La loi PACTE a adressé un message fort aux entreprises en invitant à une plus grande collégialité des réflexions dans leur gouvernance. Plusieurs initiatives y contribuent déjà à travers notamment la création de comités consultatifs des parties prenantes. En 2015, le Comité 21 avait publié un guide méthodologique, des principes directeurs et différentes notes de décryptage pour accompagner le développement de ces pratiques. Mais depuis aucun bilan n’a été réalisé. Alors était-ce suffisant ? Les entreprises ont-elles mieux pris en compte les parties prenantes dans leur processus de décision ? Quelles sont les limites des comités de parties prenantes et les nouvelles formes de dialogue qui émergent en France te à l’étranger ?

La raison d’être n’est-elle par l’opportunité d’un dialogue renouvelé avec les différentes parties prenantes ? Pourquoi et comment les impliquer plus largement dans les processus de décision ? Comment élargir leur représentation dans les conseils d’administration ? Le Comité 21 creusera toutes ces questions dans les 2 années à venir et formulera des propositions concrètes.

 

  • Lancement d’un groupe de travail multi-acteurs
  • Note de recommandations "Associer ses parties prenantes à la définition de sa raison d’être"
  • Etude et bilan des pratiques "Dialogue entre les parties prenantes"
  • Débat et présentation du rapport sur le bilan
  • Note de recommandations "Pourquoi et comment élargir la gouvernance des organisations aux parties prenantes ?"

 

 

Face à l’urgence des enjeux sociaux et écologiques, il est plus que jamais nécessaire d’opérer une révolution entrepreneuriale, qui soit à la hauteur des défis à relever. Cela nous oblige à un changement de paradigme, qui vise à accompagner et à soutenir le développement de nouveaux modèles d’affaires, en coopération avec les parties-prenantes.

Comment favoriser un autre regard sur l’économie? Comment sortir du modèle dominant qui consiste à produire et à consommer toujours plus? Quelles sont les nouvelles opportunités d’affaires pour les entreprises? Comment améliorer le partage de la valeur entre le producteur, le consommateur et le territoire? Quel impact sur les pratiques de management? Et sur le marketing? Comment intégrer le TCO étendu (Total Cost of Ownership) d’un bien ou d’un service ? Comment faire évoluer les approches RSE, pour qu’elles s’inscrivent au cœur des modèles économiques ? Comment passer de la RSE au brand activism ? Comment définir ou redéfinir la raison d’être de son entreprise ? Faut-il faire évoluer le statut? Quelles convergences entre la RSE et l’ESS ? Comment organiser la transition vers ces nouveaux modèles d’affaires ? Et en généraliser le développement à l’échelle d’un territoire? … Voici quelques-unes des questions qui seront abordées par le Comité 21 sur la période 20202021. Il proposera notamment un parcours d’accompagnement destiné aux entreprises, et associant diverses parties-prenantes (collectivités locales, représentants des consommateurs, chercheurs et experts).

 

Parcours d’accompagnement

Mai 2020 – octobre 2021: conçue comme une formation-action, ce parcours réunira une vingtaine d’entreprises qui partagent l’envie et l’ambition de réinventer leur modèle d’affaires. Le Comité 21 alternera des temps d’accompagnement collectifs (8 séances) et des temps individuels (2 séances) : apports d’expertises, partage d’expériences, échanges entre les participants. Cet accompagnement est ouvert à toutes les entreprises, quelque-soit leur secteur ou leur taille.

Ateliers participatifs

  • « L’économie de la fonctionnalité et de la coopération »
  • « Les solutions en faveur de l’économie circulaire »
  • « La RSE pour les TPE-PME »
  • « Ecoconception: un facteur de performance et d’innovation»
  • « RSE & nouveaux business models » (bilan de l’accompagnement)