quartier de centre-ville. Cette démarche de concertation rassemble des habitants du quartier, et plus généralement les Havrais et toutes les personnes intéressées dans le cadre de réunions publiques et d'ateliers. Ces réunions sont organisées notamment à La Fabrique, un espace situé sur cette même place principalement, créé pour la concertation et où l'on trouve toute l'actualité sur l'avancement du projet. Accompagnés par une équipe spécialisée, à partir de règles du jeu et d'objectifs, les participants ont élaboré, lors de la première étape en 2012, les grandes lignes d'un schéma d'aménagement. Aujourd'hui, la concertation Danton entre dans une seconde étape afin d'aborder de manière concrète les futurs aménagements. Il s'agit d'une part de concrétiser quelques premières propositions pour commencer à transformer le quartier sans attendre les aménagements définitifs. Pendant ce temps, une maitrise d'oeuvre urbaine affine le projet d'ensemble ainsi défini et qui sera présenté aux parties prenantes en février 2014. Isabelle Maze-dit-Mieusement - isabelle.mazeditmieusement@lehavre.fr
Altamire au service des parties prenantes entreprises et collectivités
Altamire, cabinet ligérien spécialisé dans la consultation et les études des attentes des acteurs clés des entreprises et des collectivités, a élaboré de nombreux outils méthodologiques pour accompagner ses clients (notamment des enquêtes, des groupes de travail avec les parties prenantes, des chartes de participation, ou encore un observatoire des pratiques). Par exemple, la ville de Changé (Mayenne) a récemment missionné Altamire pour réaliser une évaluation complète de sa démarche de développement durable et préconiser les axes de son prochain Agenda 21. Grâce à une enquête auprès des habitants, des agents, des interviews d'élus et de parties prenantes, une démarche de mobilisation des parties prenantes s'est engagée. Cette évaluation participative contribue à la mise en place optimale du prochain Agenda 21 de la ville de Changé. Florence Brunet - fbrunet@altamire.com
INFORMATION - FORMATION AU DIALOGUE PARTIES PRENANTES
Formation de Décider ensemble : Concertation, développer la culture du regard croisé
Décider ensemble organise une nouvelle formation sur le thème « Concertation : développer la culture du regard croisé », le 17 décembre 2013 (de 9h00 à 17h30 - 30 rue des favorites, 75015 Paris). La concertation est une science sociale en devenir. Il n'existe pas une méthode clés en main adaptable à tout type de projet et à tout type de territoire. En effet, chaque maître d'ouvrage, chaque projet, et surtout chaque territoire est différent de par sa géographie, son histoire, sa configuration politique locale... Mais une concertation bien menée peut permettre de limiter les aléas et au final, sur l'ensemble d'un projet, permet des gains de temps tout en favorisant la légitimité des décisions. Ces formations Décider ensemble sont destinées aux acteurs de l'entreprise, des collectivités locales... susceptibles d'être confrontés aux questions de concertation et de débat public. L'objectif est d'offrir un regard nouveau sur les relations entre les parties prenantes. Pour en savoir sur cette formation - inscription est obligatoire via le formulaire d'inscription. Luc Picot - l.picot@deciderensemble.com
Fondation Nicolas Hulot : un guide pour agir en faveur de la démocratie participative
L'objectif du guide de la Fondation Nicolas Hulot est de s'interroger sur le rôle de la démocratie participative dans la transition écologique. L'humanité se trouve à un moment clé de son histoire : celui de la transition vers une société qui tend à la recherche de l'épanouissement humain en respectant les limites de la biosphère. Il semble qu'à travers les phénomènes de réchauffement climatique, d'épuisement de nos ressources et de désertification, l'impasse de notre modèle de société est désormais bien établie, et la démocratie participative semble être un moyen efficace pour parvenir à la refonte de notre système démocratique. Construit sous la forme d'un guide pratique et sur la base d'entretiens, ce guide décrit quatorze outils de démocratie participative, illustrés par des exemples de mise en pratique et accompagnés de témoignages. Forum ouvert, world café, sondage collaboratif, initiative citoyenne européenne... Autant d'outils et d'expériences dont la démultiplication sera la clé pour ouvrir les chemins de cette transition. Téléchargez le guide - Charline Diot-Labuset - c.diot-labuset@fnh.org
Comment se former au dialogue avec les parties prenantes à l’Université de Nantes ?
L'Université de Nantes a mis en place une formation en alternance en 18 mois sur « le développement durable appliqué ». Elle s'adresse aux professionnels en entreprise, collectivité ou association, aux élus et aux demandeurs d'emplois. La formation s'articule autour de sept parcours-métiers : développement durable appliqué aux organismes de formation ; aménagement durable des territoires ; tourisme, culture, conduite de projets durables et Agenda21 ; politique de la ville et habitat social. La pierre angulaire de la formation est « l'atelier des pratiques », dispositif pédagogique de 30 heures pendant lesquelles les stagiaires des différents parcours sont mélangés, pour échanger sur leurs projets, leurs missions, leurs pratiques. A travers ces rencontres, les stagiaires des différentes filières pratiquent le dialogue multi-acteurs et trans-sectoriels. Le retour des stagiaires est unanime : ces ateliers apportent plus que n'importe quel cours théorique sur une hypothétique méthode pour apprendre à dialoguer ! Pour en savoir plus - Isabelle Galesne - isabelle.galesne@univ-nantes.fr
Agenda du Comité 21
 
03/12 à Rezé : organisation d'un World café sur l'implication des parties prenantes dans les Agenda 21
04/12
à Villepinte : organisation d'une visite à la carte du salon Pollutec
04/12
: intervention à France Business school auprès d'étudiants québécois sur un panorama des démarches de développement durable dans les collectivités locales françaises
6/12 à Lille : participation au Comité d'orientation du CERDD
10/12
à Nantes : 2ème atelier du groupe d'accompagnement collectif Agenda 21 associatif de la délégation Pays de la Loire
10/12
à Paris : participation à la réunion plénière du Collectif français pour l'éducation à l'environnement vers un développement durable-CFEEDD
12/12
à Paris : journée de formation à l'animation pour l'équipe du Comité 21 avec Les enjeux et les hommes
12/12
à Bordeaux : intervention en ouverture au 10ème anniversaire des Rencontres interdépartementales du développement durable organisées par le Conseil général de Gironde
17/12
à Agen : animation d'un World café sur l'évaluation au Conseil général de Lot-et-Garonne
18/12
à Paris : rencontre-débat Comité 21 dans le cadre de ses travaux de prospective sur « L'apport des démarches développement durable à l'attractivité et à la prospérité des territoires »
Appel à participation
 
Nouvelle édition du prix EpE – Metronews « Climat-énergie : quelle action pour votre commune ? »
Pour la neuvième année consécutive, l'association EpE (Entreprises pour l'Environnement) organise avec Metronews un concours destiné aux moins de 30 ans. Sur le thème : « Climat-énergie : quelle action pour votre commune ? », les candidats devront présenter une proposition pertinente et originale pour contribuer à l'échelle des communes à la réduction des gaz à effet de serre. Dans un contexte d'élections municipales qui renouvèlent les équipes et les programmes, les candidats doivent imaginer pour la commune de leur choix des solutions concrètes et la manière de les mettre en oeuvre. EDF, la Caisse des Dépôts et Primagaz soutiennent le concours et remettront aux trois lauréats respectivement 5 000 €, 3 000 € et 2 000 €. Pour participer au concours
A lire
 
Propriétaire ou artiste ? Manifeste pour une écologie de l’être Gilles Berhault
Gilles Berhault, président du Comité 21 et auteur de ce Manifeste, prône une révolution culturelle. Ainsi ce livre se propose d'exposer comment l'homme peut faire évoluer son rôle vers celui d'un « artiste » du monde qui l'entoure. En considérant Rio comme la fin d'une époque et le début d'une autre, l'auteur décrit la naissance du développement durable, une démarche globale pour les hommes et leur territoire qui allie protection de l'environnement et développement. 143 pages. Les éditions de l'Aube - Commander l'ouvrage
Le Capital Vert, une nouvelle perspective de croissance
Ce livre marque une rupture avec la pensée économique traditionnelle en posant la question du prix de la nature. Il met en avant la problématique de la valorisation du capital naturel pour construire un autre rapport de l'homme à son environnement qui s'oppose à la vision traditionnelle de considérer la nature pour les ressources qu'elle a à offrir et dont la déplétion menace la croissance. A cette vision fondée sur la rareté, Christian de Perthuis et Pierre-André Jouvet opposent la notion de fonction régulatrice : les services que rend la nature, qu'il s'agisse de la stabilité du climat ou de la biodiversité, ne peuvent rester gratuits si on veut maintenir la possibilité d'une croissance. Les auteurs explorent les possibilités de transition énergétique d'un oeil neuf à travers les exemples d'expérimentations déjà existants en matière de climat et de biodiversité. 288 pages - Editionsodile Jacob. Commander l'ouvrage
Eco-dates
 
3-6/12 à Paris Nord- Villepinte : salon Pollutec - Reed expositions - en savoir plus
4/12
à Marseille : table ronde de l'OCDE des maires et des ministres « Des villes meilleures pour une vie meilleure - ville de Marseille et le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur - en savoir plus
4/12 à Caen : 6èmes Assises régionales du développement durable de Basse-Normandie - Région Basse-Normandie - en savoir plus
4/12 à Paris : colloque sur « Transition & Développement Durable, mobiliser les compétences collectives » - Compétence 21 - en savoir plus
5/12
à Paris : rencontre-débat sur la conservation de la biodiversité et la RSE - Fondation Nicolas Hulot - en savoir plus
5/12
à Paris : 8ème éditions du Dreamstorming solidaire - Groupe SOS - en savoir plus
6/12
à Dijon : conférence, tables rondes et ateliers « Où sont les richesses? Pour une économie ancrée dans la société et dans la nature » - en savoir plus
5-6/12
à Poitiers : symposium « Quels futurs pour la recherche associative en Education à l'environnement et au développement durable? » - Ifrée - symposium@ifree.asso.fr
9/12 à Strasbourg : conférence de clôture de l'année européenne de l'air - ATMO - en savoir plus
9-10
/12 à Paris : colloque « Penser la ville universitaire de demain » - AVUF - www.colloques-avuf.com
10/12
à La Rochelle : 25e forum de la communication publique: « Que réserve le numérique pour la communication publique de demain? » - en savoir plus
12-13/12
à Bordeaux : 10èmes rencontres interdépartementales du développement durable - Conseil général de Gironde - en savoir plus
13/12
à Lille : colloque « Intégrer la biodiversité dans la stratégie des entreprises et des territoires » - AFIE - en savoir plus
19/12
à Paris : table ronde-débat sur le thème « Du reporting financier et extra-financier au rapport intégré : une dynamique vers la Performance Responsable » - Inscriptions
19/12
à Nantes : conférence-débat « La nouvelle avant-garde : vers un changement de culture pour entrer en transition » avec Carine Dartiguepayrou, prospectiviste, sur les questions de prospective sociétale - Collège des transitions sociétales, en partenariat avec la Chaire développement humain durable et territoires - inscriptions
3 questions à ...
Olivier Berducou, responsable confédéral RSE à la Confédération française démocratique du travail - CFDT
Pourquoi en tant que partie prenante acceptez-vous - ou non- de participer à des démarches de concertation d'entreprise ? Que pensez vous que la CFDT puisse apporter à ce genre de démarche ?

Pour la CFDT, la démarche RSE doit avant tout se structurer autour du dialogue avec les parties prenantes. Si le dialogue social en est une des facettes structurantes et fondamentales, il n'en demeure pas moins que de nouvelles formes de dialogue doivent émerger pour permettre une confrontation plus large. Le débat contradictoire autour des intérêts du plus grand nombre doit permettre à l'entreprise de mieux appréhender ses externalités, et quand elles sont négatives, soit de les éviter, soit de les compenser. La difficulté devient pour nous le nombre de demande de participations. Nous ne pouvons répondre à toutes les demandes au niveau de la Confédération. A terme, cela posera la question des moyens pour que les parties prenantes puissent investir ces lieux. L'histoire de la CFDT prouve que nous portons de longue date l'idée du dialogue, des échanges et la construction de compromis. Dans ce nouveau type de démarche, il faut savoir s'affranchir du format classique de dialogue social tout en conservant une posture d'acteur de progrès. En cela, la CFDT peut apporter beaucoup, d'autant plus que sur la RSE et le développement durable, notre doctrine est le fruit d'une réflexion longue et suivie depuis plus de 40 ans.

Avez-vous constaté des progrès ou des avancées quand une entreprise s'engage dans ce type de démarche ? Quels enseignements en tant que partie prenante externe peut-on en retirer ?

Dans la posture des entreprises et de leurs représentants, il est certain que nous avons constaté des évolutions. Dans un premier temps, les entreprises qui engagent ces demandes le font avec prudence et même parfois des craintes. Le rôle d'expert/intermédiaire du Comité 21 est moteur pour lever ces craintes. En quelques réunions, on constate rapidement dans l'échange que les entreprises comprennent combien elles peuvent tirer profit de ces rencontres pour enrichir leur réflexion sur leur politique RSE. Pour la CFDT, il est très important d'être acteur de ces concertations pour nous enrichir des points de vue de chacun, mais aussi pour faire passer nos idées. Un des enseignements importants que nous tirons de ces expériences est la nécessaire montée en compétences de tous les acteurs sur la dimension systémique du développement durable. Il y a trop souvent une vision de fonctionnement en silo des piliers économique, social et environnemental. De plus, ces concertations sont importantes car elles permettent les rencontres, premières étapes nécessaires à la compréhension mutuelle, à la confiance et à des partenariats plus structurants.

Quelles sont les faiblesses ou/et les limites que vous avez pu constater dans ce genre d'exercice ?

La principale faiblesse se situe dans la dimension corporate de la plupart de ces concertations. Elles ne permettent pas d'évoquer les enjeux concrets de terrain. De façon pragmatique, il est impensable de pouvoir aborder dans ces lieux la mise en route effective de processus managériaux faisant concrètement une place à la RSE dans les organisations du travail. Cela pose la question du périmètre de couverture de ces concertations. Sans doute à terme, faudra-t-il redonner de la place au dialogue social (sociétal et environnemental) dans les établissements, sur les territoires pour aborder concrètement les enjeux RSE propres aux réalités de chacun.
En savoir plus
Institut de la Concertation, lieu de débat et de réflexion sur les modalités de concertation
L'Institut de la Concertation, réseau informel regroupant environ 500 membres individuels, met à disposition sur son site de nombreuses ressources bibliographiques sur la concertation et recense également les chartes de la participation adoptées par les collectivités territoriales. L'Institut se veut être un lieu de débat et de réflexion ouvert qui a pour objectifs de créer des espaces de discussion entre chercheurs, praticiens et commanditaires et d'interroger les fondements théoriques et méthodologiques des pratiques sur les modalités de concertation. L'Institut a lancé en 2013 un nouveau processus de travail collectif sur la notion de garants dans les concertations. http://institutdelaconcertation.org
Un guide du dialogue avec les parties prenantes du CGDD
Le Commissariat général au Développement durable (CGDD), dans le cadre du club des entreprises et établissements publics pour le développement durable, a publié en mars 2013 une série de quatre guides sur la gouvernance et le développement durable, la mise en oeuvre des principes et valeurs sur le développement durable, sur les indicateurs de gouvernance et enfin sur le dialogue avec les parties prenantes. Ce dernier guide vise à accompagner les acteurs de l'organisation en charge de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une stratégie de responsabilité sociétale et de développement durable, dans la création de conditions de dialogue et de concertation avec les parties prenantes et en vue d'enclencher un changement des modalités de gouvernance de leur organisation en réponse aux enjeux du développement durable. 86 pages. Télécharger le guide
Baromètre 2013 de la concertation et de la décision publique
Le Baromètre de la concertation et de la décision publique a été mis en place par Harris Interactive et Res publica pour connaître l'opinion des Français à propos des pratiques de la démocratie au quotidien. Il donne, chaque année, l'état de l'opinion concernant la notoriété des pratiques de concertation auprès des Français, leur niveau d'adhésion à la concertation, les thématiques sur lesquelles ils souhaiteraient être invités à donner leur avis. Il mesure aussi le niveau de participation des Français aux processus participatifs mis en place dans leur commune (de plus de 3 500 habitants), les raisons pour lesquelles ils participent ou non et leurs souhaits concernant l'avenir de la concertation. En 2013, le Baromètre de la concertation aborde une nouvelle thématique : la participation des Français aux réflexions sur les efforts financiers à mener dans leur commune. Pour en savoir plus
Revue Vraiment durable
Nouveau numéro de la Revue Vraiment durable sur les valeurs du développement durable !
Les valeurs du développement durable sont-elles toujours les mêmes dans notre époque de crise, où le souci du long terme cède la place à la pression des réponses quotidiennes que décideurs et citoyens doivent apporter pour (sur)vivre ? Jamais le discours sur les valeurs, avec la montée en puissance de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), n'a été aussi partagé. Est-ce à dire pour autant que le respect des valeurs que sont la vie, humaine et naturelle, les droits de l'homme, le droit au bonheur, est pour autant en progrès ? Le numéro 4 de la revue Vraiment durable s'attache à analyser si donner un prix à un bien tellement précieux qu'on le disait inestimable est le bon moyen de lui conserver sa valeur. Donner un prix au carbone permet-il de combattre l'effet de serre ? Donner une valeur monétaire à la biodiversité est-elle la meilleure voie pour protéger la nature ? Le prix de l'eau reflète-t-il la valeur de ce bien commun ? Revue Vraiment durable N°4 - Automne 2013 - Une coédition Comité 21-Victoires Editions - 25 euros -. En librairie à partir du 20/11. Pour commander la revue : z.adane@victoires-editions.fr (Un exemplaire a été adressé à chaque structure adhérente du Comité 21)- Pour en savoir plus
Le Comité 21 en action
A vos Agendas ! Prochaine rencontre-débat du Comité 21 le 18 décembre
Pour nourrir ses travaux de prospective 2014-2015, le Comité 21 organise une rencontre-débat le 18 décembre, de 8h30 à 10h30, sur le thème « L'apport des démarches développement durable à l'attractivité et à la prospérité des territoires ». Il s'agit d'apprécier cet apport comme voies possibles susceptibles d'accompagner et de porter un nouveau modèle de développement. Le Comité d'experts du Comité 21, des personnalités et des chercheurs, témoigneront sur ces problématiques. Antoine Charlot - charlot@comite21.org
Bienvenue aux nouveaux adhérents !
Le Conseil d'administration du 19 novembre 2013 a agréé 11 nouveaux membres :
Entreprises
: Geo PLC, UCANSS (fédération d'employeurs du Régime général de Sécurité sociale), Fédération des Jeunes Chambres Economiques Locales des Pays de la Loire
Collectivités territoriales
: villes de Bondy, de Miramas, et de Saint-Etienne de Montluc ; Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise
Associations
: ADP Villes en développement, PocPok, URIOPSS, Les petits débrouillards grand ouest
4 décembre : visite à la carte de POLLUTEC pour les adhérents du Comité 21
Reed expositions et le Comité 21 ont décidé de renouveler un parcours à la carte pour les adhérents du Comité 21 (entreprises, collectivités, associations, établissements d'enseignement supérieur, institutionnels...) au sein du prochain salon Pollutec Horizons, salon des éco-technologies, de l'énergie et du développement durable, du 3 au 6 décembre au parc des expositions Paris Nord-Villepinte. Il rassemblera près de 1 300 éco-entreprises présentant des solutions d'avenir dans tous les domaines de l'environnement et du développement durable : qualité de l'air, recyclage et valorisation matière des déchets, traitement et économie d'eau, instrumentation, efficacité énergétique, valorisation énergétique des déchets, gestion des risques, préservation de la biodiversité, responsabilité sociétale et achats responsables... Reed expositions et le Comité 21 proposent d'organiser le mercredi 4 décembre de 15h00 à 16h30 une visite privilégiée du salon pour les membres du Comité 21 afin de faire découvrir les nouveautés et les innovations du salon dans les domaines qui les intéressent. N'hésitez pas à vous inscrire auprès de Julia Rouet-Leduc - rouetleduc@comite21.org - www.pollutec.com/
Nouveau service aux adhérents : la revue entre pairs (webinars), pour avancer avec vos homologues sur la RSE !
Le Comité 21 développe l'accompagnement de ses entreprises adhérentes et vous propose aujourd'hui un nouveau service : la revue entre pairs. Celui-ci vous permettra, depuis votre bureau, de travailler avec vos homologues sur les problématiques qui vous intéressent puisque c'est vous qui choisissez les sujets qui seront abordés. Alors, n'hésitez plus et inscrivez vous ! Cliquez ici - Pour en savoir plus. Isabelle Boudard - boudard@comite21.org
Le Comité 21 siège au CESER des Pays de la Loire
Le Préfet de la région des Pays de la Loire a désigné au mois de novembre et pour six ans les membres du Conseil économique social environnemental régional des Pays de la Loire. Parmi les nouveaux visages membres au CESER, figure celui du Comité 21 des Pays de la Loire pour le collège vie associative et collective, représenté par son délégué régional, Antoine Charlot. Antoine Charlot, charlot@comite21.org
Le Comité 21 lance une offre RSE en Pays de la Loire
Après un an de travail collaboratif et 200 entreprises mobilisées, le référentiel régional pour la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a été publié le 2 octobre dernier. Il offre aux entrepreneurs ligériens un ensemble cohérent d'indicateurs qui interrogent leurs actes quotidiens de gestion (achats, flux, management, ...), la qualité de leurs produits ou de leurs services, et leurs relations avec les acteurs du territoire. Pour faire vivre cette dynamique en Pays de la Loire et démontrer qu'il s'agit d'un formidable levier de performance économique, le Comité 21 développe une offre spécifique à travers l'animation d'un groupe d'accompagnement collectif qui vise à soutenir une vingtaine d'entreprises dans l'élaboration de leur stratégie RSE, l'organisation de « coups de Pouce » thématiques, organisés en visioconférence à la demande des entreprises (achats, marketing, management, mobilité, énergie, ...), et des matinées d'échanges et de visites au coeur des entreprises. Ces moments de partage seront l'occasion d'aborder la RSE de façon concrète, sous l'angle de l'innovation et de la compétitivité. Antoine Charlot - charlot@comite21.org
Rendez-vous du Comité 21
Un World café sur l’implication des parties prenantes dans les Agenda 21
Le Comité 21 Pays de la Loire organise son second World café sur l'implication des parties prenantes, le 3 décembre à la Maison du développement durable de Rezé. Cet événement s'adresse aux collectivités les plus avancées du territoire dans le but de produire un cadre de recommandations et un outil concret pour les territoires. L'objectif d'implication des parties-prenantes à sa stratégie s'inscrit au coeur des débats relatifs à la gouvernance. Il s'agit, en donnant plus d'importance aux parties prenantes, d'assurer la pérennité de la démarche et de construire les Agenda 21 de nouvelle génération. Ce World café vise à répondre à deux questions majeures : Comment impliquer davantage et plus efficacement ses parties prenantes pour créer une véritable dynamique territoriale ? Comment relever collectivement les défis qui nous attendent ? La journée proposera plusieurs ateliers dynamiques comme une cartographie animée des parties prenantes, des ateliers où les parties prenantes s'exprimeront librement et enfin un temps en World café de coproduction. Yoann Chagnaud, chagnaud@comite21.org
2ème atelier du groupe d’accompagnement collectif Agenda 21 associatif
Le Comité 21 Pays de la Loire organise le 10 décembre le 2ème atelier du groupe d'accompagnement collectif sur la responsabilité sociétale des associations. Il abordera l'étape du diagnostic partagé, moment important dans la démarche globale car définissant la base des engagements à venir. La matinée sera consacrée à un échange entre les 13 associations pour mieux connaître les difficultés et les pratiques des uns et des autres. Un atelier dynamique et participatif sera organisé l'après-midi pour coproduire des recommandations concrètes. L'objectif sera de produire un ou des outils pratiques à partir des questions suivantes : quels outils existants utiliser ? Quelle méthodologie mettre en place pour mener à bien ce diagnostic partagé ? Quels éléments analyse-t-on (techniques, humains, financiers, gouvernance...) ? Quelles parties prenantes implique-t-on à cette étape ? Quel timing se fixer pour la réalisation du diagnostic et son partage ? Yoann Chagnaud, chagnaud@comite21.org
Matinée RSE chez Patismatique, une entreprise vendéenne engagée
Le Comité 21 des Pays de la Loire organisait le 21 novembre sa dernière matinée RSE de l'année chez Patismatique. L'entreprise familiale fait partie des entreprises qui démontrent que compétitivité et développement durable ne sont pas incompatibles au contraire « pour nous la RSE est un facteur différenciant » explique Betty Vergnaud, co-gérante de l'entreprise. S'il y a trois ans, cette entreprise spécialisée dans la distribution automatique de produits frais et de boissons, était dans le flou, elle a su trouver dans la RSE un nouvel axe de développement et de pérennisation de son activité. Depuis 2011, l'entreprise a formalisé cet engagement à travers un plan d'actions ; elle est membre de l'association DRO (Dirigeants Responsable de l'Ouest), et une labellisation Lucie est en cours d'élaboration. Plusieurs actions caractérisent leur engagement : l'optimisation des déplacements a permis la réduction du nombre de trajets nécessaires à l'approvisionnement des distributeurs ; la réduction et la revalorisation des déchets, réalisées en partenariat avec un ESAT ; l'adhésion au Pacte Agri-Ethique (coopérative qui propose une contractualisation entre les différents acteurs de la filière blé autour de la mise en oeuvre d'un prix fixe); et une réflexion globale sur les déchets est menée grâce à l'embauche en alternance d'un étudiant en licence professionnelle. « La stratégie RSE, c'est une force pour l'entreprise et une opportunité pour le territoire. Le but de la RSE, c'est aussi que cela serve l'économie locale » confie Betty Vergnaud. Face à la réussite des matinées RSE, l'antenne régionale entend continuer et intensifier ce format de visite. www.distributeurs-automatiques.fr - Camille Piet - piet@comite21.org
Treize collectivités en Pays de la Loire ont été accompagnées collectivement
Le Comité 21 Pays de la Loire a conclu le 14 novembre les travaux du groupe d'accompagnement collectif (GAC) Agenda 21 des collectivités ligériennes. Durant un an et demi, communes et intercommunalités ont partagé leurs difficultés et leurs bonnes idées pour élaborer conjointement leur démarche. De nombreux outils ont été créés durant les cinq ateliers participatifs afin de renforcer le travail des chargé(e)s de mission : questionnaires, grilles de recommandations et d'analyse sur le diagnostic et le plan d'actions, outil de priorisation d'indicateurs stratégiques, etc. Pour l'ensemble du groupe, ce fut un « travail en réseau enrichissant », « sur une mode horizontal, participatif, constructif et détendu » qui a permis de progresser et de se rassurer collectivement. Les membres du GAC rejoindront à présent les travaux du Comité 21 menés avec les collectivités les plus avancées (World café sur l'évaluation et les parties prenantes...). Un deuxième groupe sera lancé au printemps 2014 suite aux élections municipales afin de favoriser le développement des Agenda 21 en région Pays de la Loire. Yoann Chagnaud - chagnaud@comite21.org
Retour sur le RV EDD « Le point sur... les dispositifs en faveur des démarches des établissements » du 13 novembre 2013
A l'occasion de ce rendez-vous EDD du Comité 21, une quarantaine d'acteurs de l'éducation au développement durable se sont réunis pour échanger autour des démarches de développement durable dans les établissements. En partenariat avec Ecophylle et Vivacités IdF, ce rendez vous a étudié les nouveaux dispositifs et outils qui sont susceptibles de faciliter la mise en oeuvre et la pérennisation de ces démarches dans les établissements (Agenda 21 scolaires, éco-écoles, E3D, etc.). La diversité des intervenants a rendu ce rendez-vous riche d'une multitude de points de vue, avec notamment des interventions d'associations comme Ecophylle sur la dynamique E3D en Ile-de-France ou Vivacités IdF qui a présenté les premiers résultats d'une étude sur le lien entre démarches d'établissements scolaires et Agendas 21 de territoire. Le rendez-vous a également bénéficié de la contribution de l'Education nationale avec Françoise Ribola de l'Académie de Versailles qui a éclairé les participants sur la labellisation des E3D, mais aussi de la Ligue de l'enseignement sur le thème notamment des Projets éducatifs territoriaux (PEDT) et leur mise en oeuvre. Le rendez vous s'est terminé sur la présentation de deux nouvelles boîtes outils : la boîte à outils de la dynamique E3D avec des outils méthodologiques élaborés par l'association ; la boîte à outils du Comité 21 avec une entrée Agenda 21 scolaire qui sera accessible à tous dès janvier 2014. Programme - Diaporama de présentation - Christine Delhaye - delhaye@comite21.org
Le compte-rendu de la rencontre sur le Reporting du 24 octobre 2013 est en ligne !
Dans le prolongement de la journée organisée en 2011 autour de l'évaluation des stratégies de développement durable des collectivités et des entreprises et de la publication de son numéro spécial d'Infos 21 sur le reporting, le Comité 21 a proposé un après-midi d'échanges autour de la thématique : Du rapport de développement durable au rapport intégré... vers un rapport de territoire ? Plus de 120 personnes ont pu échanger concrètement avec les intervenants (Marion Dorel, ETD ; Sylvain Lambert, PwC ; Patrick Jolivet, Utopies ; Nicolas Delange Ernst and Young ; Bertrand Janus et Sandra Dante, Total ; Patrick d'Humières, Institut RSE ; Yann Babut et Yves Despeyroux, Conseil régional du Nord Pas de Calais ; Tristant Klein, Ministère de l'Ecologie) sur le bilan des rapports développement durable en 2013 pour les collectivités territoriales et les entreprises après la mise en oeuvre des articles 255 et 225 de la Loi Grenelle 2. Télécharger le compte rendu. Isabelle Boudard - boudard@comite21.org
26 septembre : Analyse du cycle de vie (ACV) sociale, quels enjeux et quelles applications possibles ?
Fin septembre, le Comité 21 a organisé un rendez- vous sur l'ACV sociale réunissant une cinquantaine de participants. Catherine Macombe (Irstea - Montpellier) a pu y présenter la méthode de l'ACV sociale dite des « pathways », Jean Michel Couture (AGECO-Québec) les applications de l'ACV sociale en entreprise avec l'exemple de l'industrie laitière et Marie Vuaillat (Evéa - Lyon) a présenté de son côté d'autres exemples opérationnels. A retenir : la création du site http://socialhotspot.org/ à l'échelle internationale. L'objectif de cette base de données est d'identifier les points chauds en matière sociale et sociétale sur l'ensemble de la supply chain. Vous trouverez l'ensemble des power points présentés à cette occasion ainsi que le compte rendu sur l'espace adhérent : cliquez ici. Isabelle Boudard - boudard@comite21.org
Le Comité 21 partenaire
4 décembre : colloque sur « Les Compétences collectives, clefs de la transition »
Compétences 21, la communauté des responsables et experts des compétences collectives au service de la transition et du développement durable, initiée par France Business school, organise le colloque « Transition & Développement Durable : mobiliser les compétences collectives », le 4 décembre 2013 à l'Unesco, sous la présidence et le parrainage de Jean Audouze, président de la Commission nationale pour l'Unesco. Cette rencontre souhaite donc montrer que les compétences collectives existent (le terrain montre déjà la voie) ; apprendre à les développer par des processus d'apprentissage collectif (les TIC ouvrent de nouvelles possibilités), et propose de s'interroger sur un dispositif visant à les déployer à l'échelle du pays au service de finalités premières (l'éco-construction, la mobilité...). Au-delà du colloque, vous pourrez ensuite rejoindre Compétences 21 et contribuer à la dynamique de cette chaire partenariale d'intérêt général. Le Comité 21 est partenaire de la Chaire Compétences 21. www.competences21.fr - Inscription
Les 10èmes rencontres interdépartementales du développement durable de la Gironde
Pour leur 10ème anniversaire, les Rencontres interdépartementales du développement durable « Reve[S]olutions » auront lieu les 12 et 13 décembre prochains, dans les locaux du département de la Gironde à Bordeaux. L'objet de ces rencontres sera, par le biais de parcours transversaux, d'explorer et de décrire le rôle des départements comme acteurs majeurs du bien-être citoyen pour aujourd'hui et pour demain. Les élus et agents du département pourront ainsi profiter de deux jours de rencontre pour prendre le temps du travail collaboratif et construire une vision partagée et partageable, de 15 parcours thématiques à suivre au choix avec trois séquences par parcours : « explorer les controverses » sur le thème du parcours, « atelier d'analyse des pratiques », et « atelier d'écriture ». Gilles Berhault, président du Comité 21, interviendra pendant ces rencontres. Télécharger le pré-programme. - Inscription
Plus que 2 mois pour proposer l'idée innovante qui remportera le Grand Prix GreenTic Campus !
Avis aux challengers : vous avez jusqu'au 31 décembre 2013 pour déposer votre dossier ! Le Challenge Green Tic Campus lance aux étudiants le défi d'imaginer des solutions concrètes pour le développement durable de leur campus en s'appuyant sur le potentiel offert par les TIC : ordinateurs, capteurs, tablettes, smartphones, applications mobiles, programmes informatiques... Les étudiants peuvent choisir de s'inscrire dans l'une des catégories suivantes : vie étudiante, gestion environnementale ou ancrage territorial du campus. Ce projet est récompensé par la réalisation concrète du projet de l'équipe lauréate. Depuis la création du Challenge, 5 entreprises se sont créées (ou en cours de création). C'est le cas notamment de Deways (www.deways.fr) et de Smart Impulse (www.smartimpulse.com), entreprises issues de la première édition et dont les fondateurs animent le Club Jeunes Pousses, réseau de jeunes entrepreneurs développant une activité autour des TIC et du développement durable. Les inscriptions doivent se faire sur le site www.greentic-campus.com avant le 31 décembre 2013. Le Comité 21 soutient le concours et fait parti du jury. Pour en savoir plus
22 vidéos pour vivre ou revivre l’Atelier national Agenda 21
Le 8ème atelier de l'Observatoire des territoires durables fut un grand succès grâce à une forte mobilisation des acteurs. Les travaux ne sont pas finis pour autant ! Les retours d'expérience des porteurs de projets territoriaux permettent d'affirmer que les territoires ont bel et bien engagé leur transition écologique et activent l'émergence de nouveaux modèles économique. Leurs initiatives démontrer l'éclosion de nouvelles synergies qui ne mobilisent pas seulement l'action publique mais impliquent les citoyens et les entreprises. 22 vidéos témoignent de cette dynamique et apportent réponses et pistes de réflexion aux acteurs du développement durable. Le Comité 21 est membre fondateur de l'Observatoire et animait l'atelier « Investir durable ». Supports et synthèses des intervenants (Amiens, les 22 et 23 octobre 2013). Regarder les vidéos