du 22/12/2016
n°174
Spécial ODD5 - Egalité des sexes
FOCUS
Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Dans la série des numéros d'Infos 21 consacrés chacun à un Objectif de développement durable, celui-ci est dédié à l'ODD5, qui vise à « parvenir à l'égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles » (ODD5). Ses neuf cibles concernent les discriminations à l'égard des femmes et des filles et les violences de tous ordres qui leur sont faites, les mariages forcés, l'esclavage domestique, et les moyens pour les prévenir : accès aux soins, dispositions législatives, participation aux décisions, utilisation des technologies...

Pays éduqué et développé, la France, qui en 1946 a inscrit dans son corpus constitutionnel « La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme », est heureusement épargnée par la plupart de ces fléaux. Mais les questions de parité et d'égalité professionnelle, de mixité des emplois, d'intégration de la parentalité dans les carrières, d'articulation entre vie professionnelle et vie privée, d'accès aux sphères décisionnelles, sans préjudice des violences faites aux femmes, sont encore loin d'être derrière nous et pèsent toujours dans le débat public.


Ainsi, le Ministère des familles, de l'enfance et des droits des femmes (Vers l'égalité réelle entre les femmes et les hommes - édition 2016) nous apprend, entre autres, que les écarts de salaire sont encore importants (moins 20% pour les femmes, secteurs privé et public confondus), que les jeunes femmes sont les plus touchées par la pauvreté, que l'écart moyen de retraite brute est de moins 37% au détriment des femmes (chiffres 2011), que les femmes sont les premières victimes des homicides au sein du couple... Au fil des ans, la France s'est dotée d'un grand nombre de dispositifs législatifs et réglementaires - on peut citer la dernière loi du 4 août 2014 sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes -, mais, comme pour les autres ODD, tous les pays sont concernés. Les témoignages des adhérents du Comité 21 que vous trouverez dans ce numéro montrent la variété des mesures mises en place par les entreprises et les collectivités : gestion des ressources humaines, campagnes internes de communication et d'éducation, notamment via des MOOC, trophées « diversité et handicap », déploiement d'outils d'observation, « audit de genre » et cellules de veille, « journée de la mixité »...

On retrouve d'autres initiatives dans le guide de l'ORSE « Tout savoir sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes », qui vient de sortir, et dont son Président, Daniel Lebègue, répond ici à nos questions, et je l'en remercie.

En cette fin d'année 2016 qui a été marquée par le 21ème anniversaire du Comité 21, c'est donc pour la première fois une femme comme Présidente qui remercie les administrateurs et l'équipe, si féminisée, d'avoir construit une nouvelle feuille de route pour les années à venir. Je salue également les adhérents pour leur soutien et leur engagement. Je vous souhaite à toutes et tous !!! une année 2017 heureuse, engagée et la plus paisible possible dans notre monde si douloureux.

Dès maintenant, je vous donne rendez-vous à la célébration de nos voeux le 16 janvier 2017, au Palais de Tokyo à Paris, au cours de laquelle je présenterai cette feuille de route. Ces voeux seront précédés par notre premier débat de l'année sur les « ODD : comment décliner un dessein mondial pour nos territoires et nos organisations ? ».

Bettina Laville, Présidente du Comité 21
bettina.laville@comite21.org

Actualités des adhérents
STRATEGIE EGALITE DES SEXES
ASEA : promotion de l’égalité des femmes et des hommes par des achats responsables
Le Cabinet ASEA sur les achats responsables est partenaire du programme des achats publics durables du 10YFP, programme des Nations Unies concernant des modes de consommation et de production durable, visant à soutenir les Objectifs du développement durable (cf. Infos 21 spécial consommation et production durables - septembre 2016). Ce programme des achats compte au total 100 partenaires à travers le monde, répartis dans plus de 30 pays. ASEA est en charge d'un groupe de travail pionnier qui doit réfléchir, à partir de 2017, sur la meilleure approche pour inclure et promouvoir l'égalité des sexes par les achats responsables en différentes étapes, en incluant une revue complète des dispositions existantes prises par les règlements internationaux et nationaux, les pratiques actuelles des marchés publics, une suggestion de mesures possibles et d' outils pouvant être utilisés dans l'approche des achats responsables et des indicateurs possibles pour évaluer le progrès vers l'égalité des sexes. Par ailleurs, la fondatrice et Présidente d'ASEA, Annie Sorel, est également présidente de BFN « Business au Féminin », réseau d'influence pour promouvoir des femmes à de hauts niveaux de responsabilité. Pour en savoir plus - Annie Sorel - asorel@ecoachats.com
Le Finistère intègre le principe d’égalité entre les sexes
Le Conseil départemental du Finistère n'a pas attendu l'obligation légale, introduite par la loi du 4 aout 2014, de réaliser un rapport sur la situation en matière d'égalité entre les femmes et les hommes pour assumer sa responsabilité politique, institutionnelle et pour faire de l'égalité des droits une de ses priorités. Face à un constat d'inégalité criante dans bon nombre de domaines, il s'était engagé dans le cadre de ses démarches d'Agenda 21 2006-2009 puis de projet stratégique 2010-2014 à promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes. Ceci s'est traduit par le repérage des inégalités et de leurs conséquences, la promotion de l'égalité dans le fonctionnement interne ainsi que dans toutes les politiques départementales, sur les bases de la charte européenne de l'égalité femmes/hommes. L'intégration du principe d'égalité entre les femmes et les hommes dans les politiques et interventions du Conseil départemental est dorénavant inscrit dans le projet départemental 2016-2021 comme un des 5 projets emblématiques de la collectivité, au même titre que les projets jeunesse, alimentaires de territoire, usages du numérique et accès aux politiques publiques. Le projet départemental précise les 5 axes de travail qui seront explorés sur la période 2016-2021 pour agir concrètement en faveur de l'égalité entre les sexes. Les interventions du Conseil départemental ne se limiteront pas aux actions portées en tant qu'instance politique, mais se déploieront en actionnant les leviers possibles en tant qu'employeur, mais aussi dans la mise en place des politiques publiques, et en appui aux acteurs du territoire (déclinaison locale du plan national de lutte contre les violences faites aux femmes ; lutte contre les stéréotypes ; outils d'observation ; mise en réseau des acteurs et promotion des actions menées sur le territoire ; amélioration des possibilités de conciliation des temps au sein des familles ; égalité dans la participation à la vie locale et à la prise de décision...). Bruno Lemen - Bruno.LEMEN@finistere.fr
CARE : un plan d’actions sur les questions du genre
Afin de mieux connaître et de capitaliser sur les actions menées par CARE France en faveur de l'égalité femmes-hommes, mais aussi d'envisager des améliorations de la prise en compte du genre dans ses opérations et dans son organisation interne, CARE France a mené un audit de genre. L'approche participative a permis à l'équipe des salarié-es du siège (42 personnes) de s'impliquer dans l'évaluation en s'interrogeant sur la façon dont il et elle prend en compte l'égalité femmes-hommes et le genre dans son travail. Cela a permis d'entreprendre un processus d'analyse et d'apprentissage autour de l'intégration de l'égalité des sexes dans le travail de CARE, aussi bien à l'interne qu'à l'externe. Cela a aussi permis d'identifier les points forts et les défis du travail de CARE sur le genre et déterminer des mesures concrètes qui permettront d'apporter des améliorations dans ce travail sur l'égalité des sexes. Enfin, un cadre d'action a été établit pour les trois prochaines années avec un budget de 16 500 euros. Une gender team basée sur le volontariat, de salariés de CARE France de tous les départements du siège, a été constituée. Elle se réunit mensuellement, afin d'être force de proposition dans la pratique organisationnelle du siège de CARE France. Dotée d'un programme de travail, elle a pour mission principale d'accompagner le plan d'action émanant des recommandations de l'audit, et d'être une cellule de veille, proactive avec des actions novatrices, pour une meilleure prise en compte du genre au sein de l'association. Pour en savoir plus. Marina Ogier - ogier.carefrance@gmail.com
MOBILISATION DES EQUIPES
EDF : Opération « sensibilisation autour des agissements sexistes »
Au sein du Groupe EDF en France et à l'occasion du 8 mars 2016, un kit de communication sur le « sexisme » a été adressé aux managers pour qu'ils puissent animer une séquence au sein des collectifs de travail. Grâce à ces ressources internes et externes - vidéos, quizz, informations sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, sur les stéréotypes, les outils disponibles à EDF, etc. - des réunions d'équipe ont débuté avec un « ¼ d'heure contre le sexisme » (sur le modèle du message santé & sécurité) et ont permis de débattre de cette question avec les salariés sur leur lieu de travail. Par ailleurs, le réseau féminin « Energies de femmes », qui souhaite faire progresser la mixité considérant qu'elle est vecteur de progrès, a, par ailleurs, mené une étude avec BVA sur le sexisme chez EDF dont les résultats ont été présentés en plénière du réseau le 22 novembre dernier devant Jean-Bernard Levy et Marianne Laigneau, DRH du Groupe. Pour en savoir plus - Aurane Duprat - aurane.duprat@edf.fr
Women by Manitou group, un réseau interne pour l’égalité professionnelle
Le Groupe Manitou est activement engagé pour la promotion de l'égalité professionnelle, notamment au travers d'un réseau interne. Lancé en avril 2015 sous le nom Women by Manitou Group, ce réseau regroupe aujourd'hui plus de 40 membres, hommes et femmes, de toutes catégories socio-professionnelles. Les ambassadrices et ambassadeurs du réseau oeuvrent en faveur de l'égalité professionnelle par l'organisation d'actions de différentes natures : sensibilisation à la mixité par la communication interne et externe, l'organisation de conférences-débats avec des intervenants extérieurs, la participation à des événements externes, ou encore le partage avec des étudiant(e)s lors de visites d'usine ou de salons ; accompagnement des femmes désireuses d'évoluer via la mise en place de programmes de mentoring, et encouragement des femmes de la production à faire valoir leurs compétences pour acquérir davantage de responsabilités au sein de leurs équipes ; réalisation d'études spécifiques : une analyse comparative des salaires entre femmes et hommes a été menée en 2015 et les écarts de rémunération non justifiés ont été corrigés. Actuellement, le réseau travaille en partenariat avec l'école de commerce nantaise Audencia sur une étude visant à recueillir la perception des collaborateurs du Groupe sur l'égalité professionnelle et l'avancement de leur carrière, afin de pouvoir mettre en place des actions adaptées. Par cette démarche, le réseau contribue progressivement à faire évoluer les mentalités et améliorer l'égalité réelle entre les femmes et les hommes à tous les niveaux de l'organisation. L'ambition pour 2017 est de continuer à faire connaître​ et reconnaître ce sujet, en interne comme en externe. Pour en savoir plus - Laurence Berthou - l.berthou@manitou-group.com
Veolia : promouvoir la mixité professionnelle dans tous les métiers
Le développement de la mixité et de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est une priorité majeure de la politique diversité du groupe Veolia. Afin de faire évoluer les mentalités en faveur de la mixité dans un secteur d'activité traditionnellement considéré comme masculin, une importante campagne de communication a été lancée au sein de l'activité Recyclage & Valorisation des déchets France. Pour atteindre 50% de femmes parmi ses alternants, plusieurs actions ont été lancées depuis mars 2015 : conférences, films présentant huit ambassadrices exerçant de soi-disant « métiers d'hommes », affiches mettant en exergue des préjugés courants sur les femmes et les hommes, etc. De nombreuses initiatives favorables à la mixité ont également été développées au niveau local : en région Méditerranée, l'action « Place aux filles », réalisée pour permettre à un groupe de lycéennes de découvrir les métiers d'un centre de tri des D3E, ou sur le territoire Midi-Pyrénées Atlantique, la visite de la déchèterie de Labège par trois candidates susceptibles d'intégrer le parcours qualifiant d'agent des services de gestion et de valorisation des déchets. * Crédit photo : photothèque Veolia ES Limited - Chris. Armelle Guinot - armelle.perrin-guinot@veolia.com
Orléans conforte sa politique RH en faveur de l’égalité femmes-hommes
La ville d'Orléans s'engage pour l'épanouissement de ses habitants mais également de ses agents, dont les bonnes conditions de travail relèvent de sa responsabilité d'employeur public. Consciente que des écarts de rémunération subsistent dans la fonction publique territoriale, malgré des dispositions du statut de la fonction publique qui garantissent un égal traitement des fonctionnaires, la ville a fait le choix de mesures actives en interne pour réduire et supprimer les inégalités de traitement entre les agents de sexe différent mais à compétences équivalentes. La réduction des discriminations, notamment envers les femmes, étant une responsabilité de tout employeur, de nouvelles actions sont programmées afin d'intégrer davantage les femmes, à hauteur d'au moins 40% des membres de l'administration à la CAP, et de résorber l'emploi précaire notamment pour la direction de l'éducation dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, les postes étant essentiellement à temps partiel et occupés par des femmes. Le bilan social 2014 intègre un rapport de situation comparée des conditions générales d'emploi et de formation des femmes et des hommes. Ce rapport soumis pour avis au Comité Technique, fera l'objet d'un plan d'actions concerté avec les partenaires sociaux dans l'objectif de réduire les inégalités. En 2015, les emplois supérieurs sont occupés par 4 hommes et les emplois dirigeants par 10 femmes et 7 hommes. Pour en savoir plus. Nelly Bonnefoy - nelly.bonnefoy@orleans-agglo.fr
CAMPAGNE D’INFORMATION
Une campagne pour promouvoir la diversité au sein du Groupe La Poste
La Poste mène depuis plusieurs années une politique active de promotion de l'égalité des chances et de la diversité. Le 14 novembre 2016, La Poste a initié une nouvelle campagne pour sensibiliser les postiers « Tous différents, tous performants » qui se prolongera tout au long du premier semestre 2017. Les thèmes du handicap, de la mixité, de l'apparence physique et de l'orientation sexuelle sont abordés. Le Groupe a pris des mesures concrètes pour garantir la non-discrimination dans toutes les étapes de la gestion des ressources humaines. Si l'on prend l'exemple des femmes, elles représentent aujourd'hui 52% des effectifs du Groupe et 47% des effectifs dans l'encadrement. Les trophées « diversité et handicap » viendront rythmer l'année jusqu'en novembre 2017. Leur but : valoriser les bonnes pratiques mises en place dans les établissements de La Poste autour des thèmes liés à la diversité et au handicap. Anne-Laure Thomas - anne-laure.thomas@laposte.fr
Convergences : lutter contre les violences faites aux femmes
A l'occasion de la campagne Orange Day, Convergences s'associe au Comité ONU Femmes France pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles. A cette occasion, Émilie Poisson, Directrice exécutive de Convergences, est intervenue lors d'un enregistrement co-organisé par Convergences et le Comité ONU Femmes France avec le soutien de Fréquence Orange pour sensibiliser à la problématique des violences faites aux femmes et aux filles et aux solutions pour lutter contre ces violences. Chaque année, la date clé du 25 novembre lance officiellement le début de la campagne annuelle internationale Orange Day, portée par l'ONU Femmes. Durant 16 jours, du 25 novembre (Journée internationale de l'élimination de la violence à l'égard des filles et des femmes) au 10 décembre (Journée des droits humains), la société civile est invitée à se mobiliser dans des actions concrètes de sensibilisation, de prévention et de discussion, autour des enjeux et des solutions face aux violences. Cette campagne baptisée « Tous UNIS pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles » porte une couleur : le orange, symbole d'un avenir meilleur et d'un monde plus juste, sans violences à l'égard de la gent féminine. Ecouter le podcast - Emilie Poisson - emilie.poisson@convergences.org - Pour plus d'informations
INFORMATION – FORMATION – EDUCATION
SNCF : un réseau de relais Mixité au sein des établissements et 5ème édition « Girls’ day - Journée de la Mixité »
2016 est marquée pour la SNCF par la mise en place d'un réseau de relais Mixité au sein de ses établissements, dont la mission est de promouvoir et faire vivre l'accord mixité et égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, signé en juillet 2015 par l'entreprise. Il contribue à l'accroissement de la féminisation de l'entreprise, la garantie de règles équitables dans les parcours professionnels, la lutte contre toutes les formes de sexisme et aux actions en faveur de l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Ces acteurs se sont mobilisés dans le cadre de la semaine de la mixité au mois de mars et ont organisé une journée « GIRL'S DAY » le 24 novembre, qui a permis d'accueillir environ 2000 jeunes lycéennes et quelques étudiantes pour découvrir l'univers et les métiers de SNCF, et en particulier ceux dits « masculins ». Au programme, des échanges et des visites de terrain pour permettre à ces jeunes filles d'identifier les professions d'avenir de plusieurs secteurs du ferroviaire (maintenance du matériel roulant et des infrastructures, circulation des trains, sûreté ferroviaire, etc.). Cette journée permet aussi de promouvoir l'employabilité des femmes dans tous les métiers de l'entreprise. Pour en savoir plus - Christian Dubost - christian.dubost@sncf.fr
Le Département de la Seine et Marne sensibilise les jeunes à la mixité
En janvier 2016, l'Assemblée départementale de Seine-et-Marne a adopté un plan d'actions en faveur de l'égalité hommes-femmes. En tant que citoyens, professionnels, parents de demain, les jeunes y occupent une place importante. Le plan d'actions du Département comporte ainsi plusieurs actions de sensibilisation des jeunes à la richesse de la diversité, notamment à travers leur orientation professionnelle. Le Département apporte chaque année son soutien à des journées thématiques encourageant la mixité professionnelle, en attribuant des subventions à des associations ou des collèges. La Seine-et-Marne étant située entre les deux aéroports parisiens, le secteur aérien, important pourvoyeur d'emplois, a été plus particulièrement ciblé en 2016. A titre d'illustration, l'association Air Emploi de Roissy a bénéficié d'une subvention pour le projet « Mixité dans les métiers de la logistique », une subvention a été attribuée pour l'organisation des « Conférences Terre et Ciel » : 7 collèges (4ème, 3ème, SEGPA - 161 élèves) ont assisté à 14 conférences sur l'univers de l'aérien (parcours, mixité, valeurs...). De manière générale, sur l'orientation des jeunes filles, une subvention a été attribuée au collège Le Moulin à vent de Thorigny pour soutenir son action : « Egalité fille/garçons : à fond dans l'orientation ». Les objectifs sont de soutenir les jeunes à identifier les habitudes sociales, pour les aider à avoir une vision plus ouverte dans leur carrière professionnelle mais aussi d'encourager la mixité professionnelle. En 2017, d'autres initiatives similaires seront soutenues. Par ailleurs, toujours dans le domaine de l'éducation, l'entreprenariat des jeunes filles sera encouragé à travers le dispositif « Mini-entreprises ». Alexandra Attiach - alexandra.attiach@departement77.fr
Le GERES facilite l’autonomisation des femmes du Myanmar en Birmanie
Au Myanmar, quand on parle d'énergie, on parle avant tout de la cuisson des aliments. C'est une tâche qui incombe encore majoritairement aux femmes car elles sont les principales utilisatrices des foyers de cuisson. Elles consacrent donc en moyenne 217 heures par an à la collecte du bois pour la cuisson et le chauffage. Les fumées nocives dégagées par ces foyers provoquent des maladies respiratoires, des maladies des yeux, et les femmes en sont les premières affectées. Elles vivent d'ailleurs 10 ans de moins que les hommes dans ce pays. Le GERES a donc décidé de favoriser la diffusion de cuiseurs économes pour lutter contre la déforestation tout en améliorant la qualité de vie des femmes. Et en tant que premières utilisatrices de l'énergie, elles sont les premières à pouvoir changer les choses, innover, mettre en place des solutions. C'est pourquoi cette initiative met les femmes au coeur de la chaîne de production. Elles sont formées pour pouvoir élaborer des foyers plus propres et plus efficaces. Cet accompagnement doit permettre un changement d'échelle de la production, de la distribution et de la promotion des cuiseurs économes au Myanmar. Pour en savoir plus - Mathieu Grapeloup - m.grapeloup@geres.eu
Télécom Ecole de Management : des SPOC/MOOC pour la promotion de la mixité dans le monde du numérique
Le SPOC1 « Féminin/Masculin dans le monde du numérique : Voyage et découvertes » est un cours en ligne privé portant sur le rôle et la place des femmes dans l'histoire et les métiers de l'informatique ainsi que le décryptage des stéréotypes qui lient genre et TIC. Il a été conçu et développé par l'équipe de recherche Gender@Télécom de Télécom Ecole de Management avec l'objectif de promouvoir l'égalité femmes/hommes parmi nos étudiant.e.s et à long terme de contribuer à augmenter le nombre de femmes dans le secteur du numérique. En 2016, le SPOC a remporté le Prix pour l'enseignement de l'égalité femmes/hommes de la CDEFI* et le Prix Coup de Coeur du Jury des Trophées des Campus Responsables. Lancé auprès des étudiant.e.s en 2016, aujourd'hui le SPOC fait l'objet d'un projet de MOOC porté par Télécom Ecole de Management et Télécom SudParis, avec le soutien de la Fondation Télécom. A travers ce projet, l'objectif est d'atteindre un public plus large, dont les professionnel-le-s, pour contribuer à construire et diffuser une culture de la mixité dans les métiers du numérique. 1Small Private Online Course - 2Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs. Pour en savoir plus sur le SPOC et le projet de MOOC - Imane Dhhaoui -imane.dahhaoui@telecom-em.eu
Le Comité 21 en action
 
Prospective : une étude sur l'évaluation économique des démarches de développement durable -Agenda 21
Dans le cadre du projet de recherche initié par le Comité 21 sur l’évaluation économique des démarches de développement durable, une étude relative à l’évaluation quantitative de l’Agenda 21 dans les communes françaises a été publiée par le Centre d’études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et les vulnérabilités (CEMOTEV). Son objectif est de mobiliser la théorie économique pour attribuer une valeur à ces démarches. Plusieurs résultats sont présentés. Les communes ayant adopté l’Agenda 21 apparaissent comme ayant, en moyenne et de manière significative, de meilleurs résultats pour la majeure partie des indicateurs de soutenabilité sélectionnés, relativement à celles qui n’ont pas mis en ½uvre cette démarche. De plus, une estimation d’impact montre que l’Agenda 21 a un effet positif sur le revenu par tête des communes. Lire l’étude – Quentin Dechez Lepretre – dechezlepretre@comite21.org - Votre contact Agenda 21 au Comité 21 : Laurie Ayouaz – ayouaz@comite21.org
Le Comité 21 adhère à la charte de la participation du public !
Lancée officiellement le 14 décembre 2016 avec les premiers adhérents dont le Comité 21, la charte de la participation du public a fait l'objet d'une année de travail, mené par le Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, en concertation avec les acteurs de la participation, les maîtres d'ouvrage publics et privés, les associations, la commission nationale du débat public, les chercheurs et réseaux de praticiens. Elle a ensuite fait l'objet d'une consultation en ligne. La charte de la participation du public est aujourd'hui mise à disposition de tous les maîtres d'ouvrage volontaires pour déployer des dispositifs de concertation sincères sur l'ensemble des décisions ayant un impact sur le cadre de vie. Elle renforce et modernise le dialogue environnemental et complète le dispositif législatif existant depuis la parution des deux ordonnances du 21 avril et du 3 août derniers sur ce sujet. Convaincu que les parties prenantes sont au coeur de la réussite des démarches environnementales et de développement durable, le Comité 21 s'engage donc à soutenir la charte et à la promouvoir ! Pour en savoir plus
Plateforme RSE : publication du Plan National d’action prioritaires pour le développement de la RSE
Membre de la Plateforme RSE depuis sa création, à travers notamment la co-animation du Pôle chercheurs et Développeurs, le Comité 21 a participé aux différents travaux de cette Instance de concertation multi-parties prenantes. Répondant à une demande de la Commission Européenne exigeant des Etats membres d'établir un « plan national pour le développement de la responsabilité sociétale des entreprises » et un « plan national pour l'application des principes des Nations unies pour les droits de l'homme et les entreprises », la Plateforme s'est attelée à cette tache. Aux côtés de représentants d'entreprises, de syndicats de salariés, d'ONG et d'autres réseaux, le Comité 21 a notamment participé, au sein du Pôle Chercheurs et Développeurs, aux travaux d'élaboration de ce Plan national RSE, en contribuant à promouvoir comme exemple à suivre les démarches territoriales de promotion de la RSE, notamment en direction des PME-PMI et aussi en faisant valoir le rôle des chercheurs et des consultants spécialisés. Les deux documents ont été remis au Premier Ministre le 15 décembre et ont été rendus publics. Ils sont consultables ici
Le Comité 21 partenaire
 
Etude CAMPUS FOOTPRINT : une première en France pour mesurer l’impact socio-économique et environnemental des campus français
Le réseau Campus Responsables publie CAMPUS FOOTPRINT, une étude sur l'impact socio-économique et environnemental de sept campus-pilotes en France (Université de Cergy-Pontoise, Université Blaise Pascal, l'ESSEC, SUPMECA, ECAM-EPMI, l'ENSCCF et l'IFMA -ces deux derniers campus ont fusionné depuis). Il s'agit de montrer l'apport socio-économique des campus à leur territoire, tout en dévoilant l'empreinte environnementale, souvent mal connue, liée aux dépenses de ces campus. Dans un contexte de réforme territoriale, de restructuration universitaire et de regroupement des établissements d'enseignement supérieur et de recherche, les campus sont plus que jamais appelés à être appréciés comme des leviers de développement économique local et des acteurs ayant un impact environnemental. Les communautés d'agglomération de Cergy-Pontoise et de Clermont-Ferrand ont participé activement à ces travaux. Cette étude a été réalisée en partenariat avec la Caisse des Dépôts, la Conférence des Présidents d'Université, la Conférence des Grandes Écoles et l'Association des Villes Universitaires de France. Le Comité 21 est partenaire de Campus responsables depuis sa création. Découvrez les résultats CAMPUS FOOTPRINT. Pauline Pingusson - pauline@grainesdechangement.com
Le Comité 21 membre du jury des Challenges de la Journée Transport public !
Le 29 novembre dernier a eu lieu la remise au Sénat des Challenges de la Journée du transport public 2016 du GIE. Le GIE-Objectif transport public organise chaque année les Challenges de la Journée du transport public. Ces Challenges récompensent les meilleures actions de communication et initiatives de transport menées par les autorités organisatrices et par les entreprises exploitantes. Ces Challenges saluent les efforts faits tout au long de l'année pour inciter les Français à choisir les transports publics plutôt que la voiture en solo, chaque fois que cela est possible. Le jury, composé de Cap'Com, du Comité 21 - Comité français pour le développement durable, de la FNAUT, du GIE Objectif transport public, du GART et de l'UTP, a désigné les trois lauréats de communication en faveur de la mobilité durable : pour la catégorie « Information sur le réseau », le lauréat meilleure campagne de communication - le Grand Evreux Agglomération et Trans Urbain pour la campagne « Le tour d'Evreux » ; pour la catégorie «Changement de comportement]», le lauréat de la meilleure campagne de communication - Rennes Métropole pour l'opération « Mobil'acteurs : le défi ! » ; pour la catégorie « Voyageur connecté », le lauréat meilleure campagne de communication - Grand Besançon et Besançon Mobilités pour le lancement de l'application Ginko. Communiqué de presse - Pour en savoir plus
International
 
A voir : le Comité 21 et le Club France aux côtés de ses adhérents à la COP22 !
Le Comité 21 vous propose un film-bilan de son action lors de la COP22, commenté par sa présidente, Bettina Laville. Rappel : le Comité 21 et le Club France ont coordonné un Pavillon multi-acteurs dans la zone verte (Espace société civile/Section territoires) pour promouvoir les positions et les solutions de leurs membres et partenaires. Cet espace a eu un vif succès auprès des acteurs présents, et particulièrement auprès des marocains, avec 36 organisations adhérents-partenaires et plus de 75 conférences, pitchs ou solutions. N'hésitez pas regarder cette vidéo sur notre chaine Youtube et retrouvez nos analyses et les différentes productions : Photos - Storify de l'espace - Adhérents/partenaires - Interviews de nos adhérents et partenaires sur Youtube
Eco-dates
 
12/01 à Paris : conférence de presse « La transition énergétique des bâtiments communaux » - FFIE- SERCE - en savoir plus
17/01
à Paris : rencontres nationales 2017 du Club des villes et territoires cyclables - en savoir plus
17/01
à Paris : colloque « Mobilité vertueuse : les atouts de la ville dense remis en cause ? » - Forum Vies Mobiles - en savoir plus 18/01 à Paris : rencontre « Quels espaces pour la transition ? » - Sol France - en savoir plus
19/01
à Paris : rendez-vous des Annales « Où vont les sciences de l'environnement ? » - EpE - en savoir plus
24-26/01
à Bordeaux : assises européennes de la transition énergétique - en savoir plus
25-26/01 à Bordeaux : 1ères Rencontres de la participation - Décider Ensemble - en savoir plus
25-26/01
à Rennes : 18èmeCarrefour de l'Eau « Parvenir à des approches négociées et démocratiques de l'eau à l'échelle locale » - Idéal Connaissances - en savoir plus
26-27/01
à Amiens : forum national des ressources pour l'éducation au développement durable (FOREDD) - Pôle Education au développement durable du Réseau Canopé - en savoir plus
31/01
à Paris : 18ème colloque annuel du SER « les énergies renouvelables, un élan mondial » - Syndicat des énergies renouvelables - en savoir plus
3 questions à ...
Daniel Lebègue, Président de l’Orse
L'Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises vient de publier un nouveau guide sur l'égalité femmes hommes. Pouvez-vous nous parler de votre dernière publication, le guide « Tout savoir sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes»?

Notre équipe a animé tout au long de l'année avec les entreprises membres de l'Orse et les organisations syndicales un groupe de travail pour co-produire un guide sur l'égalité femmes-hommes. Ce guide pratique de 240 pages, co-signé par les 5 organisations syndicales (CFTC, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO) propose aux chefs d'entreprises de toute taille et de tout type, aux responsables des ressources humaines, aux représentants du personnel, aux représentants syndicaux, un accompagnement dans leur démarche par le biais d'un outil riche, complet et pédagogique. C'est vraiment un tour d'horizon à 360 degrés de l'égalité professionnelle. Il fait le point sur toutes les nouvelles réglementations françaises en la matière. Il se décompose en dix chapitres : pourquoi et comment mettre en oeuvre une politique d'égalité professionnelle en entreprise, la base de données économiques et sociales (BDES), les acteurs de l'égalité, le dialogue social, les enjeux dans les PME, les outils et instances de pilotage, la mixité des métiers, les processus ressources humaines, les conditions et l'organisation du travail et la communication. Pour faciliter l'appropriation de ses enjeux par le plus grand nombre, il comporte également des recommandations et est illustré de nombreux exemples d'entreprises.

Aujourd'hui, quels sont les principaux défis qu'il faut relever dans ce domaine ?


Nous avons assez de lois, de réglementations. Les entreprises doivent par le biais du dialogue social davantage progresser sur les questions d'évolution professionnelle des femmes au même titre que les hommes, faciliter l'accès à la promotion permettant aux femmes de faire évoluer leur rémunération par le biais de l'accès à la formation. Des progrès doivent être aussi faits également avec l'ensemble des partenaires sociaux sur la question de l'articulation vie personnelle/vie professionnelle, pour notamment accompagner les salariés sur les sujets de la petite enfance, de l'adolescence jusqu'à la problématique des aidants familiaux en passant par la prise en compte des nouveaux modèles familiaux : familles monoparentales, divorcées. Nous sommes aujourd'hui dotés de tous les outils numériques pour mettre en place des modes de travail plus souples. Enfin je veux dire que les cadres dirigeants doivent montrer aussi l'exemple en respectant l'équilibre des temps de vie ; par exemple, les jeunes hommes de plus en plus impliqués dans les responsabilités familiales doivent être encouragés. Une entreprise qui valorise ces bonnes pratiques, cela peut faire partie de son attractivité, et il s'agit aussi d'un facteur de fidélisation. Nous devons tous lutter contre les stéréotypes, contre le vocabulaire et les attitudes sexistes au travail et en dehors. J'ajouterai que l'égalité entre les femmes et les hommes est véritablement une illustration opérationnelle de la mise en oeuvre du concept de responsabilité sociétale des entreprises.

Pouvez-vous nous rappeler les missions et les objectifs de l'Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (Orse) ?


L'Orse est une association multi parties prenantes créée en juin 2000. Elle regroupe une centaine de membres, des entreprises, des organisations syndicales, des fédérations professionnelles. Grâce à son équipe, l'Observatoire accompagne la transformation de la RSE dans les entreprises. Ses missions phares sont : d'anticiper les dynamiques émergentes de la RSE, de fédérer autour de la RSE toutes les fonctions, de faire évoluer les membres vers un modèle d'entreprise durable et enfin de mettre à disposition des acteurs de la RSE des clés de compréhension, des outils, une analyse des bonnes pratiques. Nos missions s'articulent autour de 5 axes de travail : Veille et prospective ; Gouvernance ; Finance ; Performance et reporting et Social.

www.orse.org

Présentation du guide pratique Tout savoir sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes - cf. rubrique « Pour en savoir plus » ci-dessous
Pour aller plus loin
Publication ONU Femmes : veiller à l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes et des filles dans l’agenda 2030 du développement durable
Le 2 aout 2015, les Etats-membres se sont mis d'accord sur le document final issu du Sommet des Nations Unies sur le développement durable. En septembre 2015, le document final est présenté au Sommet de New York pour adoption. D'une perspective de genre, les ODD proposés et leurs cibles soulèvent de nombreuses préoccupations et représentent donc un pas en avant significatif comparé aux Objectifs du millénaire pour le développement. Après de longues consultations avec les Etats-membre des Nations-Unies, la société civile et les organisations internationales, cette publication présente des suggestions d'ONU Femmes en termes d'indicateurs globaux pour surveiller la manière d'implémenter les ODD pour les femmes et les filles. 32 pages - A lire
Note ONU Femmes : Pourquoi les politiques macroéconomiques comptent pour l’égalité des sexes
Cette Note offre une synthèse des conclusions de recherche, des analyses et des recommandations de politique concernant la création d'un ordre macroéconomique différent, répondant à la dimension du genre. On croit souvent que la politique macroéconomique, y compris les politiques fiscales et monétaires, est neutre face aux questions de genre. Toutefois, les choix de politique économique n'affectent pas de la même manière les femmes et les hommes, en raison des places différentes qu'ils et qu'elles occupent dans l'économie, qu'il s'agisse de l'économie de marché (travail rémunéré) ou de l'économie hors marché (travail non rémunéré). Par exemple, des coupes budgétaires qui réduisent les dépenses sociales peuvent accroître la demande en travail non rémunéré des femmes au foyer. La libéralisation du commerce peut réduire l'emploi de femmes dans des secteurs à prédominance féminine touchés par la concurrence de produits importés, tels que certaines cultures vivrières. Or jusqu'ici, les politiques macroéconomiques ne se sont guère souciées de ces questions, et n'ont donc pas contribué à la réalisation de l'égalité des sexes. En concentrant son analyse sur les objectifs, les mesures et les instruments de politique dans ce domaine, la Note décrit les principaux problèmes dus aux politiques macroéconomiques actuelles et propose les éléments d'un ordre macroéconomique alterne fondé sur les droits et répondant à la dimension du genre. 4 pages - A lire
Commission européenne : Engagement stratégique pour l’égalité entre les hommes et les femmes 2016-2019
Cet « engagement stratégique pour l'égalité entre les femmes et les hommes (2016-2019) » est un cadre de référence en vue du renforcement des efforts à tous les niveaux (européen, national, régional ou local). Il vient à l'appui du pacte européen pour l'égalité entre les femmes et les hommes (2011-2020). En effet, la promotion de l'égalité entre les sexes fait partie des tâches essentielles de l'Union : l'égalité entre les femmes et les hommes est une valeur fondamentale de l'Union. Si l'Europe a progressé pas à pas ces dernières années, l'égalité entre les sexes reste une tâche inachevée. Nous sommes loin de l'égalité, en particulier dans des domaines tels que la présence sur le marché du travail, l'indépendance économique, les salaires et les pensions, l'égalité aux postes d'encadrement, la lutte contre la violence fondée sur le sexe et l'égalité entre les sexes dans notre action extérieure. La stratégie de la Commission pour l'égalité entre les femmes et les hommes reprend cinq domaines d'action prioritaires : indépendance économique égale pour les femmes et les hommes ; égalité de rémunération pour un travail de même valeur ; égalité dans la prise de décision ; dignité, intégrité et fin des violences fondées sur le sexe ; promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes en dehors de l'UE. Ce rapport recense plus de trente actions clés à mettre en oeuvre dans cinq domaines prioritaires, fixe des délais et définit des indicateurs pour le suivi. 52 pages - A lire
Ministère des Familles, de l’enfance et des droits des femmes : chiffres clés 2016 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Depuis 2012, le Gouvernement se mobilise sur un objectif : dépasser l'égalité formelle et atteindre l'égalité réelle entre les femmes et les hommes. La loi pour l'égalité réelle du 4 août 2014 a mis en place des mesures concrètes, des leviers d'action pour lutter contre les inégalités où qu'elles se trouvent : du travail à la sphère familiale, de la culture et des sports jusque dans l'espace public. Ces Chiffres-clés 2016 vers l'égalité réelle entre les femmes et les hommes dressent un état des lieux des avancées réalisées et du chemin qu'il reste à parcourir. Quelques chiffres : taux d'activité en France : 74,1% pour les femmes - 83,8 % pour les hommes ; temps partiel : 30,6 % des femmes actives - 7,2 % des hommes actifs ; salaire mensuel net moyen (pour un équivalent temps plein) : 1890 € pour les femmes, 2339 € pour les hommes ; mixité des métiers : 50% des femmes concentrées sur 12 familles professionnelles, 50 % des hommes concentrées sur 20 familles professionnelles, etc. 16 pages - A Lire
ORSE : Guide pratique Tout savoir sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes
Ce guide propose aux chefs d'entreprises de toutes tailles, aux responsables des ressources humaines, aux représentants du personnel, aux représentants syndicaux, un accompagnement dans leur démarche par le biais d'un outil riche, complet et pédagogique. Ce document de plus de 240 pages vous propose un tour d'horizon à 360 degrés de l'égalité professionnelle. Il fait le point sur toutes les nouvelles réglementations françaises en la matière. Pour faciliter l'appropriation de ces enjeux par le plus grand nombre, il comporte également des recommandations et il est illustré de nombreux exemples d'entreprises. L'ORSE s'est appuyé sur ses membres pour mettre à jour ce guide, entreprises et organisations syndicales qui sont d'ailleurs cosignataires de l'ouvrage. 115 pages - A lire
Chiffre du mois des adhérents
L'ODD 5 propose de « parvenir à l'égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ». 64% des répondants et adhérents pensent que des progrès ont été accomplis pour l'égalité des sexes (parité dans les sphères du pouvoir, discrimination à l'embauche, autonomisation, violences faites aux femmes, etc.). Par ailleurs, nos adhérents ont plébiscité la cible « Éliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violence faite aux femmes et aux filles, y compris la traite et l'exploitation sexuelle et d'autres types d'exploitation » pour cet Objectif. La deuxième priorité ex aequo est « Entreprendre des réformes visant à donner aux femmes les mêmes droits aux ressources économiques, ainsi qu'à l'accès à la propriété et au contrôle des terres et d'autres formes de propriété, aux services financiers, à l'héritage et aux ressources naturelles, dans le respect du droit interne » et « Adopter des politiques bien conçues et des dispositions législatives applicables en faveur de la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles à tous les niveaux et renforcer celles qui existent».*30 adhérents ont répondu à ce sondage
Les Débats du Comité 21
16 janvier : Débat sur les ODD - comment décliner un dessein mondial pour nos territoires et nos organisations ?
Les Objectifs de développement durable (ODD), adoptés par l'ONU en septembre 2015, ont vocation à éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous. Ils nécessitent une logique partenariale, mise en relief par le dix-septième ODD. C'est pourquoi ils constituent le coeur de la nouvelle feuille de route du Comité 21. Ils permettent de réorienter la gestion locale des biens communs dans nos territoires à partir du langage commun qu'ils proposent. Cet « Agenda 2030 » décline un dessein mondial pour nos territoires et nos organisations, puisque les acteurs non-étatiques participent désormais à leur mise en oeuvre, en synergie avec les Etats. Mais cet accomplissement dépend beaucoup de l'ODD 17, qui vise à assurer la mise en cohérence des actions et des territoires par des partenariats accrus entre les parties prenantes. Cette table-ronde se penchera donc particulièrement sur ce dernier Objectif, grâce au croisement du positionnement de l'Etat avec celui des principaux composants de la société civile (entreprises, collectivités territoriales, ONG), et tentera de répondre à quelques questions : comment le rendre opératoire (diffusion, sensibilisation, éducation, enseignement supérieur et recherche, communication) ? Comment concrétiser les ODD à moyen terme (multi-acteurs, alliances, coopérations) ? Quelle déclinaison à l'échelle des territoires ? Ce débat sera suivi des voeux du Comité 21. Attention, nombre de place limité. Inscription obligatoire - Christine Delhaye - delhaye@comite21.org
A voir : rencontre sur « Les monnaies locales au service des territoires » du 6 octobre
Le Comité 21 a organisé, le 6 octobre dernier à la BPI France, une rencontre-débat consacrée aux monnaies locales au service des territoires. La discussion fut l'occasion de questionner le rôle des monnaies locales complémentaires dans la transition écologique, ainsi que l'implication des collectivités territoriales dans ces projets. Avec les contributions de Jean-Philippe Magnen, corédacteur du rapport ministériel « D'autres monnaies pour une nouvelle prospérité », rapport qui a permis la reconnaissance, dans la loi ESS de 2014, des monnaies locales complémentaires et Etienne Bachelart, coordinateur de l'association « Une monnaie pour Paris » - Regardez la vidéo
Rendez-vous du Comité 21
26 janvier : RV Comité 21 Grand Ouest « Recyclage, les 1001 vies de la matière »
Le développement de l'économie circulaire repose sur une étape indispensable : le recyclage. En valorisant les matières contenues dans les déchets, grâce au tri et aux technologies de dépollution, le recyclage permet à la matière d'avoir une nouvelle vie. L'enjeu est désormais de produire, le plus possible, des matières recyclées de qualité, quasi comparable à la matière vierge, et de les produire en quantité avec moins d'impact sur l'environnement. Toutefois, en France, les taux de recyclage par type de matière stagnent, et placent l'hexagone en queue de peloton des pays Européens. Le tri sélectif des déchets en vue de favoriser le recyclage est pourtant régulièrement cité comme le premier geste écologique effectué par les citoyens. Comment favoriser et redynamiser le tri sélectif, au sein des organisations ? Quels sont les freins et les leviers aux changements de comportements ? Comment est réutilisé la matière contenues dans les déchets ? Est-il possible de choisir des technologies de recyclage qui conservent aux matières leurs propriétés mécaniques, rhéologiques, leurs couleurs, leur aspect, etc. ? Le Comité 21 Grand Ouest vous propose d'aborder ces questions le 26 janvier, lors de la visite de l'EcoPôle CapValo 35, à Chartres de Bretagne (35). Horaires: 9h à 12h30. Réservé aux adhérents du Comité 21. Inscription - Mathilde Bres - bres@comite21.org
Agenda du Comité 21
16 janvier à Paris : Débat sur ODD : comment décliner un dessein mondial pour nos territoires et nos organisations ?
16 janvier
à Paris : Cérémonie de voeux du Comité 21
26 janvier
à Chartes de Bretagne (35) : RV Comité 21 Grand Ouest « Recyclage, les 1001 vies de la matière » - Cycle Economie circulaire - réservé à nos adhérents
27 janvier
à Paris : 1er Atelier sur ODD et attractivité territoriale : « ODD, quel système de management pour les territoires ? La norme ISO 37101 » - réservé à nos adhérents
30 janvier
à Paris : Conseil d'administration du Comité 21
A lire
Changer les comportements, faire évoluer les pratiques sociales vers plus de durabilité
L'ADEME vient de publier un ouvrage et une vidéo d'introduction sur le changement de comportement. La question du changement de comportement et, plus généralement, de l'évolution de nos modes de vie est un enjeu clé de la transition écologique. Il est largement admis que le progrès technique, à lui seul, ne permettra pas d'atteindre les objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. S'il existe un accord sur la nécessité de faire évoluer les pratiques des individus, les actions à mettre en oeuvre pour atteindre cet objectif sont plus complexes à définir. L'objectif de cet ouvrage est de fournir des bases conceptuelles et des exemples concrets aux acteurs qui travaillent sur le changement de comportement des individus et des ménages dans le domaine de la transition écologique. 183 pages. A télécharger - Présentation vidéo
44 recettes gagnantes pour réussir avec un marketing responsable
GreenFlex propose la deuxième édition d'un livre blanc à destination des responsables marketing et comités de direction, avec le soutien de l'Ademe et en partenariat avec l'UDA, Prodimarques, l'Adetem, Audencia, l'Ania et EpE. Intitulé « Réussir avec un marketing responsable : 44 recettes gagnantes », l'ouvrage revient sur les 44 initiatives de marques multi-secteurs qui ont su concilier impact sociétal et succès commercial, au sein d'une plateforme dédiée au marketing responsable lancée en 2013. Sont notamment mises en valeur les bonnes pratiques de Bébé Confort (biberon écoconçu), G7 Green (flotte de taxis hybrides et électriques), Serge Ferrari (matériaux composites pour des constructions durables), Bic (recyclage des instruments d'écriture), Coca-Cola (développement de la filière "bottle to bottle"), Ikea (opération seconde vie des meubles), Tefal (collecte et recyclage des articles culinaires) ou encore Fleury Michon (filière surimi plus responsable). 61 pages - A télécharger
Le scénario Zero Waste 2.0 / On passe à l’action !
Après le succès du Scénario Zero Waste (7 000 exemplaires diffusés depuis novembre 2014), l'association Zero Waste France sort un nouveau numéro enrichit d'une boîte à outils pour favoriser une prise en main collective des grands principes de la démarche Zero Waste. Le Scénario Zero Waste 2.0 met en avant les bénéfices de l'action collective en matière de gestion des déchets et exprime la vision d'une société zéro déchet zéro gaspillage. Le nouvel ouvrage apporte les éléments de décryptage à ceux qui veulent comprendre comment et pourquoi une gestion optimale des déchets est possible et utile. Les pionniers du mouvement Zero Waste ont déjà permis à certaines collectivités de réduire de 80 % le volume de déchets résiduels, en optimisant le recyclage et la valorisation organique. Ces activités ont entraîné la création d'emplois locaux dans la réparation et le réemploi, sans surcoût pour la collectivité. Edition Rue de l'échiquier - 10 euros - 160 pages - Pour en savoir plus